:: The City of Los Angeles ... :: Suburbs :: Santa Monica
Staying for desert ? || Victoria
avatar
Maé J. Appleby
Messages : 162
Date d'inscription : 02/07/2015
Pseudo : EVB
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédit : tearsflight & anaëlle & jjg tumblr

Emploi : Producteur de films, dirige la Appleby Film Company
love out loud : En carton

Lun 20 Juil - 1:33

Victoria & Maé
Au volant de son cabriolet rouge flambant neuf, Maé fendait les rives de Santa Monica à toute allure. Plus tape à l’œil tu meurs mais pas vraiment surprenant venant de lui. Parfois il avait les capacités décisionnaires d’un enfant de 5 ans, si c’était gros et que ça brillait c’était pour lui. Il avait longtemps hésité avec une Porsche Cayenne et il avait fini par trancher en achetant les deux, gardant la Porsche bien au chaud au garage pour les jours pluvieux. Aujourd’hui le soleil brillait haut dans le ciel, c’était la météo idéale des flambeurs. Lunette de soleil Tom Ford vissé sur le nez, costume Calvin Klein, cheveux au vent dans la décapotable, un vrai cliché ambulant. Sa merveilleuse fausse petite amie à ses côtés, ils se dirigeaient vers la résidence secondaire que les Appleby seniors avaient louée pour l’été. Premiers invités du couple, ils allaient inaugurer la splendide villa avec vue sur la mer. Passer toute une soirée avec ses parents était une vraie source d’angoisse pour le jeune homme, tout autant que passer tout un gala avec des centaines de personnes. Mentir face à ces deux personnes était tout aussi angoissant que mentir pendant un discours face à une centaine de personne. Leur refus d’ajouter à leur vocabulaire des termes comme vie privée ou jardin secret les rendait particulièrement envahissants. C’était donc surtout en leur compagnie qu’il fallait faire bien attention à ne pas commettre d’erreur. Ils auraient pu essayer d’échapper à l’invitation en prétextant un rhume ou une fatigue passagère sauf que concrètement avec eux le seul prétexte valable eut été que l’un deux soit mort. D’ailleurs, c’était pendant un de ces dîners si innocents en apparence qu’il avait eu sa première crise de panique. Par chance il avait réussi à s’éclipser à temps aux toilettes pour y reprendre ses esprits. Au début il pensait qu’il était en train d’avoir une crise cardiaque mais une fois sa respiration apaisée, il réalisa qu’il était beaucoup plus atteint par cette situation qu’il ne l’imaginait. Evidemment personne ne devait être au courant et Maé s’était rendu chez le toubib en toute discrétion. Celui-ci lui recommanda quelques exercices de respiration et lui prescrit des cachets à prendre en cas de crise, sans oublier de lui conseiller fortement de prendre rendez-vous chez le psy. Un sourire arrogant sur les lèvres, le jeune homme lui avait rétorqué qu’il n’avait aucune besoin d’aller s’allonger sur un canapé pour pleurer sur son sort. Il avait sûrement des daddy issues mais il avait appris à vivre avec comme tout le reste d’Hollywood. Du coup pour éviter que ce genre d’épisode se reproduise, il faisait discrètement ses exercices de respiration. Il jeta un coup d’œil vers Victoria qui semblait bien trop absorbée par ses pensées pour se rendre compte de quoi que ce soit. Parfois il se demandait ce qui pouvait bien se tramer dans cette forte tête, elle qui était si secrète. En tout cas elle semblait elle aussi préoccupée par la soirée et il s’en voulait un peu de lui faire subir ces interrogatoires si régulièrement. Il aurait aimé avoir les mots justes pour l’apaiser mais ça faisait partie du deal, pas le choix.

La vision du soleil couchant qui s’offrait à eux l’aidait à se calmer. Si la soirée risquait de ne pas être de tout repos, ils avaient au moins la certitude de manger un bon repas gastronomique dans un cadre idyllique. Oui parce qu’il était certain que sa mère avait fait appel à un traiteur pour l’occasion, la routine quoi. Il aurait payé cher pour s’offrir ce luxe dans la quiétude de son appartement mais comme le disent les Rolling Stones depuis des années, on ne peut pas toujours avoir ce qu’on veut. Pourtant Dieu sait qu’il en aurait eu besoin après la journée qu’il avait passé. L’acteur principal du nouveau film qu’il était en train de produire avait décidé qu’il ne ferait pas la tournée promotionnelle car il estimait qu’il avait assez donné comme ça et qu’il était temps pour lui de se retirer auprès de son maître spirituel bouddhiste afin de se ressourcer. C’était vraiment la partie ingrate de son job, gérer les excentricités et les caprices de tous ces acteurs et actrices. Surtout que dans des cas comme celui-ci, on faisait appel directement au patron et tout le monde comptait sur lui pour remédier au problème. Cette fois-ci Maé avait réussi à négocier avec sa star et l’avait convaincu de faire au moins une semaine de tournée promotionnelle, ce qui n’était pas énorme mais toujours mieux qu’une chaise vide. Toutefois l’heure n’était plus à l’auto congratulation puisque le GPS indiquait qu’ils étaient arrivés. Une fois le portail ouvert, il gara la voiture au bout de l’allée en gravier avant d’en sortir. Il jeta un coup d’œil aux alentours, les parents n’avaient pas fait les choses à moitié. Quartier résidentiel sécurisé, villa imposante, plage privée…et après on disait que c’était lui le frimeur de la famille. Le jeune homme laissa échapper un soupire quelque peu exaspéré tandis qu’il faisait le tour de la voiture pour aller ouvrir la portière de Victoria. Une fois cette dernière ouverte, il lui tendit la main pour l’aider à sortir. Il savait s’y prendre le petit Appleby ! D’un pas qui semblait assuré, ils se dirigeaient vers la porte d’entrée. Il marqua une pause avant d’appuyer sur la sonnette. "T'es prête ?" Il n’avait pas osé déranger sa partenaire pendant le voyage mais avant de se jeter dans la gueule du loup, il voulait s’assurer qu’ils avaient les bonnes armes pour se défendre.
AVENGEDINCHAINS

_________________

Flashing lights

We gonna take it to the moon, take it to the stars. We don't know what we could do to make it this far. So many scars, we about to take this whole thing to Mars ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
N. Victoria Doland
Messages : 256
Date d'inscription : 04/02/2015
Célébrité : Emily Blunt.
Crédit : ©schizophrenic & gif by tumblr.


Emploi : Rédactrice en chef de la division californienne du magasine de mode international, Vogue.
love out loud : Fucked Up.

Jeu 23 Juil - 16:26

Victoria & Maé
Un repas chez les Appleby. En soit, ce n'était pas très effrayant. Enfin un peu, mais Victoria avait connu pire dragons que les parents de Maé. Il existait toujours pire scénario que celui d'être invité à manger dans la belle-famille. Par exemple, le fait qu'ils ne soient pas vraiment ses beaux-parents puisque les concernés ne sont pas vraiment en couple. Ça, c'est pire. Et c'est exactement ce que se disait Victoria en se levant ce matin. Elle était la pièce maîtresse d'une partie qui ne semblait pas avoir de fin, ni d'issue. Et elle était pleinement consciente de tout ça. Victoria n'était pas du genre à reculer, plutôt de celle qui saute dans le vide même quand tout est perdu, juste pour ne pas perdre la face, une sorte de Thelma des temps modernes, en somme. Debout très tôt, comme à l'accoutumée, elle prit le temps de boire sa tasse de thé sur l'immense terrasse surplombant Hollywood. Il y avait quelque chose de risible à la savoir seule pour cet immense appartement. Et quelque chose de triste, aussi, dans le fond. Comme la plupart des personnes habitant cet immeuble, elle était riche, connue, respectée. Elle faisait parti de cette élite de gens à la réputation aussi chargé que le compte en banque, aussi craint que détesté. Mais si un homme pouvait se payer le luxe de vivre seul dans un appartement comme celui-là, une femme était plus souvent jugé et discrédité. Parce que le Monsieur plein aux as pouvait toujours avoir une ou deux maîtresses planqué quelque part, une famille à des bornes de là, mais une femme comme Victoria, que l'on savait sans famille connue à ce jour, avait difficilement ce monopole. Et puis elle avait dépassé les 30 ans, elle avait donc passé un cap qui la voulait déjà mariée avec un gamin en route, un labrador sagement couché sur le porche et une jolie maison secondaire à la campagne. Sauf que Victoria n'entrait dans aucune case et certainement pas celle-là.  Elle n'était pas comme toutes ces bonnes femmes de son « milieu », vivant sous la coupe de leurs époux, acceptant les adultères et les erreurs, couvant des enfants qui feront de grandes études dans des facs prestigieuses. Elle n'était pas elles et elle ne le désirait nullement.

