:: Les Archives :: La salle des archives :: Scénarios
[F] ▲ LINDSEY MORGAN - Ma soeur, ma moitié.
Invité

Ven 31 Juil - 11:48
Alma
Libre
Curtis
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.
i.  identité
» nom complet
Alma Curtis
» Date de naissance
Libre (23 ans)  
» Lieu d'origine
Los Angeles
» Profession
Libre
» Orientation sexuelle
Libre
» Situation amoureuse
Libre
» Avatar : Lindsey Morgan ou une autre brune à la peau mate » Crédit : Cristalline
ii.  histoire
Alma est une gitane comme l’ensemble de sa famille, famille qui se résume à ses voisins de quartier, sa sœur Thea et leur mère qui les a élevé seule. • Son enfance a été heureuse jusqu’à ce que sa mère rencontre son nouveau copain, copain qui s’est rapidement intéressé à Alma, de beaucoup trop près. • Ce dernier lui offrait toujours beaucoup de cadeaux…mais ça ne rendait pas son comportement dégoutant. • Alma n’a jamais rien osé dire pour protéger sa mère enfant heureuse et sa sœur qu’il menaçait de toucher si elle disait un mot • Cette histoire l’a profondément marquée et d’une certaine manière, l’a rendue plus forte, beaucoup plus forte et aujourd’hui, elle ne laisse plus jamais rien ni personne se mettre en travers de son chemin • Elle s’est détachée de sa famille, ne pouvant s’empêcher de leur en vouloir de n’avoir rien vu, du moins avant qu’il ne soit trop tard.

EXTRAIT DE FICHE:
« MAMA ! THEA ELLE A MANGE TOUS LES MORCEAUX DE CHOCOLAT DANS MES CORN-FLAKES ! » Ta sœur Alma, elle avait toujours eu du coffre quand il s’agissait de hurler pour attirer l’attention mais tu ne craignais pas ses cris rageurs, tu ne craignais pas non plus sa vengeance qui ne tarderait sans doute pas. Non toi tu restais là à ricaner sur ta chaise, cachant tes rires derrière la paume de ta main, contente d’avoir réussi à lui faire un sale coup. Ce n’était pas bien méchant, vous étiez simplement ainsi, à toujours chercher des ennuis l’une chez l’autre, à celle qui parviendrait à énerver l’autre la première. Tu ne savais même plus quand ce petit jeu avait commencé mais vous saviez toutes deux qu’il ne s’agissait que d’un jeu, qu’il n’y avait aucune animosité derrière vos farces, une légère rivalité tout au plus mais malgré tous vos coups tordus, vous vous aimiez et vous n’oubliiez jamais votre fraternité. Une tape derrière vos têtes vous ramena pourtant à la réalité et là, fini de rire ! « Ça suffit le grabuge! Alma t’arrêtes un peu de crier comme ça et toi, occupe-toi de tes céréales ! » Le chef avait parlé ! Attrapant ta cuiller, tu pouffais encore de rire en jetant quelques regards à ta sœur qui boudait sur sa chaise, fâchée de ne pas avoir été défendue par votre mère.
Elevées seules par votre mère, vous viviez chichement mais votre vie n’en était pas malheureuse pour autant : votre mère enchainait les services pour vous offrir le minimum et pour le reste, vous aviez bien quelques voisins pour vous le fournir : vous aviez beau avoir mauvaise presse aux alentours, personne ne pouvait nier la solidarité qui vous unissais entre vous, vous autres gitans. Du haut de tes huit ans, tu n’avais jamais connu que ça de toute manière, votre quartier rafistolé de partout, les odeurs de cuisine s’élevant par ci par là, les chants jusqu’aux heures tardives, les pétarades des mobylettes, les rires des saouls et les disputes des familles désillusionnées. Beaucoup d’entre vous avaient quitté le quartier allant parfois jusqu’à renier leurs origines tziganes, tirant un trait sur le passé pour partir des rêves plein la tête vers Los Angeles, vers la ville de tous les miracles. Tu n’avais jamais compris ces gens-là prêts à tout quitter pour courir après un bonheur qui n’existait sans doute pas. Mais finalement, du haut de tes huit ans, qu’est-ce que tu savais de la vie ? Tu croyais que tout serait toujours simple, que tout serait toujours beau comme ce matin.
Et ça aurait pu être le cas. Sauf que ta mère avait fini par le rencontrer lui. Tu aurais aimé pouvoir dire que tu ne l’avais jamais aimé, tu aurais aimé pouvoir faire confiance à ton instinct sauf que non, toi tu n’étais qu’une gamine qui n’avait jamais connu que le bonheur, comment aurais-tu pu te douter qu’en accueillant cet homme chez vous, ta mère ouvrait la porte au loup ? Il avait pourtant toujours été gentil, tu te souviens encore de ses larges sourires aux dents un peu gâtées, ta mère disait qu’il avait mangé trop de sucreries en étant enfant, Alma prétendait qu’il s’agissait des cigarettes plutôt. Toi tu n’en savais rien, tu t’en moquais bien : Maman était heureuse et il vous ramenait des cadeaux. Surtout à Alma d’ailleurs. Tu en avais d’ailleurs rapidement été jalouse parce qu’Alma, elle recevait toujours les plus jolis cadeaux, les plus jolis vêtements. Tu te souviens encore de ce jour, quand tu l’avais regardée avec envie essayer la robe qu’il venait de lui rapporter, et ça t’énervait de la voir faire la tête, ça t’énervait de la voir dédaigner ce cadeau dont tu rêvais. « J’en ai marre, c’est toujours tout pour toi ! » tu lui avais crié avant de courir loin d’eux, courir pour aller te cacher quelque part dans le quartier.
Tu n’avais alors pas encore compris le prix qu’elle devait payer pour tous ces cadeaux.

