:: The City of Los Angeles ... :: Silverlake :: YAS Fitness Center
Le mensonge est l'arme des forts *FT. A. Riley Miller
avatar
Justyn D. Robbins
Messages : 173
Date d'inscription : 11/07/2015
Pseudo : L-odie
Célébrité : Stephen Amell
Crédit : .TRUST ISSUES


Emploi : Lieutenant Los Angeles Police Department
love out loud : La mort n’est qu’un jeu comparée à l’amour

Sam 1 Aoû - 12:58
Le mensonge est l'arme des forts
Cela faisait quelques jours maintenant que j’étais revenu à Los-Angeles, j’avais retrouvé mes anciens bureaux, retrouvé certains de mes anciens coéquipiers alors que de nouveau étaient arrivé depuis deux ans. Je m’en étais plutôt bien sortit, personne n’avait cherché à faire remonter les mauvais souvenirs à la surface, beaucoup devaient avoir des questions sans réponses sur la mort de deux de mes hommes il y a deux ans, mais personne n’était venu m’en parler, certains par compréhension parce qu’ils n’avaient pas oublié l’homme qui était rentré de Miami et d’autre, par manque de courage même si l’envie était bien présente. Depuis mon retour ma vie était complètement sur un chemin que je ne contrôlais pas, j’avais eu l’occasion de revoir Riley, je savais qu’il allait être difficile pour moi de me faire pardonner, je ne m’attendais pas à ce qu’elle me saute dans les bras et que notre histoire reprenne en un claquement de doigt, mais je ne m’étais pas préparé à l’éventualité où elle me dirait que nous deux c’était terminé, que je devais tourner la page comme elle l’avait fait. Il y avait une partie de moi qui ne voulait pas la croire, je ne pouvais pas tirer un trait sur l’amour que j’avais pour elle, ni même sur ses paroles, elle avait bien dit qu’elle ne cesserait jamais de m’aimer, mais je ne pouvais pas non plus oublier son regard, le son de sa voix déterminé quand elle m’avait dit que c’était à mon tour de faire le deuil de notre histoire. « Justyn tu devrais rentrer chez toi, s’il y a de l’action je t’appel. » Je n’avais pas remis les pieds souvent chez moi ces derniers temps, les seuls fois où je m’y étais rendu c’était pour prendre une bonne douche, me changer ou dormir un peu avant de sortir une fois réveillé, depuis deux jours j’avais enchainé un bon nombres d’heures, il fallait que je me change les idées, que je pense à autre chose, que j’arrive à me sortir Riley de la tête. Je ne voulais pas tirer un trait sur notre histoire, j’étais revenu ici pour la reconquérir, je ne savais pas combien de temps cela prendrait, mais je ferais tout pour y parvenir. Mon changement d’idée ce faisait sur un autre problème que j’avais, il était à la fois privé et professionnel, une enquête sur un trafic de drogue vers une salle de sport, qui durait depuis quelques temps maintenant, il n’y avait jusque-là rien d’anormal dans mon boulot malheureusement c’était mon domaine. En temps normal j’aurais continué de mener l’enquête comme j’en avais l’habitude, sauf que sur cette affaire il y avait une chose que je n’avais pas prévue : découvrir que j’avais une demi-sœur. Kaycee Robbins aujourd’hui Atkins est la fille de mon père, pendant des années j’avais grandis avec ce parfait mensonge, le bonheur parfait de mes parents, l’amour indestructible, une force qu’ils avaient et que personne ne pourrait leur prendre, tellement solide que mon père avait