Voilà pourquoi elle devait se rendre à ce dîner, pour que les gens se taisent, pour que Victoria reste la femme médiatisée qu'elle était sans avoir à se justifier de vivre seule à son âge et avec un physique avantageux. Elle n'était pas seule, elle avait Maé. Disons qu'il était là pour palier à certaines de ces demandes, comme elle était là pour palier aux siennes. Un contrat aux termes stricts comme ils en côtoyaient tous deux à longueur de journée, un contrat de plus à ajouter à leur longue liste de critères à respecter. Victoria avait terminé le travail juste à temps pour pouvoir rentrer chez elle et se donner une image digne d'une belle-fille parfaite. Elle n'avait jamais eu de belle-mère, enfin si, une fois mais cela n'avait pas été une réussite. Alors elle se contentait de faire bonne impression et si ce n'était pas pour elle, c'était pour Maé. Si elle devait jouer la petite amie, elle devait aussi joué la belle-fille agréable que les Appleby ne jetteraient pas dés la première occasion. Parce que si elle perdait son crédit face à eux, elle perdrait aussi le sien face aux médias qui ne perdraient pas une occasion de l'afficher comme le cœur brisé de Los Angeles. Vicky prit donc une douche, coiffa ses cheveux simplement en les laissant retomber sur ses épaules et se maquilla légèrement. Elle parcourut son dressing à la recherche de la tenue adéquate : ni trop habillée, ni trop conventionnelle, pour finir par opter pour une jupe noire cintrée avec un chemisier bleu pâle de chez Prada. Elle assortit le tout d'une pochette noire et d'une paire d'escarpin de la même couleur. Elle estima être dans la bonne mesure, après tout, elle n'allait pas chez n'importe qui, mais dans l'une des familles les plus connues de la ville.  

Maé l'attendait en bas de son immeuble, impeccable dans sa chemise. Elle monta dans le cabriolet, encore une fois rappelé à sa réalité. Combien de femmes voulaient sa place ? Combien d'entre elles voudraient être la petite amie de Maé Appleby, rouler en cabriolet, porter du Prada et du Chanel ? Elle ferma les yeux, laissant l'air frais glisser sur son visage. Le trajet se fit en silence, brisé ni par l'un ni par l'autre. Finalement, la voiture s'arrêta dans une cour pavée, devant une immense bâtisse. Victoria regarda l'ensemble de la villa, elle ressemblait à une maison de film, de celle qu'on voit dans les hauteurs de Los Angeles. Maé fut à ses côtés en quelques secondes et l'aida à sortir du véhicule tandis qu'elle ajustait sa jupe, serrant un peu plus fort sa pochette entre ses mains. « T'es prête ? ». Victoria fut presque surprise de l'entendre parler. Elle le regarda sincèrement pour la première fois depuis qu'elle était montée dans la voiture. Prête à jouer le jeu, à se faire passer pour une autre, à amadouer ses parents ? « Absolument», dit-elle assez fermement pour ne pas mentir. En vérité, on n'était jamais prêt à jouer ce genre de jeu, mais quand on était de ceux qui l'avaient créé, on ne pouvait plus reculer. Elle entendit des pas se rapprocher. Elle attrapa la main de Maé dans la sienne. « C'est plus convaincant », eut-elle le temps de lui expliquer juste avant que la porte ne s'ouvre. Voilà, la partie venait de commencer. 
AVENGEDINCHAINS

_________________
I want my life so bad
I've got thick skin and an elastic heart but your blade it might be too sharp. I'm like a rubberband until you pull too hard. I may snap and I move fast but you won't see me fall apart. © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maé J. Appleby
Messages : 162
Date d'inscription : 02/07/2015
Pseudo : EVB
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédit : tearsflight & anaëlle & jjg tumblr

Emploi : Producteur de films, dirige la Appleby Film Company
love out loud : En carton

Lun 27 Juil - 0:30

Victoria & Maé
Maé avait bien fait de briser le silence, le ton assuré de Victoria l’apaisa instantanément. S’ils n’étaient en couple que sur le papier, ils restaient tout de même une équipe, des partenaires et ils devaient trouver le moyen de toujours avancer ensemble. Donc le fait que Victoria soit confiante, du moins en apparence, lui insuffla une bonne dose d’assurance. Alors qu’elle se saisit de sa main, le jeune homme ne laissa rien transparaître mais il fut quelque peu déconcerté. C’est qu’il ne s’y attendait pas et il y avait toujours ce petit moment de gêne avant que les choses reviennent à la normale. Il faut bien comprendre que tous ces petits gestes affectueux si banals pour n’importe quel couple lambda, n’avaient rien d’anodins pour eux. Chaque démonstration affective en publique était nourrie par un objectif précis et exposée dans un contexte bien précis. Il fallait trouver le bon timing et être entouré du bon public, c’était presque une question de conjecture à ce stade. Rien de bien romantique dans tout ça. Les débuts avaient été difficiles, c’était évidemment très étrange d’être si proche physiquement d’une personne dont il ne connaissait même pas l’adresse. Une personne qu’il trouvait belle, séduisante mais dont il n’était pas amoureux. Ils n’apparaissaient pas comme un couple très naturel au départ mais après être rentré dans une forme de routine, oui comme quoi on s’habitue à tout, ils étaient devenus beaucoup plus crédibles. Ils avaient passé le cap des moments très gênants du début mais du côté de Maé subsistait encore un léger embarras à certains moments. De toute façon, comme souvent, elle avait eu une bonne impulsion et c’était le principal. Pendant que la porte s’ouvrait, Maé réalisa qu’il venait les mains vides et qu’il n’avait pas de bouquet de fleurs dans les mains. Sa mère ne se permettrait aucune remarque devant sa belle-fille mais il savait qu’il allait en entendre parler tôt ou tard. En parlant de la reine mère, il fut très surpris de la voir ouvrir la porte. Il s’attendait à être accueilli par un membre du personnel de maison, c’était la crise chez les Appleby ?

« Bonsoir les enfants, comme je suis contente de vous voir ! » Maé se décala légèrement pour laisser Victoria entrer dans la partie la première. « Bonsoir maman. » Il déposa un baiser sur la joue de sa mère et referma la porte derrière lui. Alors qu’ils longeaient le couloir en direction du salon, le jeune homme esquissa un sourire en constatant que si aucun membre du personnel n’était venu ouvrir la porte c’était tout simplement parce qu’ils étaient bien trop occupés à préparer le dîner de ce soir. Tout ça pour un repas familial. Et on se demandait encore d’où Maé tenait son goût pour la démesure… Ils entrèrent finalement dans le salon. Une grande pièce dont le sol était recouvert de marbre avec une immense baie vitrée qui offrait une vue imprenable sur l’océan. Il se dirigea vers son père, installé dans le grand canapé d’angle blanc, occupé à lire un journal et lui serra la main. « Bonsoir papa. » Oui bon ce n’était pas embrassades et bisous dans le cou avec papa Appleby, ça n’avait jamais été le cas. « Bonsoir mon fils, je vois que tu as une nouvelle voiture.» Se contenta de commenter Tom Appleby. Maé admirait la capacité de son père à économiser sa salive, avec si peu de mots il avait dit tant de choses. Après l’avoir côtoyé pendant tant d’années, il avait appris les codes du langage de son père et possédait sûrement les capacités nécessaires pour devenir son interprète officiel. Nan mais franchement c’était presque de l’art à ce stade-là. Oui parce que Tom Appleby avait fait bien plus que constater simplement que son fils avait une nouvelle voiture. Il avait surtout constaté que son fils avait encore dépensé son argent n’importe comment, qu’il allait encore frimer avec son nouveau jouet en ville et qu’il allait surtout attirer l’attention sur la famille. Le type d’attention dont la famille se serait justement bien passé. Lorsque l’on mentionnait leur nom de famille parce qu’Aidan avait pour projet de faire construire des orphelinats en Afrique, ça c’était le genre d’attention qui était bénéfique à tout le monde. Enfin ce n’était pas vraiment le crédo de son fils aîné, il fallait se rendre à l’évidence.