iii.  liens

Theodora Curtis - Ma soeur
Avant, vous étiez très proches…toujours à jouer la compétition certes, toujours à vous chamailler…mais gare à ceux qui osaient s’en prendre à l’une d’entre vous ! Vous étiez liées comme le ying et le yang, toi la féminine, Théa la dure. Vous étiez complémentaire. Sauf qu’il a tout gâché. Il se servait de ta sœur pour obtenir ton silence, te jurait que si tu mouftais, c’était elle qui y passerait alors tu t’es tues des mois durant…Et quand enfin tu brisais cette loi du silence, il était trop tard pour réparer les pots cassés : bien malgré toi tu en voulais à ta mère et à ta sœur de ne pas avoir vu, de ne pas avoir compris ce qu’il se passait. Aujourd’hui ? Tu es sortie de leur vie et plus ironique encore, ce qu’il t’est arrivé t’as donné une rage de vaincre là où ta petite sœur a perdu toute confiance ! Les rôles ne seraient pas à un peu inversés ?


   
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Sam 1 Aoû - 18:01
iv.  Mes exigences
Hey !

Tout d'abord, merci à toi d'avoir lu mon scénario jusqu'au bout ! J'espère qu'il t'a bien plus et si oui, voici mes quelques exigences...mais rassures-toi, je ne suis pas franchement pénible ! :uhu:

Le prénom n'est pas vraiment négociable, le nom pas du tout...mais on peut envisager qu'elle ait choisi un autre prénom pour signifier le renouveau ? Je ne suis pas fermée d'esprit !

En ce qui concerne l'avatar, il est tout à fait négociable...je propose Lindsey car elle est jolie, féminine et donne une impression de force mais si elle ne te convient pas, tu peux proposer quelqu'un d'autre sachant qu'elle doit être brune avec la peau un peu mate. Faut pas me proposer une jolie petit blonde quoi !

En ce qui concerne l'histoire, son enfance ne l'est pas vraiment, négociable je veux dire, mais à toi de décider comment elle a géré le truc, comment elle l'a vécu et comment elle est parvenue à le surmonter, sa vie d'aujourd'hui aussi est libre, je veux que tu t'appropries le personnage quoi !

Pour terminer, niveau RP...j'écris à la deuxième personne (certains n'aiment pas donc je préfère prévenir), je ne suis pas hyper rapide dans mes réponses donc je préfère être honnête. Pour le reste, c'est à ta guise, j'espère juste qu'il n'y aura pas trop de fautes, ça me rebute un peu !

Sur ce, à très vite !
Revenir en haut Aller en bas
 :: Les Archives :: La salle des archives :: Scénarios
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [F] ▲ LINDSEY MORGAN - Ma soeur, ma moitié.
» (f) Lindsey Morgan ⍢ Ex et meilleure amie
» (f) RÉSERVÉ - Lindsey Morgan
» (f) CAMILLA BELLE - LINDSEY MORGAN + different flowers from the same garden
» RUMI ELIZABETH KELLYS - Démon Phénix - MALÉFIQUE - LINDSEY MORGAN