eu une relation avec une femme, j’ignorais combien de temps cela avait duré et si c’était encore d’actualité, mais il était clair qu’il avait déclaré cette fille, il n’y avait pas d’autre solution possible, j’avais une demi-sœur. Je ne savais pas à qui j’en voulais le plus, à mon père de nous avoir mentis à ma mère et moi, à cette Kaycee qui n’avait probablement rien demandé mais qui était là, qui était l’enfant de mon père, un enfant né d’une tromperie ou encore à moi-même d’avoir été aussi stupide et naïf pour croire que l’amour, le vrai existait vraiment.
Dans le fond si l’amour n’existait pas, comment est-ce que je pouvais être sûr que je finirais ma vie avec Riley et si elle n’avait tout simplement pas raison, notre histoire était terminé et il fallait que je l’accepte ? Pourtant rien que de penser à cela me faisait mal au cœur, je ne pouvais même pas le concevoir ce n’était pas possible. Je me trouvais devant le YAS Fitness Center, d’après les informations que j’avais sur Kaycee elle travaillait ici, tout comme le trafic ce faisait là, elle était impliqué dans cette histoire je ne savais pas encore comment, mais elle l’était ça ne faisait aucun doute. Je ne savais même pas si j’espérais pouvoir la faire tomber en même temps que je clôturerais cette affaire ou si je voulais l’aider, la préserver, ma colère et ma haine me poussais plus à la première option. Mon arme de service à la main je venais la déposer dans la boite à gant avant de la fermer, j’étais ici en simple civil, je ne voulais pas éveiller les soupçons sur ma venue, je n’étais pas ici pour cette enquête. Sortie de ma voiture je la verrouillais, rangeant les clés dans la poche de mon jean, mon regard était sur l’enseigne de cette salle de sport, une des employés était ma demi-sœur, je ne savais pas à quoi elle ressemblait, ni qui elle était, je lui en voulais terriblement mais j’avais besoin de venir ici et de la voir, je ne comptais pas lui parler, je ne voulais pas qu’il y est le moindre échange entre nous, j’avais juste besoin de l’apercevoir. Je sentais mon cœur s’accélérer à chaque pas supplémentaire que je faisais en me rapprochant de cette salle de sport, je me dirigeais vers l’inconnu, vers quelque chose que je ne connaissais pas mais qui venait remettre en cause beaucoup de chose auxquels j’ai cru toute ma vie. L’entrée je la voyais, je m’en approchais de plus en plus, je ne pouvais désormais plus faire demi-tour, ce n’était plus possible, enfin c’était ce que je pensais, il me restait une dizaine de mètres à parcourir quand mon regard c’était tourné sur le côté, une femme avait attiré mon regard, je la connaissais et même plus que cela puisque c’était Riley, mais qu’est-ce qu’elle faisait ici ? Pourquoi fallait-il qu’elle vienne faire du sport dans cette salle, celle où un trafic de drogue y avait lieu par certains clients ? « Riley ? » Mon chemin avait changé de direction de la porte d’entrée j’étais venu la rejoindre, j’étais content de la revoir et à la fois j’appréhendais, la dernière fois que l’on c’était vu elle avait été clair, je devais comprendre que notre histoire était terminé.
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A. Riley Miller
Messages : 76
Date d'inscription : 12/07/2015
Pseudo : Priss.
Célébrité : Emily Bett Rickards
Crédit : Angie