Invités par la maîtresse de maison à se diriger vers la terrasse, ils s’installèrent tous autour de la table. Comme prévu, le cadre était splendide. Ils assistaient en premières loges à un splendide coucher de soleil et le bruit des vagues venant se briser sur les rochers faisait office de musique d’ambiance. Les entrées étaient déjà servies, le vin reposait au frais et n’attendait plus qu’eux. Maé se chargea de servir la tablée mais ce qui le préoccupait surtout c’était de savoir à quelle sauce eux allaient être mangés. « Victoria vous avez vraiment bonne mine ! Mon fils s’occupe bien de vous, n’est-ce pas ? » Le producteur leva les yeux au ciel, voilà ça commençait sur les chapeaux de roues. Il savait que sa mère appréciait vraiment beaucoup Victoria et même si son père ne l’avait jamais clairement formulé, il savait qu’il avait aussi son approbation. Ils tenaient véritablement à elle et la considérait comme un membre à part entière de la famille. A tel point qu’ils n’avaient pas hésité à évoquer le mariage et les enfants, suite à quoi Maé avait d’ailleurs failli tourner de l’œil. Il n’avait pas fait part de ce nouveau développement à Victoria parce qu’il ne voulait pas l’inquiéter mais il craignait vraiment que cette soirée soit une tentative déguisée pour aborder ces sujets. Il avait fait de son mieux pour les dévier de telles considérations mais il savait ses parents tenaces et il était sur le point de découvrir à quel point.
AVENGEDINCHAINS

_________________

Flashing lights

We gonna take it to the moon, take it to the stars. We don't know what we could do to make it this far. So many scars, we about to take this whole thing to Mars ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
N. Victoria Doland
Messages : 256
Date d'inscription : 04/02/2015
Célébrité : Emily Blunt.
Crédit : ©schizophrenic & gif by tumblr.


Emploi : Rédactrice en chef de la division californienne du magasine de mode international, Vogue.
love out loud : Fucked Up.

Mer 29 Juil - 14:28

Victoria & Maé
On pouvait presque y croire. En fait, ils étaient plutôt convaincant dans le genre faux amants. Pourtant, Victoria n'était pas experte en la matière. Elle pouvait paraître froide comme ça, réservé et un brin cruelle, mais elle n'avait jamais mentit en amour...jusque là en tout cas. Elle n'était pas aussi fermée qu'on pouvait bien le dire, même si elle laissait courir la rumeur afin de conserver son image de femme dragon. Une femme qu'on pensait incapable d'aimer, incapable d'être utile à quelqu'un d'autre que soit même, une personne qui ne voyait aucunement l'utilité d'avoir un homme dans sa vie, ou une femme... Sur ce dernier point, Victoria était plutôt d'accord. Être en couple pouvait devenir un vrai frein à une carrière prometteuse. Avoir des enfants, un mari à choyer, une maison à entretenir, tout ça constituait un vrai obstacle quand on souhaitait devenir une vraie femme d'entreprise. Et dans le cas de Maé, elle était persuadée que c'était la même chose. Il était à la tête d'une entreprise florissante, prisé de tous pour son travail, travaillant d'arrache-pied pour faire plus de bénéfices et pour ça, il n'avait pas le temps de fonder une famille comme ses parents le voudraient. Pour ça, ils étaient pareils, tous deux prêt à payer le prix de leur carrière pour obtenir un peu de paix de la part de leur entourage. Voilà pourquoi ils se retrouvaient devant la maison haute gamme des Appleby, pour avoir la paix, pour gagner encore un peu de temps... Oui, Victoria n'était pas experte dans les relations mensongères, bien qu'on la pensait imbue de tout. C'était la première fois qu'elle sortait avec une personne qu'elle n'aimait pas, en tout cas pas comme elle avait aimé autrefois. Parce que Victoria aimait vraiment quand elle était avec quelqu'un, elle tombait amoureuse difficilement mais quand ça arrivait elle se donnait toute entière, sans réserve, contrairement au reste de sa vie.  Seulement à chaque fois que c'était arrivé, elle s'était brûlé les ailes, elle avait payé le prix fort, elle avait beaucoup trop souffert. Voilà pourquoi Maé était là et elle aussi. Avec lui, elle savait à quoi s'attendre, elle ne s'y prendrait plus...Elle espérait.

« Bonsoir les enfants, comme je suis contente de vous voir ! » Mme Appleby était une femme droite, au charme certain et avec beaucoup d'allure. Victoria ne pouvait s'empêcher de se sentir très petite en comparaison. « Bonsoir Madame. Merci encore pour l'invitation. Je suis navrée, nous avons oublié le présent chez Maé, on c'est rendu compte de son oubli trop tard et nous serions arrivés en retard. », dit-elle avec un grand sourire d'excuse. C'était totalement faux, mais elle n'avait pas besoin de le savoir. Victoria était bien éduquée, du moins elle en était persuadée, alors elle savait combien une femme comme Sarah Appleby appréciait les attentions. Sarah la gratifia d'un large sourire tandis que le couple se dirigeait vers la pièce principale. Victoria se sentit encore un peu plus petite dans cette salle impressionnante. « Victoria, je trouve votre chemisier ravissant. », lui dit Sarah en la rejoignant, tandis que père et fils discutaient un peu plus loin. Elle semblait sincère, vraiment. Victoria avait un peu perdu le sens des vrais compliments depuis qu'elle était entourée de rivales et autres mannequins la méprisant. Cependant, Sarah n'avait aucun intérêt à la dénigrer, du moins tant qu'elle ignorait la vérité sur le « couple » qu'elle formait avec son fils aîné. « Merci beaucoup. Cette villa est superbe et la vue ! ». Ça pouvait sonner faux, mais ce n'était pas le cas. Victoria adorait cette maison pour le cadre qu'il représentait et du coup, le statut. Parce qu'une maison secondaire comme celle-ci représentait la réussite, le pouvoir, tout ce que Victoria comprenait pour le désirer ardemment. En regardant Maé discuter avec son père, elle se disait que sa famille avait réussi, qu'ils étaient également complices, une chose qu'elle n'avait malheureusement pas connu avec ses propres parents...« Victoria, ravis de vous revoir ». Tom Appleby avait surgit à ses côtés, la sortant de ces pensées. « Moi aussi Monsieur ». Maé fut à ses côtés et l’entraîna à sa suite sur la terrasse. Étrangement, elle était rassuré quand il était près d'elle, parce qu'il avait autant besoin d'elle qu'elle de lui et c'était rassurant.

« Victoria vous avez vraiment bonne mine ! Mon fils s’occupe bien de vous, n’est-ce pas ? » .  Maé frémit, très légèrement, mais assez pour qu'elle le perçoive. Avec le temps, elle avait apprit à le connaître, du moins ce qu'il avait bien voulu lui montrer. Maé était sensible aux attentes de sa mère, bien plus que le reste de sa famille et Victoria ne pouvait lui en vouloir. Il voulait faire bonne impression, il ne voulait pas la décevoir... « Absolument. Il m'as invité au Hungry Cat la semaine dernière, c'était parfait. Vous devriez vous y rendre avec Tom. », dit-elle tout caressant le poignet de Maé. Un geste qui suffit à faire passer le mensonge comme une lettre à la poste. Parce qu'ils n'étaient pas allés au restaurant, pas plus que Maé s'occupait bien d'elle, mais Sarah et Tom devaient le croire et les mensonges étaient fait pour ça. « Je vois que Victoria a une très bonne influence sur toi Maé, j'espère que tu réussiras à la garder », siffla Tom à son fils. Maé et Victoria échangèrent un regard, un regard qui n'échappa pas à Sarah. « Oh, vous avez quelque chose à nous dire, c'est ça ? », dit-elle, mi-inquiète mi-excité. Finalement, Victoria n'était pas sur de survivre à cette soirée.  
AVENGEDINCHAINS

_________________
I want my life so bad
I've got thick skin and an elastic heart but your blade it might be too sharp. I'm like a rubberband until you pull too hard. I may snap and I move fast but you won't see me fall apart. © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maé J. Appleby
Messages : 162
Date d'inscription : 02/07/2015
Pseudo : EVB
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédit : tearsflight & anaëlle & jjg tumblr

Emploi : Producteur de films, dirige la Appleby Film Company
love out loud : En carton