Emploi : Zoologiste.
love out loud : Les sentiments ça craint !

Dim 2 Aoû - 11:47

   
Justyn & Riley ❧ Le mensonge est l'arme des forts.
Aujourd’hui c’était une journée shopping entre filles. Kaycee m’avait envoyé un sms durant son service à la salle pour me demander si j’étais prête pour une journée de folie. J’étais dans mon lit, cogitant sur l’affaire Justyn et son retour qui m’avait perturbée plus que raison, et m’avais fait remonter de si beaux souvenirs ainsi qu’un possible espoir entre lui et moi… Rah pense pas à ça t’as pas le droit Riley ! T’as dit non ! Mon téléphone sonnait et c’était Speedy comme toujours qui me sortait de mes rêveries pour me remettre sur le droit chemin.



De : Speedy
Pour : Riley
Salut Bichette ! Sort tes fesses de ton lit, fait toi belle, je t’emmène au paradis : Faire les boutiques. Je termine mon service dans deux heures, prépare ta carte bleu on va la faire chauffer, ça t’évitera de trop penser à un certain J. ;-). Je t’aime bichette à tout à l’heure ! S.


Je souriais à l’éventualité de faire chauffer ma carte bleue en sa compagnie. Elle avait été ma sauveuse quand Justyn avait déserté ma vie, avec sa frimousse rigolote et ses paroles si franche. Elle m’avait aidé à me relever et ne m’avais plus jamais quitté. Elle était ma meilleure amie pour le meilleur et pour le pire, pour elle j’étais prête à lui décrocher la lune, comme elle d’ailleurs. Elle venait de me le prouver, sans rien que je lui dise, elle avait compris que mon monde ne tournait plus rond. Alors je me levais de bonne humeur, caressant mes chiennes de joie, puis filais leur ouvrir la porte pour qu’elle puisse aller courir sur notre carré de plage. Je caressais mes deux chats puis filais à mon tour sous la douche pour me faire belle comme l’avais dit la miss. Une bonne douche et je ressortais avec une serviette sur la tête, l’autre noué sur le corps. Je filais dans mon dressing pour enfiler une robe évasé à fleurs blanche, des chaussures compensés assortis et surtout un sac/ Chapeau pour me rendre plus chic, tout ça sous l’œil avisé de mes chats qui me regardait allongé sur mon lit. Je séchais mes cheveux et les laissait détachés légèrement ondulés, et me maquillait légèrement afin de cacher mes petites imperfections. Mon chapeau sur la tête, mon sac à la main, je fis rentrer mes chiennes et sortit à mon tour, direction le lieu de travail de ma meilleure amie, non sans avoir mis au préalable mes chevaux dans leur pré de jour. Je montais dans ma fiat 500, la fit grogner de plaisir et appuyait sur le champignon direction le paradis.

Je me garais alors devant YAS Fitness Center, et sortit de ma voiture en mode belle gosse, faisant un signe de la main à la belle Kaycee qui levait le pouce en l’air en voyant ma tenue de fille. Je riais puis m’écartais un peu de l’entrée pour me poser à l’ombre, le soleil cognant un peu en cette belle journée. Je m’affairais à me remettre un peu de rouge à lèvres quand j’entendis mon nom derrière mon épaule. La voix m’était familière, trop même. Justyn. Mince et moi qui commençais à l’oublier et à apprécier cette journée. Je me retournais sur lui, et le regardais. Il était toujours aussi beau et mon cœur eut un loupé en le voyant. C’était désormais sûr : j’étais encore amoureuse de lui. Mais que faisait-il ici ? Il me suivait ou bien ? J’haussais les sourcils, hésitant entre l’envoyer balader ou l’embrasser. Non non Riley arrête ça tout de suite ! La journée était bien trop belle pour faire la tête, autant être cordiale, et puis j’allais être amené à le croiser souvent maintenant qu’il était de retour. Je lui fis un sourire et lui posait une question histoire de calmer ma curiosité.

« - Bonjour Justyn. Que fais-tu ici ? Tu me suis ou bien ? »

©clever love.

_________________
+ THE HEART WANTS WHAT IT WANTS.
Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. Voilà, c'est dit, maintenant tu as eu ce que tu voulais, tu peux continuer de vivre normalement et surtout ne t'inquiète pas pour moi je vais bien.©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Justyn D. Robbins
Messages : 173
Date d'inscription : 11/07/2015
Pseudo : L-odie
Célébrité : Stephen Amell
Crédit : .TRUST ISSUES


Emploi : Lieutenant Los Angeles Police Department
love out loud : La mort n’est qu’un jeu comparée à l’amour