Jeu 20 Aoû - 20:53

Victoria & Maé
C’était la ligue professionnelle de baseball à ce niveau. Victoria avait rattrapé ce boulet de canon qui filait droit sur eux comme une pro. Elle qui lui avait déjà sauvé la mise tout à l’heure avec l’histoire du cadeau. Maé entreprit une rapide introspection, d’après ses souvenirs ils n’avaient jamais mis les pieds au Hungry Cat et il n’avait pas contacté Victoria de la semaine. La réalité était donc bien loin de ce qu’elle s’efforçait de vendre aux parents Appleby. Chapeau. Tout droit sorti de son imagination, le mensonge semblait passer comme une lettre à la poste. Alors que sa complice caressait son poignet, Maé esquissa un léger sourire qui, il l’espérait, traduisait la gratitude qu’il ressentait envers elle. La communication n’était vraiment pas leur fort. Aussi fiers et pudiques l’un que l’autre, ils n’étaient pas encore parvenus à faire sauter certaines barrières qui les empêcher de se dire les choses directement. Toutefois cette relation se voulait fausse de a à z, alors y avait-il vraiment de la place pour de l’authenticité ? En tout cas il avait tellement pris l’habitude de faire attention à la moindre de ses paroles, que même face à Victoria il oubliait parfois ce qu’il pouvait lui dire ou non. N’empêche qu’occasionnellement il se demandait comment elle vivait cette situation. Il se doutait bien que ça ne correspondait pas à son idéal mais est-ce qu’elle s’en contentait ou est-ce qu’elle aspirait secrètement à trouver l’amour, le vrai. Difficile à savoir.

La remarque acerbe de son paternel le sortit brutalement de ses pensées. Il but une gorgée de vin, histoire qu’elle passe un peu mieux. Encore une fois, tant de choses dites en si peu de mots. Maé savait pertinemment que son père voyait d’un très mauvais œil son statut de célibataire ou de bourreau des cœurs, ça dépendait des magazines. Tom Appleby c’était un homme tourné vers la famille, il était lui-même l’aîné d’une fratrie de cinq enfants donc on lui avait inculqué les valeurs de la famille dès son plus jeune âge. Il se plaisait à dire à qui voulait bien l’entendre que l’argent, le patrimoine, la gloire n’avaient aucune importance s’ils ne pouvaient être légués à la génération suivante. Sans doute Tom Appleby avait-il espéré que son fils serait un fils aîné à l’image de celui qu’il avait été dans sa propre famille. A ce rythme, la transmission sauterait probablement une génération. Un regard échangé avec Victoria le poussa à ne pas répliquer. Evidemment le producteur n’avait jamais évoqué à quel point sa relation avec son père s’était détériorée mais elle était bien assez intelligente pour comprendre que tout n’était pas harmonie et amour autour d’un brunch tous les dimanches. Donc il se tût et se contenta d’entamer son entrée. De toute façon il n’était plus en âge de se rebeller contre l’autorité paternel, il avait loupé le créneau de la crise d’adolescence. La crise évitée, il espérait terminer cette soirée dans le calme. Il avait à sa disposition un large éventail de sujets banals à aborder tels que la météo, la bourse, l’architecture, les chefs d’œuvre d’Aidan, bref tout ce qui animait généralement la conversation.

C’était sans compter sur sa mère. Sarah Appleby avait intercepté ce regard, pire elle avait décidé qu’il signifiait forcément quelque chose. Au stade avancé de paranoïa dans lequel elle se trouvait, tout était propice à interprétation. Désespérée, elle voulait que son fils aîné lui offre un beau mariage et des petits enfants avant qu’il ne soit trop tard et de ce fait elle voyait des signes partout. Léger moment de panique. Maé ne connaissait que trop bien ce regard et il craignait que sa mère n’aborde les sujets que jusqu’à présent il avait plus ou moins réussi à éviter. Enfin lui il en mangeait matin, midi et soir, mais au moins il avait évité à Victoria un bon lot de migraines. "Absolument pas maman, de quoi tu parles ?" Il se laissa tomber sur le dossier de son siège avant de passer un bras autour de sa complice, un sourire détendu dessiné sur ses lèvres. Le producteur s’efforçait tant bien que mal de garder son calme, de rester le plus serein possible. Il savait que s’il manifestait ne serait qu’un brin de nervosité, sa mère s’engouffrerait dans la brèche pour l’interpréter comme un énième signe. "Cela fait quand même quelques mois que vous sortez ensemble, vous n’avez pas envie de faire évoluer votre relation ?" Maé affichait toujours un air détaché alors qu’il faisait tourner son cerveau à mille à l’heure dans l’espoir qu’une idée finisse par y germer. C’était à son tour de sauver la mise à Victoria, il voulait lui rendre la pareille mais il sentait qu’il risquait de la décevoir sur ce coup-là. Il savait pertinemment qu’une simple négation ne suffirait pas à assainir la curiosité de la reine mère. Il aurait beau continuer à lui dire qu’ils n’ont absolument rien à annoncer qu’elle continuerait à les presser comme des citrons. Le producteur ne pouvait décemment pas changer de sujet sans éveiller trop de soupçons mais en même temps il n’avait aucune réponse à offrir à sa mère, qui à l’heure actuelle ressemblait plus à un flic en plein interrogatoire qu’à une mère recevant son fils à dîner. Il jeta un coup d’œil vers son père qui ne pipait mot mais qui semblait suivre la conversation avec intérêt. "Maman je pense que je parle aussi au nom de Victoria quand je te dis que cela ne te regarde pas. Si tu as besoin de savoir quelque chose, tu le sauras en temps et en heure." Il se saisit une nouvelle fois de son verre de vin mais avec plus de fermeté cette fois-ci. La frustration l’avait crispé, en d’autres termes il avait les nerfs. "Oh Maé arrête de me faire mariner avec tes grands airs là, je sens bien que vous êtes en train de me cacher quelque chose !" Le jeune homme soupira longuement, ils venaient à peine d’entamer l’entrée et il était déjà à bout. "Vicky et moi on envisage d’emménager ensemble ! Voilà t’es contente ?!" C’était sorti comme ça, d’un coup. Sans qu’il ait eu le temps de réfléchir à ce qu’il disait, sans qu’il ait eu le temps de se rendre compte à quel point c’était stupide de dire ça. Il voulait juste que sa mère lui lâche la grappe, il voulait juste lui donner de quoi se réjouir pour qu’elle arrête de lui poser des questions. Réjouie, ça elle l’était Sarah Appleby. Elle affichait un large sourire, elle avait coincé son suspect et résolu l’affaire. Du coin de l’œil, Maé avait vu la tête de Victoria pivoter lentement pour venir planter son regard sur lui. Cette fois-ci  il n’eut aucun problème de communication entre eux, le message était très clair : elle était furieuse. Lui qui voulait lui sauver la mise, il avait juste réussi à l’entraîner dans sa chute.  
AVENGEDINCHAINS

_________________

Flashing lights

We gonna take it to the moon, take it to the stars. We don't know what we could do to make it this far. So many scars, we about to take this whole thing to Mars ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
N. Victoria Doland
Messages : 256
Date d'inscription : 04/02/2015
Célébrité : Emily Blunt.
Crédit : ©schizophrenic & gif by tumblr.


Emploi : Rédactrice en chef de la division californienne du magasine de mode international, Vogue.
love out loud : Fucked Up.

Lun 24 Aoû - 19:47

Victoria & Maé
Malgré le côté bourru du paternel, Victoria en venait presque à jalouser la famille de Maé. Contrairement à bien des familles, elle était entrée dans celle-ci avec une aisance déconcertante. Sarah l'avait immédiatement accueillis parmi les siens, sans la juger, sans se poser trop de question sur elle, simplement en se basant sur l'amour qu'elle avait en son fils. Comme une mère, elle avait prit le bonheur de son fils comme acquis et donc fait confiance à cette nouvelle venue comme l'amoureuse de son aîné. C'était tendre, trop tendre, que Victoria en venait souvent à culpabiliser de jouer ce manège à cette mère simplement heureuse pour son fils. Sarah était une brave femme, une épouse fidèle à ce qu'elle comprenait et une mère épatante qui semblait couver ses enfants comme une louve. Elle était la mère que Victoria aurait aimé avoir. Bien sûr, elle ne voyait que les apparences, uniquement ce que les Appleby voulaient bien lui montrer mais cela avait un goût de paradis. C'était beau et là encore, cela faisait rougir de honte intérieurement la Doland de jouer un tour aussi habile mais pervers à une famille comme eux. Elle savait que c'était à Maé qu'elle devait en vouloir le plus. C'était lui l'initiateur du projet, elle aussi, mais lui qui avait choisi de la prendre comme actrice dans son film sur mesure destiné à duper sa propre famille. Elle aurait pu trouver le concept très sympa s'il ne c'était pas agit d'une vrai histoire et non d'une fiction tout droit tiré de la Appleby Production. C'était eux qu'on mettait en scène, elle comme actrice principale, elle qui trompait aussi bien son monde que le sien, que le leur... Oui, Victoria avait des scrupules a tromper ainsi Tom et Sarah, à leur faire croire qu'elle aimait vraiment leur fils, qu'elle était prête à beaucoup pour son bonheur, alors que tout était faux.  Alors qu'un jour, quand il faudrait y mettre fin, ils apprendront qu'ils avaient rompus pour une quelconque raison. Elle n'osait imaginer la peine de Sarah, elle qui semblait apprécier Victoria comme une belle-fille idéale pour son fils aîné. Mais elle préférait encore ça au fait qu'elle finisse par apprendre la vérité, parce que la vérité, c'est encore ce qui faisait le plus de mal...