Dim 2 Aoû - 16:12
Le mensonge est l'arme des forts
Riley était là devant cette salle de sport qui était une des endroits d’un trafic de drogue, un trafic qui avait été informé au poste de police, une enquête était ouverte, je le savais très bien puisque j’étais responsable du déroulement de cette affaire, qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire ici ? Je n’avais pas envie qu’elle traine dans ce genre d’endroit en sachant ce qu’il s’y passait, elle m’avait clairement dit que je devais faire le deuil de notre histoire, ne plus penser qu’un avenir était possible entre nous, cette idée m’était impossible, je ne pouvais pas croire que c’était réellement ce qu’elle souhaitait, je ne savais pas encore comment mais j’étais encore prêt à me battre pour elle, c’était ma raison de mon retour à Los-Angeles, mais en attendant pour ne pas penser à la peine que j’avais de la revoir me regarder dans les yeux, le ton ferme et déterminé « C’est fini Justyn, c’est à toi de faire le deuil de notre couple désormais. », ses mots raisonnaient dans ma tête, pour ne pas finir par croire que c’était la vérité je m’étais plongé dans mon travail. En la voyant là, mon cœur s’emballait, elle se trouvait devant une salle de sport mais elle ne portait pas une tenue pour cet effet, je ne pouvais pas m’empêcher de me dire à moi-même à quel point elle était belle, bien plus encore que lorsque j’avais pris cette décision de quitter la ville. Je ne savais pas ce qui allait se passer en venant lui parler, mais j’avais besoin de savoir, savoir si j’allais devoir faire attention à elle, même si Riley me disait clairement que notre histoire était terminé je donnerais tout ce que j’ai pour ne pas la laisser aller dans des problèmes, encore moins quand ceci concernait la drogue, je ne savais pas comment m’y prendre, mais je le ferais. Ses paroles même si elles n’étaient pas méchante me faisait comprendre que je n’étais pas le bienvenu, que je n’étais pas la personne qu’elle avait envie de voir, ni même à qui parler, même s’il n’y avait rien d’agressif le fait qu’elle me demande si je la suivais voulais tout dire. « Quoi ? Non je ne te suis pas » J’espérais qu’elle me crois, qu’elle ne pense pas que j’étais ici dans le but de la suivre, ma raison ici concernait une des employée de ce centre sportif, après trente-deux ans de vie, je venais de découvrir que j’avais une demi-sœur, que toute ma vie je m’étais levé chaque jour en étant persuadé que la vérité faisait partie de ma relation avec mes parents, même de leur histoire d’amour, ils m’avaient permis de croire que le vrai amour existait vraiment et maintenant, tout ce remettait en question. Je ne savais pas après qui j’étais le plus en colère, contre mon père d’avoir eu la lâcheté de vivre une double vie ou alors à cette demi-sœur que je ne connaissais pas d’être en vie, qui était-elle ? Pourquoi est-ce qu’elle trainait dans des affaires de drogues ? Il fallait que je la voie, savoir qui elle était, à quoi elle ressemblait. J’avais toujours rêvé d’avoir un frère ou une petite sœur et maintenant que j’en avais une, je ne savais pas comment réagir avec elle, la colère que j’avais ainsi que la déception prenait le dessus, je lui en voulais même si elle n’y était pour rien et qu’elle n’avait rien demandé, je lui en voulais. Je devais répondre à Riley, lui dire pourquoi j’étais ici, lui faire comprendre que je ne la suivais pas, mais honnêtement, elle savait que je n’avais pas de sœur, si je lui donnais la vraie raison elle ne me croirait même pas. Pourtant je ne pouvais pas m’empêcher de penser que le mensonge avait fait bien trop de dégât dans ma vie, celui de mon père à sa propre famille, celui que j’avais eu avec Riley en quittant Los-Angeles, en ne lui parlant pas de ce que j’avais vécu, en ne cherchant pas à m’en sortir en l’ayant à mes côtés, je ne pouvais pas venir rajouter un mensonge de plus, j’espérais simplement qu’elle allait me croire. Mon regard c’était tourné brièvement devant le porte d’entrée du centre avant de revenir sur elle, je venais reprendre la parole sur un ton hésitant et pourtant sincère. « Je suis venu ici pour voir ma sœur… »
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A. Riley Miller
Messages : 76
Date d'inscription : 12/07/2015
Pseudo : Priss.
Célébrité : Emily Bett Rickards
Crédit : Angie


Emploi : Zoologiste.
love out loud : Les sentiments ça craint !

Sam 8 Aoû - 19:37

Justyn & Riley ❧ Le mensonge est l'arme des forts.
Justyn était là face à moi, et le doute m’envahissait de nouveau. Etait-il là pour moi ou pour autre chose ? Genre une nouvelle affaire ou un truc du genre ? Je ne savais pas trop. Je savais juste qu’il avait repris ses fonctions à la LAPD grâce à mes anciens contacts qui était les siens et avec qui j’avais toujours des liens. Je savais qu’il s’était noyé dans le travail depuis qu’on s’était rencontré et qu’il avait toujours une photo de moi sur son bureau. Et oui moi aussi j’avais mes tuyaux, mes taupes. Enfin surtout une, le boss de Justyn qui m’avait beaucoup soutenu à son départ. Etrangement il s’était sentit coupable de l’avoir laissé partir en mission, et depuis il n’avait cessé de prendre de mes nouvelles. Il appréciait Justyn, et nous avait appréciés ensemble en un sens. Pour beaucoup de personnes nous avions été un modèle de couple parfait, qui se comprenait, se complétait malgré les disputes et l’adversité. Nous avions toujours tout affronté ensemble, sans jamais renoncer. Puis il y a eu cette mission, et notre couple a volé en éclats sans que personne ne comprenne. Je crois que même nous n’avions pas compris ce qui nous arrivait, mais c’est arrivé, et c’est désormais le passé. En tout cas il était face à moi, semblant totalement surpris de mes paroles, ses yeux s’écartaient à ses mots, signe qu’il disait vrai. Bon il me suivait pas, tant mieux.

« - Tu m’as fait peur, on se croise tellement souvent ces derniers temps ça me rends toute chose. »

Je lui fis un sourire mine de rien, contente tout de même de le revoir. Mais pourtant sa présence ici était anormale. Il n’avait jamais été un adepte des salles de sport, préférant faire ses tractions à la maison, ou son sport en plein air. Puis sa tenue de citadin n’était pas du tout appropriée à l’endroit. Je ne voyais qu’une solution : le boulot. Bizarre que ça le conduise ici, j’espérais juste qu’il n’allait pas mêler Kaycee à son affaire sinon ça allait barder. Je rangeais ma petite trousse de maquillage, attendant qu’il m’explique sa venue ici. Je le vis passer par plusieurs stades, d’abord la rancune se portait sur son visage, comme s’il détestait la présence de quelqu’un dans ses lieux, puis de la réflexion et enfin de l’hésitation. Sa voix se vrillait quand il me disait qu’il venait voir sa sœur. Justyn n’avait jamais eu de frères, ni de sœurs. A moins qu’il m’a encore mentit. Alors je m’agaçais, j’avais horreur qu’on me mente à présent, et encore moins lui. Il se moquait de moi, même si sa voix était terriblement sincère ! Qu’est-ce qu’il me raconte ? A moins que son père ou sa mère est mené une double vie, c’était impossible. Je soupirais puis le regardais droit dans les yeux.

« - Tu te moque de moi ? T’es fils unique de ce tu m’as dit. A moins que là-dessus aussi tu m’as menti ? Tu sais quoi, je suis lassée de tes salades. Je te laisse Kaycee m’attends. »

Je m’apprêtais à partir, passant à côté de lui, ne voulant plus avoir affaire à Justyn et ses mensonges.

©clever love.

_________________
+ THE HEART WANTS WHAT IT WANTS.
Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. Voilà, c'est dit, maintenant tu as eu ce que tu voulais, tu peux continuer de vivre normalement et surtout ne t'inquiète pas pour moi je vais bien.©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Justyn D. Robbins
Messages : 173
Date d'inscription : 11/07/2015
Pseudo : L-odie
Célébrité : Stephen Amell
Crédit : .TRUST ISSUES


Emploi : Lieutenant Los Angeles Police Department
love out loud : La mort n’est qu’un jeu comparée à l’amour