« Absolument pas maman, de quoi tu parles ? » . Victoria sentait que le jeu était entrain de tourner. Si tout à l'heure elle avait réussi à sauver la mise, là, elle n'avait plus rien en stock. Bien que Maé se voulait détendu en posant son bras sur ses épaules, Vicky sentit le vent tourner dans le mauvais sens. Elle n'osait regarder Sarah de perd de trahir un quelconque sentiment de confusion. « Cela fait quand même quelques mois que vous sortez ensemble, vous n'avez pas envie de faire évoluer votre relation ? ». Non aurait-elle voulu crier mais elle se contenta de se mordre l'intérieur de la joue. Heureusement pour elle, Sarah ignorait que Victoria avait déjà été marié. Dans ce qui lui semblait être une autre vie, Vicky avait passé le cap en se laissant passer la bague au doit. Alors elle savait très bien ce que cela comprenait de faire évoluer une relation, elle en avait déjà fait la cuisante expérience. Maé, quant à lui, semblait encore novice dans ce domaine mais Victoria ne le sentait pas du tout prêt à faire une croix sur son cher célibat et à partager la vie d'une femme. Seulement là, ni l'un ni l'autre ne pouvait dire clairement ce qu'il ressentait au risque de faire exploser leur couverture. Néanmoins, on pouvait toujours nuancer, Maé semblait douer pour ça. « Maman je pense que je parle aussi au nom de Victoria quand je te dis que cela ne te regarde pas. Si tu as besoin de savoir quelque chose, tu le sauras en temps et en heure. » C'était une répartie qui avait le mérite de leur faire gagner du temps. Mais Victoria pouvait aisément deviné que la mère Appleby ne s'arrêterait pas là, qu'elle voulait en savoir plus. Elle comprenait à moitié cette curiosité ardente concernant la vie de son fils.   Victoria étant une femme mystérieuse et réservée, elle n'avait pas pour habitude de déballer sa vie ainsi, même à une personne aussi proche que pouvait l'être Sarah aux yeux de Maé. N'ayant plus aucun contact avec sa famille depuis des années, elle ne pouvait imaginer qu'une mère puisse se montrer si désireuse d'apprendre plus de son enfant. Néanmoins, elle lui prouvait ainsi être sincèrement intéressé par sa vie et son bonheur futur. « Oh Maé arrête de me faire mariner avec tes grands airs là, je sens bien que vous êtes en train de me cacher quelque chose ! » La pause avait été de courte durée. Victoria sentit Maé se crisper et elle posa une main rassurante sur sa cuisse, geste aussi calculé que désireux de le calmer. C'était à son tour de nuancer, à elle de trouver une parade capable de tenir Sarah en retrait. « Vicky et moi on envisage d'emménager ensemble ! Voilà t'es contente ?! ». Pourquoi elle l'avait laissé l'ouvrir ? C'était ça qu'il appelait nuancer et gagner du temps ? Elle lui serra la cuisse si fort qu'elle planta ses ongles dans sa chaire, seule manière pour le moment de lui faire comprendre qu'il avait joué au con. Elle croisa son regard juste le temps de lui faire capter qu'une fois seuls, il aurait le droit à une paire de baffe. « C'est vrai ? Oh je suis si contente pour vous ! », s'exclama Sarah, aux anges. Tom en profita pour remplir leur verre d'un vin qui se voulait hors de prix. La petite famille leva ses verres, histoire de trinquer à la « bonne » nouvelle. Maé avait un sourire de façade impeccable, quant à Victoria, elle avait plaqué un rictus convaincant sur son visage.   « C'est seulement une idée pour le moment, on est pas encore sûr de se supporter 24h sur 24 », dit-elle avec un large sourire, histoire de ne pas se montrer impolie. Maé avait bien dit envisager, donc il y avait peut-être encore moyen de retourner la situation. « Mais je suis sûr que ça ira bien ! Et puis après ça, ça sera une autre étape, j'espère... ». Sarah affichait un désir non dissimulé qui fit peur a Victoria. Elle prit soudain conscience que Sarah voyait beaucoup plus loin qu'une simple amourette, qu'elle se projetait beaucoup trop loin... « Vous m'excusez un instant ? J'ai besoin d'aller au toilette. », dit-elle en se levant, intimant à Maé de la retrouver au plus vite. S'il pouvait inventer une histoire d'aménagement en quelque seconde, il était bien capable de trouver une excuse bidon pour sortir de table. Victoria prit la direction du premier couloir venu et attendit quelque minutes avant de voir Maé la retrouver. « T'es complètement taré, non ? Tu comptais lui dire quant à ta mère que je comptais pas devenir Mme.Appleby femme et mère bis dans l'année ? ».    
AVENGEDINCHAINS

_________________
I want my life so bad
I've got thick skin and an elastic heart but your blade it might be too sharp. I'm like a rubberband until you pull too hard. I may snap and I move fast but you won't see me fall apart. © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maé J. Appleby
Messages : 162
Date d'inscription : 02/07/2015
Pseudo : EVB
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédit : tearsflight & anaëlle & jjg tumblr

Emploi : Producteur de films, dirige la Appleby Film Company
love out loud : En carton

Sam 5 Sep - 21:05

Victoria & Maé
Maé s’employait à afficher un sourire irréprochable alors que Victoria était littéralement en train de lui broyer la cuisse. Sans le bruit des vagues, ils auraient sûrement pu entendre le petit cri strident qu’il retenait tant bien que mal en serrant les dents. La marque qu’elle avait probablement inscrusté sur sa cuisse laisser présager qu'il allait passer un sale quart d'heure. Connaissant un peu sa partenaire, il prédisait même qu’elle n’aurait pas la patience d’attendre la fin du repas pour lui régler son compte. En attendant, Maé trinquait donc avec ses parents. Il se perdit quelques instants dans le regard approbateur de son père, c’était assez rare pour être apprécié, au point qu’il regrettait presque que tout ceci ne soit qu’une mascarade. Dans sa précipitation le producteur s’était quand même arrangé pour préciser qu’il ne s’agissait là que d’une possibilité et Victoria avait fait en sorte de rebondir là-dessus, histoire de bien souligner le caractère hypothétique de la situation. C’était sans compter sur sa mère qui s’était déjà emparée de l’information pour l’arranger à sa sauce. A l’instant même où Sarah Appleby n’hésitait pas à verbaliser son enthousiasme pour les projets futurs de son fils, son sang ne fit qu’un tour. Sans se rendre compte, elle venait de réduire tous les efforts de Maé à néant. Jusqu’à présent il avait réussi à tenir Victoria hors de ces conversations orientées mariage et enfants, mais voilà que la reine mère mettait les pieds en plein dans le plat. Il appréhendait tellement la réaction de Victoria qu’il sentait presque des gouttes de sueurs perlées au coin de ses tempes. D’ailleurs cette dernière ne se fit pas attendre puisqu’elle prétexta une envie pressante pour s’éclipser discrètement. Au vue du regard appuyé qu’elle lui adressa alors qu’elle se lever de table, il comprit rapidement qu’il avait tout intérêt à trouver un moyen pour la rejoindre fissa. "Il faudra que vous organisiez une petite fête, comme ça on pourra enfin rencontrer la famille de Victoria !", dit Sarah Appleby alors qu’elle se tournait, excitée comme une puce, vers son mari. Si seulement elle avait une idée de la bombe qu’elle venait de lâcher. Il remercia le ciel d’avoir éloigné Victoria pour l’occasion. Cette phrase, en sa présence, aurait tout simplement signé son arrêt de mort. La famille Doland c’était juste off limits, il l’avait rapidement compris. Maé avait vaguement entendu parler d’une sœur, il supposait que ses parents étaient soit décédés, soit aux abonnés absents. En tous les cas, il les imaginait mal tous réunis autour de Victoria pour une chouette pendaison de crémaillère. Il acquiesça en souriant pour éviter d’entrer dans les détails mais il se demandait bien comment ils arriveraient à se sortir de cette nouvelle impasse. Un problème après l’autre, pour l’instant il devait surtout trouver un moyen de réparer ses bêtises et de se racheter auprès de sa partenaire. Il profita de l’arrivée des plats principaux pour prétendre qu’il avait un appel urgent à passer pour le travail et il s’éclipsa.