Dim 9 Aoû - 1:35
Le mensonge est l'arme des forts
En étant de retour à Los-Angeles, je faisais de mes priorités le fait de retrouver le nous que l’on formait tous les deux avant que je ne me tape une crise de la pré trentaine, que je prenne cette stupide décision de me rendre à Miami pour une enquête qui n’aurait servit qu’à me détruire et m’enfoncer, que je ne sois pas capable de me relever, qu’il me soit impossible de recevoir l’aide de Riley, que je quitte cette ville pour ne pas l’entrainer dans ma chute et la préserver alors qu’au final la seule chose que j’avais réussis c’était de mettre fin à notre histoire et détruire sa vie, des mots qu’elle m’avait elle-même sortie. J’étais bien loin d’être l’homme parfait je le savais, j’étais aussi bien loin d’avoir de la chance d’être un jour à nouveau l’homme avec qui elle voulait faire sa vie, mais je ne pouvais pas me dire que nous deux c’étaient terminés, c’était impossible. Notre histoire ne pouvait pas avoir de fin, un ne peu pas vivre l’un sans l’autre, quoi que l’on puisse dire ou faire je reste persuadé qu’au final on est fait pour ce remettre ensemble, mais je devais me faire pardonner, réussir à reconquérir une nouvelle fois son cœur, lui montrer que jamais plus je ne prendrais de décision sur un coup de tête, que désormais ce qu’il y avait de plus important pour moi c’était elle et que je serais prêt à quitter mon boulot et la suivre à l’autre bout du monde s’il le fallait, je voulais être l’homme qui n’avait pas été capable de prendre soin d’elle et de se rendre compte de la chance que j’avais de l’avoir dans ma vie, à mes côtés. Mais tous cela restaient dans un avenir à moyen ou long terme, bien qu’à l’heure actuelle c’était bien bien loin le jour où ça arriverais, en attendant je devais être patient, la voir, lui montrer l’homme que j’étais devenu après l’homme qu’elle avait vu mettre fin à notre histoire, je n’allais certainement pas la suivre comme le ferais les harceleurs, non, c’était le meilleur moyen pour l’éloigner encore un peu plus de moi si c’était encore possible. Ses paroles me rassuraient et à la fois me laissais perplexe, qu’est-ce qu’elle voulait bien dire par le fait qu’elle était toute chose que l’on se croise souvent ces derniers temps ? « Je sais que je en suis pas la première personne que tu souhaiterais voir ou encore à qui parler, tu me l’as clairement fait comprendre même si je ne suis pas du même avis.   » Oh non on était pas du tout du même avis et puis il y avait pleins de choses que j’avais envie de rajouter, comme le fait que je me sentais heureux et vivant quand je pouvais à nouveau poser mes yeux sur elle, entre autre. Mais pour le moment il y avait un autre sujet bien plus différent à aborder, la raison de ma présence dans ce club de sport et les choses n’allaient pas être faciles à expliquer. Comment est-ce qu’elle allait réussir à me croire ? Riley me connaissait mieux que personne d’autre, souvent bien mieux que moi-même et elle savait très bien que je n’avais pas de frère, ni même de sœur, pourquoi est-ce que je n’avais pas pu sortir plus d’explication ? Je voulais lui prouver que j’avais changé et la seule chose que je lui disais pour ma venue ici passait pour un énorme mensonge qui dans le fond était la pure vérité. A son regard je comprenais bien ce qu’elle pouvait ressentir et penser à mon égard, je la décevais une fois de plus, je devenais plutôt doué dans ce domaine malheureusement. J’avais envie d’en parler à quelqu’un, ça je ne m’en cachais pas, je me retrouvais à apprendre la vérité après trente-deux ans de mensonge, mais Riley n’était pas vraiment la personne qui était là pour m’écouter, il faut dire qu’à sa place, je n’aurais même pas pu discuter avec la personne qui m’aurait fait tout ce que je lui est fait. Sa réponse en disait bien long sur ce qu’elle pensait, tout comme le ton de sa voix, j’étais venu fermer les yeux un bref instant en passant ma main sur mon visage, je ne pensais pas pouvoir être dans une pire position, grâce à la vie caché de mon père j’étais en train de découvrir que c’était totalement possible. En ouvrant les yeux, Riley n’était plus devant moi mais à côté de moi, déjà partie pour s’éloigner, rejoindre Kaycee… Une petite minute, elle venait bien de me dire qu’elle allait rejoindre une Kaycee ? La logique voulait donc dire que sa présence ici était due à cette fille, est-ce qu’il y avait d’autre employée du même nom dans le centre sportif ou est-ce qu’elle était en train de parler de la même fille qui était ma demi-sœur ? Est-ce qu’elle allait être impliquée dans ses histoires de drogue à cause d’une personne de ma famille que je ne connaissais pas ? Je n’en avais aucune idée mais rien que cette pensée ne m’aidait pas à vouloir apprendre à la connaître. Ma main était redescendu pour venir ce déposer sur le bras de Riley et la stopper doucement dans son chemin, reprenant la parole en l’ayant à côté de moi, mon regard plongé dans le vide. « Mon père a eu une autre femme dans sa vie, depuis que je suis enfant on m’a élevé dans un monde soit disant sincère et aimant, dans un monde où la vérité est le maitre de la maison et aujourd’hui, je sais que j’ai passé trente-deux ans à vivre dans le mensonge de mon père, qui n’a même pas eu le courage d’assumer son adultère et sa fille qu’il a eu… » Je laissais un moment de silence, alors que j’étais désormais une nouvelle fois face à Riley, mon regard l’avait retrouvé, je ne savais pas pourquoi je lui racontais tout cela, mais j’en avais besoin, je savais que j’avais de grande chance qu’elle me dise que ce n’était pas ses affaires, qu’elle en avait sûrement rien à foutre, mais ça sortait tout seul. « Au moins maintenant je sais de qui je tiens cette faculté aux mensonges. » Je m’en voulais d’avoir été aussi con de penser que mes propres parents ne pouvaient pas me mentir, je m’en voulais d’avoir été aussi con pour réagir comme je l’avais fait alors que j’avais la femme la plus extraordinaire à mes côtés, j’avais toujours dit être un homme qui a eu la chance de grandir en voyant le véritable amour qu’il y avait entre mon père et ma mère, aujourd’hui la seule chose de vrai qui me restait c’était l’amour que je portais pour Riley, un amour dont elle ne voulait plus par ma faute. « Et je sais aussi que je n’ai aucune envie de lui ressembler, je ne veux plus de mensonge… Uniquement la vérité. »
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A. Riley Miller
Messages : 76
Date d'inscription : 12/07/2015
Pseudo : Priss.
Célébrité : Emily Bett Rickards
Crédit : Angie


Emploi : Zoologiste.
love out loud : Les sentiments ça craint !

Mer 12 Aoû - 12:42

Justyn & Riley ❧ Le mensonge est l'arme des forts.
Le revoir là me laissait perplexe, j’espérais que je ne le recroiserais plus après notre dernière discussion, mais il semblait ne pas vouloir lâcher l’affaire. Bien que là ce soit le hasard qui s’y mettait en plus. La vie semblait-elle se raviser et me pousser dans ses bras malgré tout le mal qu’il m’a fait ? Il faut croire. Mais j’allais résister à sa beauté et ses bras si réconfortant, il le fallait, je ne devais pas retomber dans son jeu, et même pas un petit peu malgré l’envie qui me consumait de l’embrasser à ce moment précis. Riley arrête ! Que je le veuille ou non, il était dans mes pensées sans cesse, je m’étais voilée la face durant toutes ses années. Je ne pouvais l’oublier ni même tirer un trait sur lui, c’était impossible. Hunter et Kaycee seraient là, une de mettrais un coup d’épaule et l’autre me chatouillerait d’avoir de telles pensées. Je souriais en pensant à mes deux amis, puis reprenait le cours de notre pseudo discussion avec Justyn. Il n’était en effet pas la personne à qui je voudrais confier mes pensées profondes à ce moment précis, car s’il savait, il renoncerait encore moins à me reconquérir. Il se battrait deux fois plus pour me récupérer. Il était lucide pour le coup, je souriais à ses mots et lui répondait.

« - Tu es très perspicace. Parce que si tu savais la vérité tu renoncerais encore moins. »


Oups. Qu’est-ce que tu n’as pas dit là Riley ! Quelle cruche ! Il me disait qu’il venait voir sa sœur, or à ma connaissance il n’en avait pas. Horrible mensonge encore. Il ne cessait donc jamais de me mentir ? Je m’apprêtais donc à partir de nouveau, terriblement déçue de son comportement, mais je sentis sa main me retenir après un moment de silence. Son contact m’électrisait, mon cœur se mit à battre la chamade sous ce contact tellement anodin. Puis il me déballait une effroyable vérité : l’adultère chez ses parents. Une vérité qui probablement lui avait fait du mal, mais qui malheureusement était tellement répandue dans cette génération. Il avait donc une jeune demi-sœur. Le mensonge prolongé puis la vérité fait tellement mal, et je le comprenais que trop bien pour le coup. Je cessais donc mon avancée et reculais pour me retrouver de nouveau devant lui. Il semblait terriblement sincère, et semblait avoir besoin de vider son sac, et c’était avec moi qui le faisait. Je n’allais pas lui jeter la pierre, au contraire même.