Face au mécontentement complètement justifié de Victoria, Maé trouvait difficilement les mots justes pour l’apaiser. Il savait qu’il avait merdé, qu’il était en tort et à part admettre son erreur il voyait mal ce qu’il pouvait faire d’autre. Sauf que c’était un peu plus facile à dire qu’à faire. Il s’en voulait vraiment d’avoir failli à son devoir de complice, mais il avait sa fierté et assumer un moment de faiblesse devant une femme telle que Victoria semblait insurmontable. Faut dire qu’elle, elle était forte, prête, parée à toutes les éventualités. Alors que lui il avait ce côté plus émotif, plus insolent qui faisait que dès qu’on le piquait trop, il avait tendance à balancer les premières conneries qui lui venaient à l’esprit. "Figure toi que c’était prévu.", qu’il essayait de la baratiner. Sauf qu’il se rendit bien compte que c’était inutile. "Bon d’accord c’était pas trop prévu.", dit-il en baissant légèrement le regard, comme un enfant qui avoue sa bêtise. Maé appuya son dos sur le mur et ramena ses bras croisés contre son torse. Il était bien conscient que c’était à lui de les sortir de ce pétrin mais avec les bourdes qu’il avait enchaînées, il supposait que ses idées ne seraient pas forcément les bienvenues. "Ca partait d’une bonne intention, je t’assure. Je savais que ça risquait de t’agacer, du coup je me suis dit que je ne t'en parlerai pas tant que ce n'était pas une menace sérieuse. Je t’avoue que je ne m’attendais pas à ce que ça m’explose en pleine face…" Le jeune homme jeta un bref regard vers la terrasse, ses parents semblaient toujours occupés à se réjouir de la nouvelle avancée dans la vie personnelle de leur aîné. Il aurait presque eu mal au cœur. C’est vrai que sa mère pouvait se montrer particulièrement envahissante et butée mais il savait qu’au fond elle cherchait simplement à s’assurer du bonheur de son fils. Au-delà de sa carrière et des apparences, Sarah Appleby avait trouvé un profond épanouissement en devenant une épouse et une mère et elle voulait simplement la même chose pour lui. Du coup elle ne comprenait pas qu'il n’y voyait pas le même épanouissement qu’elle. Pour son père, c’était autre chose. Maé persistait à croire que pour lui ce n’était qu’une histoire de présentation. Difficile à savoir, personne n’arrivait à véritablement sonder Tom Appleby. "Ecoute je suis désolé, elle m’a poussé à bout et j’ai pété les plombs. On devrait d’ailleurs se concentrer sur ça pour l’instant, est-ce qu’on joue le jeu ou est-ce qu’on se débrouille pour tuer l’idée dans l’œuf ? Qu’est-ce que tu veux faire ?" Il guettait avec ferveur son regard, dans l’espoir que celui-ci soit illuminé par une idée de génie. A ce stade il était prêt à la suivre, quelle que soit sa décision.
AVENGEDINCHAINS

_________________

Flashing lights

We gonna take it to the moon, take it to the stars. We don't know what we could do to make it this far. So many scars, we about to take this whole thing to Mars ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
N. Victoria Doland
Messages : 256
Date d'inscription : 04/02/2015
Célébrité : Emily Blunt.
Crédit : ©schizophrenic & gif by tumblr.


Emploi : Rédactrice en chef de la division californienne du magasine de mode international, Vogue.
love out loud : Fucked Up.

Mer 9 Sep - 17:32

Victoria & Maé
Elle sentait le piège se refermer sur elle, le rôle de belle-fille idéale se fissurer lentement. Elle voyait arriver l'issue du problème sans pouvoir s'en défaire, résolue, acculée, sans moyen de faire autrement. Parce que même en quittant la terrasse, elle savait que la partie venait d'être remporté et pas par elle, ni par Maé mais bien par Sarah Appleby. Sans le savoir, la mère venait de faire s'effondrer leur petit jeu si parfaitement mené depuis des mois. Pourtant, Victoria espérait encore une issue possible. Après tout, Maé et elle étaient devenus maître dans l'art de la duperie et du mensonge, ils avaient bien un autre tour dans leurs sacs, non ? Elle espérait en tout cas. Seulement voilà, même s'ils arrivaient à dépasser ce petit obstacle sur leur chemin, ils en restaient beaucoup d'autres à venir et ceux-là, Victoria se voyait mal les surmonter. Sarah espérait un mariage, des petits-enfants, des choses que Maé et Victoria ne pouvaient malheureusement pas lui donner. Pourtant, il y avait bien eu cette fois, ce petit moment d'égarement, cet instant volé qu'elle avait presque oublié mais qui venait brutalement refaire surface.  

***

Maé et Victoria avaient passé la soirée ensemble, peaufinant un peu plus leur jeu de duperie aux yeux de tous. Ils étaient beaux, parfaits ensemble. Les jeunes femmes bavaient de jalousie devant Victoria qui avait réussi à accaparer le cœur du sexy Maé, tandis que les hommes salivaient devant l'élégance de la Doland, malheureusement aux bras d'un homme trop réputé pour eux. Et ce soir là, l'alcool avait coulé à flot. Victoria n'étant pas portée sur la boisson c'était abstenue au départ, mais avait été poussé par les autres invités à se joindre à eux. La Doland n'avait jamais été une grande buveuse et jusque là, l'alcool lui avait plutôt filé des migraines que des bons moments. Sauf que ce soir-là, elle était avec Maé et qu'il était prévenant, charmant, il jouait son rôle tellement bien qu'elle aurait pu s'y méprendre sur ses vrais intentions. Ils n'avaient jamais donné autant le change que lors de cette soirée. Et Victoria avait fini par boire plus que de raison, par se laisser aller, par tomber lentement dans le filet tendus par son partenaire. Quelques verres plus tard, elle était chez lui, nue, tout à lui. A ce souvenir, elle frémit presque, parce qu'elle s'était interdit de penser de nouveau à ce moment. Ils avaient brisé le contrat, tous deux avaient cédé à une pulsion qui leur semblait étrangère. Victoria avait connu Maé dans l'intimité et elle ne pouvait refouler cet instant de plaisir en sa compagnie. Même dans les contrats les plus stricts, il y a une petite strophe bien cachée. Cette nuit là, leur pacte avait été mit à rude épreuve. Pour Victoria, coucher avec Maé était une connerie monumentale, agréable certes, mais beaucoup trop grosse pour être répétée. Pas de sentiments, pas de relation intime, rien qui ne pouvait entraver l'un ou l'autre dans son quotidien et sa vie professionnelle. Rien.  

***

Maé avait fini par la rejoindre. Il semblait mal à l'aise, ce qui était toujours mieux que le retrouver avec un sourire idiot sur le visage ou l'air faussement innocent. « Figure toi que c'était prévu », mais ça ne l'empêchait pas de dire des conneries. Elle croisa les bras, furieuse. « Bon d'accord c'était pas trop prévu », admit-il finalement. Victoria aurait pu s'attendrir, mais c'était mal la connaître. La Doland ne se laissait jamais influencer par ses émotions, beaucoup trop accaparantes et imprévisibles à son goût. Elle pensait toujours réussite, perfection, efficacité, peu de place pour la fantaisie ou l'improvisation dans son mode de vie. Mais niveau improvisation, Maé venait de frapper très fort et sans la consulter. De toute façon, s'il avait évoqué cette « idée » avant, elle aurait tout bonnement refusé avec un regard appuyé, exactement celui qu'elle lui servait en cet instant où elle aurait pu le tuer du regard. De plus, ils avaient peu de temps avant que leur absence conjointe soit remarqué. « C'est de la pure connerie, oui ! », dit-elle à voix basse mais le ton était assez équivoque pour faire comprendre l'urgence du problème à Maé. « Ca partait d'une bonne intention, je t'assure. Je savais que ça risquait de t'agacer, du coup je me suis dit que je ne t'en parlerai pas tant que ce n'était pas une menace sérieuse. Je t'avoue que je ne m'attendais pas à ce que ça m'explose en pleine face… ». Exploser était le mot juste. Et Maé semblait sincère. Il était tellement soucieux de faire plaisir à sa mère, son père, qu'il avait dit exactement ce qu'ils voulaient entendre. Ce genre de choses n'aurait jamais pu se produire avec la famille de Victoria, elle qui n'avait cherché qu'as les fuir depuis le jour de sa naissance. « Depuis quand c'est une menace sérieuse ? T'as jamais présenté d'autres filles à ta mère avant, c'est ça ? ». Et ça ne semblait pas être absurde. Elle connaissait assez le Appleby pour le voir Don Juan, coureur et donc pas du tout soucieux de s'épanouir dans une relation de couple. C'est pour ça qu'elle était là, non ? Pour palier à ce manque et lui permettre de continuer pleinement ses batifolages avec d'autres. « Maé, ta mère croit que je vais t'épouser ! ». Encore une fois, elle baisse la voix mais l'intention y est. Dans sa voix, ça peut paraître scandaleux d'épouser Maé Appleby mais le réel problème c'est qu'elle ne peut épouser un homme qu'elle n'aime pas et qui ne l'aime pas non plus. Seulement, Sarah ne le sait pas ça ! « Ecoute je suis désolé, elle m'a poussé à bout et j'ai pété les plombs. On devrait d'ailleurs se concentrer sur ça pour l'instant, est-ce qu'on joue le jeu ou est-ce qu'on se débrouille pour tuer l'idée dans l'œuf ? Qu'est-ce que tu veux faire ? ». Et maintenant il la pressait. Il avait raison cependant, ils ne pouvaient squatter le couloir une éternité. « C'est plutôt à toi de voir, ce sont tes parents. Tu risque de briser le cœur de ta mère si tu lui dit qu'on renonce à l'emménagement, mais si on accepte, elle tardera pas à m'apporter des layettes et des petits pots pour bébé ! ». Voilà qu'elle se mettait à paniquer, ce qui ne lui ressemblait pas. A cette image, le visage poupon de Luka apparut derrière ses paupières et elle se fit violence pour chasser son minois. Elle ne pouvait penser à l'enfant qu'elle avait perdu, pas maintenant. « Bon, on n'en reparle pas et si elle recommence avec ses insinuations, tu joue le mystérieux et dit que cela ne la regarde pas, point barre ! ».      
AVENGEDINCHAINS

_________________
I want my life so bad
I've got thick skin and an elastic heart but your blade it might be too sharp. I'm like a rubberband until you pull too hard. I may snap and I move fast but you won't see me fall apart. © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maé J. Appleby
Messages : 162
Date d'inscription : 02/07/2015
Pseudo : EVB
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédit : tearsflight & anaëlle & jjg tumblr

Emploi : Producteur de films, dirige la Appleby Film Company
love out loud : En carton

Mer 16 Sep - 0:18

Victoria & Maé
Bien sûr que c’était de la pure connerie, il avait essayé tant bien que mal de limiter la casse mais il n’avait pas fallu longtemps à Victoria pour percer à jour le vrai dessein de Sarah Appleby. Les choses auraient pu se dérouler autrement, il avait sa part de responsabilité. Peut-être que s’il avait pris les devants en évoquant cet avancement avec Victoria, ils auraient pu prévoir un plan de secours et ainsi contourner les pièges de la reine mère.Il était de toute façon trop tard pour s’apitoyer sur ses erreurs passées, il lui fallait trouver un moyen de sauver les meubles. Sauf que, comme la Doland l’avait très bien senti, c’était la première fois qu’il faisait tout le truc de la rencontre avec les parents donc le fait qu’ils soient un faux couple ne lui facilitait vraiment pas la tâche.Le regard noir appuyé de Victoria lui donnait envie d'aller se terrer au fond d’un trou, le temps que la colère passe, mais il savait bien qu’ils n’avaient pas le temps pour ça. Leur absence se ferait bientôt sentir et si sa mère les trouvait à se disputer dans le couloir, ce ne seraient pas des rames qu’il leurs faudrait pour justifier ça mais un canoë de sauvetage tout entier. Le fait est que Victoria n’avait pas tort, ils étaient un peu coincés entre deux scénarios qui dans tous les cas ne tourneraient pas à leur avantage. Autant choisir entre la peste et le choléra. C’est ainsi qu’il réalisa qu’à partir de maintenant, ils ne seraient plus jamais en position de force. Il réalisa qu’ils avaient dépassé le délai. C’est toujours comme ça dans un couple, au début on laisse les deux tourtereaux s’apprivoiser, se découvrir puis vient un moment où tout le monde estime qu’ils ont assez roulé leur bosse comme ça et qu’il est temps d’en venir aux choses sérieuses et bientôt ce ne seront pas seulement les parents de Maé, mais ses amis, les amis de Victoria, la presse, mon Dieu, la presse, qui les assailliraient de questions et d’interrogations. Il manqua de tourner de l’œil face à cette idée. Il venait presque à en regretter de s’être lancé dans cette mascarade. Faut dire qu’en élaborant son plan il n’avait pas du tout anticipé les dommages collatéraux. Il sonda le regard de Victoria comme pour deviner si elle l’avait réalisé elle aussi. Bien sûr qu’il pouvait se la jouer mystérieux, bien sûr qu’il pouvait éviter d’aborder le sujet mais pour combien de temps ? De toute façon si l’idée n’était pas sortie de la bouche de Maé, elle serait forcément sortie de la bouche de quelqu’un d’autre tôt ou tard. D’autant plus qu’il savait pertinemment que sa mère n’hésiterait pas à revenir à la charge. D’après lui il était juste temps pour eux de passer au niveau suivant, même s’ils ne s’y étaient pas préparés et même si Victoria ne semblait pas emballée par l’idée. Néanmoins il se tût, ce n’était ni le moment, ni l’endroit pour avoir cette conversation. "D’accord. Très bien. Je vais essayer de faire au mieux." Maé lui recommanda alors de retourner sur la terrasse la première. Alors qu’il patientait dans le couloir, il s’employait à prendre de profonde inspiration dans l’espoir de calmer un peu son anxiété. Il croyait percevoir un début de crise de panique et il voulait absolument à tout prix éviter ça. Quoique…ça ferait une bonne distraction. Non évidement, c’était une idée stupide. Il persista avec ses exercices de respiration à la noix et fini par se calmer.

De nouveau installé à table, Maé constata avec joie que tout semblait se dérouler paisiblement malgré la vague qui venaient de les secouer. Ses parents se réjouissaient toujours de la nouvelle et ne semblaient pas avoir remarqué la nature improvisée de cette dernière. "Du nouveau au travail ?" Pour une fois Maé était ravi que son père vienne fourrer son nez dans son business puisque ça lui permettait de changer le sujet de conversation, au moins pour quelques temps. "Non c'est juste qu'on va signer un gros contrat demain et je voulais simplement m’assurer que tout était bien en place." Tom Appleby hocha silencieusement la tête. Oui bon au final il n’était parvenu à gagner que quelques secondes. Le cinéma et la production de films ne faisant pas vraiment partie des sujets de prédilections de son père, la conversation était forcément assez limitée. La vérité c’est qu’il aurait presque préféré annoncer que ses locaux venait d’exploser, histoire d’avoir une très bonne excuse pour filer. C'est vrai qu’ils n’avaient pas discuté de la possibilité de pondre un mensonge assez crédible pour écourter la soirée. En même temps face à de telles fouines, ils étaient assez limités dans leurs choix. Pour l’instant il abandonna cette possibilité et se concentra sur la dégustation de son plat. Le chef s’était surpassé, c’était un vrai délice et c’était quelque part réconfortant de se dire qu’au moins ils auraient bien mangés. La conversation s’embraya naturellement sur des sujets plus communs et Maé s’autorisa à se détendre un peu. Erreur de débutant. Dans ces moments il ne faut jamais, au grand jamais, relâcher la pression puisqu’au moment de la riposte, il y en a toujours une, on se retrouve complètement désarmer. Sarah Appleby avait entreprit d’évoquer la préparation du mariage d’Aidan puisque c’était tout naturellement qu’elle s’y était activement investie sans que personne ne vienne lui demander quoi que ce soit. Du Sarah Appleby tout craché. Déjà grosse allusion adressée à son fils mais il ne préféra pas la relever, surtout que ce n’était rien comparé à ce qui s’apprêtait à les frapper. "En parlant de ça, Victoria quelles sont vos opinions sur le mariage ? Rassurez-vous je ne fais pas allusion à Maé en particulier mais plus généralement. Je lis partout que vous êtes une femme forte, indépendante et centrée sur votre travail. J’aimerais en savoir plus. Après tout vous êtes ma belle-fille et j’ai l’impression de ne pas vous connaître, c’est fou ça !" La surprise le vit avaler de travers et il faillit recracher son vin. Inconsciemment il s’enfonçait dans son siège, presque avoir l’espoir qu’il parviendrait à disparaître comme par magie. Il appréhendait la réaction de Victoria. Il savait que sa mère ne pensait pas à mal en posant cette question mais il savait aussi que là tout de suite sa complice était sur les nerfs et qu’elle risquait peut-être de se sentir offensée.
AVENGEDINCHAINS

_________________

Flashing lights

We gonna take it to the moon, take it to the stars. We don't know what we could do to make it this far. So many scars, we about to take this whole thing to Mars ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
N. Victoria Doland
Messages : 256
Date d'inscription : 04/02/2015
Célébrité : Emily Blunt.
Crédit : ©schizophrenic & gif by tumblr.


Emploi : Rédactrice en chef de la division californienne du magasine de mode international, Vogue.
love out loud : Fucked Up.

Lun 21 Sep - 16:43

Victoria & Maé
Elle en viendrait presque à s'attendrir avec lui. Presque. Elle le voyait bien à sa façon subite de nuancer, de lui laisser une autre chance. Elle n'avait pas claqué la porte, prétexté un rendez-vous important avant d'abandonner Maé avec ses parents. Non, mais elle aurait pu. Cela lui avait même traversé l'esprit. Après tout, c'était sa famille à lui, ses parents, ses ennuis, pas les siens. Elle avait coupé les ponts avec la sienne, c'était pas pour se taper les conflits familiaux des autres. Ouais, sauf qu'en pratique ça ne pouvait pas fonctionner comme ça. Elle ne pouvait juste pas tourner le dos sans que les conséquences lui tombent dessus également. Parce que si fuir était très tentant en cet instant et lui permettrait de souffler, elle savait qu'elle le payerait cher dés le lendemain, dés la seconde ou Maé riposterait. Il était peut être désolé en cet instant, véritablement ennuyé par la situation, il n'en restait pas moins un requin qui finirait par la piéger également, par pure vengeance. Et elle devrait faire face à la critique, à l'effondrement de son « couple » dans la presse et il en était hors de question. Alors oui, elle baissait un peu la garde pour le moment, elle lui accordait le bénéfice du doute parce qu'elle n'avait tout simplement pas le choix. Lui hurler dessus était un défouloir parfait, mais cela ne résoudrait rien hormis calmer la tempête en elle. Et puis elle avait déjà eu affaire à bien pire que ça, elle pouvait bien gérer cette nouvelle galère comme toutes les autres. Si elle avait pu gérer un mariage chaotique, une tempête médiatique, elle pouvait bien garder la tête haute après ce nouvel incident. Et puis Maé allait bien les sortir de là. « D'accord. Très bien. Je vais essayer de faire au mieux. ». Il allait bien falloir. Elle ne lui laisserait pas tout gâcher une seconde fois. Dans le fond, elle savait bien que leur « histoire » ne pourrait continuer ainsi indéfiniment sans que des changements s'opèrent.   Mais elle pensait avoir le temps. Après tout, ils n'étaient « ensemble » que depuis quelques mois, une date minime pour un couple lambda. Les couples étaient-ils obligé de se marier aussi vite ? Après tout, quand on voyait le nombre de divorces, on se demandait bien comment l'institution du mariage pouvait encore attirer des amoureux. Ne fallait-il pas se donner du temps, s'amadouer, se laisser plusieurs chances avant de véritablement s'engager ? Victoria le pensait mais Sarah semblait d'un autre avis. La mère Appleby vivait encore dans un pays conservateur qui voulait que les relations soient officialisées le plus vite possible et donnent des héritiés sans trop tarder. Sauf que Victoria ne faisait pas partit de ces valeurs, elle se foutait bien de faire plaisir, de devenir la femme trentenaire que tous attendaient au tournant. Elle aurait bien voulu balancer ça à sa belle-mère, mais son bon sens et son mensonge la tenait muette. Elle avait choisi Maé comme couverture, elle prenait également la vision archaïque de sa mère pour acquise.

Victoria avait rejoint la table et faisait mine d'être en pleine forme. Elle était douée car elle avait réellement bonne mine malgré peu d'heure à dormir et un rythme de vie en accéléré. Mais comme Maé, elle avait ses propres ressources. Du Yoga, des soins quand elle pouvait, des repas équilibrés, bref elle donnait l’allure d'une femme d'affaire épanouie. Rien qui ne laissait voir quel horrible mensonge elle tisait comme une toile d’araignée aux yeux de tous. « En parlant de ça, Victoria quelles sont vos opinions sur le mariage ? Rassurez-vous je ne fais pas allusion à Maé en particulier mais plus généralement. Je lis partout que vous êtes une femme forte, indépendante et centrée sur votre travail. J’aimerais en savoir plus. Après tout vous êtes ma belle-fille et j’ai l’impression de ne pas vous connaître, c’est fou ça ! ». Elle avait dit ça tellement naturellement qu'il aurait été mal venu de l'envoyer paître et Victoria soupçonnait qu'elle le sache parfaitement. Sarah était décidément une femme a part entière. Une femme que Victoria appréciait, étonnamment. Malgré ses airs inquisiteurs et sa manie de se mêler de tout, elle la respectait pour la mère qu'elle était, pour celle qu'elle n'avait jamais eu... Mais en cet instant, elle regrettait véritablement de porter tant d'affection à cette grande dame. Elle savait que la question du précédent mariage finirait par faire surface, mais le plus tard aurait été le mieux. Pour le moment, elle ne savait pas si Sarah possédait cette information, mais si elle lisait des articles sur elle il était presque certain que son mariage express avec un styliste de renom avait attiré son attention. A côté d'elle, Maé semblait encore plus mal à l'aise, ce qui la consola à moitié. Elle termina tranquillement son verre de vin, afficha un air parfaitement décontracté. « Et bien le mariage n'est pas à prendre à la légère et je pense qu'il faut vraiment être sur de soit avant de passer le cap. » Elle ne savait si c'était ça que Sarah voulait entendre, mais elle ne comptait pas en rester là. « C'est pourquoi on se laisse du temps avec Maé, on voudrait pas précipiter les choses et allonger la longue liste des divorcés de Los Angeles. », dit-elle avec un léger sourire qui se voulait détaché. Si Tom sembla apprécier la blague, Sarah fut plus réservé. « Je vois, je vois... J'ai lu que vous aviez été marié, mais vous étiez plus jeune... ». Sarah laissa sa phrase en suspens tandis que Maé coula un regard vers elle. Elle ignorait s'il était au courant, en tout cas, elle ne lui en avait jamais parlé. Jusque là, son passé avait été évité soigneusement, mais elle savait que quelques journaux avaient dénichés des vieux dossiers, surtout après que Thomas ait accordé une interview pour remplumer son porte-feuille. Pour le coup, Victoria aurait voulu faire taire sa belle-mère, mais le ton qu'elle avait prit laissait peu de place au replis stratégique. « C'est vrai. C'était une bêtise mais je ne regrette rien. On fait parfois de drôle de choses quand on aime quelqu'un. » Oui, mais elle ne comptait pas s'étaler sur le sujet. Elle n'avait pas envie d'inviter Thomas à ce rendez-vous qui prenait de plus en plus un mauvais tournant.    
AVENGEDINCHAINS

_________________
I want my life so bad
I've got thick skin and an elastic heart but your blade it might be too sharp. I'm like a rubberband until you pull too hard. I may snap and I move fast but you won't see me fall apart. © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 :: The City of Los Angeles ... :: Suburbs :: Santa Monica
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1- Christal Houston VS 2- Victoria Vodar [FINALE]
» Victoria Alisa . Cavalieri
» so desert....
» Partie multi Victoria II
» Victoria Justice (négociable) • Nina Chevalier • 25 ans