« - Je suis désolée. Réellement. La vérité fait mal, le mensonge encore plus. C’est malheureusement monnaie courante dans notre monde d’aujourd’hui, et c’est ceux qu’on soupçonne le moins qui sont les coupables des pires actes. Mais ne trouve pas le coupable chez ta sœur, c’est ton père qui a fait les conneries pas elle. Elle… Elle a juste eu la vie en échange, une vie sans véritable parents unis. Ne te trompe pas dans le coupable et apprends peut être à la connaître, qui te dit qu’elle n’est pas géniale ? »

Je lui fis un sourire pour le consoler, espérant de tout cœur qu’il ne se tromperait pas de cible. Même si j’ignorais l’identité totale de cette jeune femme, j’espérais que Justyn ne se comporterait pas comme un con avec elle. Il me disait qu’il savait d’où lui venait sa faculté à mentir et je ne répondis rien à ça, s’il souhaitait se dénigrer qu’il le fasse mais ce n’était pas ce que je pensais de lui. Il m’avouait qu’il ne voulait que la vérité. Et c’était à lui de la trouver.

« - Alors cherche là, mais fait attention à toi, tu pourrais avoir mal, bien plus que tu ne le penses. La vérité fait mal parfois. »

©clever love.

_________________
+ THE HEART WANTS WHAT IT WANTS.
Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. Voilà, c'est dit, maintenant tu as eu ce que tu voulais, tu peux continuer de vivre normalement et surtout ne t'inquiète pas pour moi je vais bien.©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Justyn D. Robbins
Messages : 173
Date d'inscription : 11/07/2015
Pseudo : L-odie
Célébrité : Stephen Amell
Crédit : .TRUST ISSUES


Emploi : Lieutenant Los Angeles Police Department
love out loud : La mort n’est qu’un jeu comparée à l’amour

Mer 12 Aoû - 17:07
Le mensonge est l'arme des forts
Je n’étais pas, tout du moins je n’étais plus l’homme, la personne, vers qui elle avait envie de se tourner lorsque quelque chose n’allait pas, pendant cinq ans Riley c’était confié à moi, dès que quelque chose lui passait par la tête j’étais la première personne à Los-Angeles à le savoir même si cette nouvelle n’était pas forcément la meilleure ou que je n’étais pas d’accords avec ses choix, mais j’étais son confident en plus d’être son petit ami. Pendant deux ans j’ai eu l’occasion de me rendre compte de tout ce que j’ai perdu en prenant cette décision stupide de partir de LA sans elle, mais depuis mon retour, je ne pouvais que constater les dégâts supplémentaires que j’avais fait, tout ce que je n’avais pas vu, tout ce que j’avais fait pour la préserver n’avait au final fait qu’une chose, la détruire, lui faire du mal. En entendant pourtant ce que Riley était en train de me dire, je ne pouvais pas m’empêcher de me poser encore un peu plus de question, je n’avais pas rêvé elle venait bien de me dire que si je savais ce qu’il y avait dans sa tête ça ne viendrait pas me donner les preuves pour me faire comprendre de tourner la page, c’était peut-être con, mais ses paroles me faisait du bien, ça me donnait la réponse à une de mes questions, l’autre jour lorsqu’elle m’avait demandé de tourner la page sur notre histoire parce que c’était terminé, si c’était ce qu’elle souhaitait ça ne semblait pas être ce qu’elle voulait réellement. « Jamais je ne pourrais renoncer à toi, que je sache ce que tu as en tête ou non. » Je voulais la vérité, au niveau des mensonges je venais d’avoir ma dose, je n’en voulais plus c’était terminé et pour commencer je disais clairement ce que je pensais à Riley, il était hors de question que je tire un trait sur notre histoire, je croyais réellement en nous deux, qu’un jour on allait se retrouver, je ne savais pas encore ni quand, ni même comment mais je prendrais le temps qu’il faudrait, je passerais pas les étapes et les épreuves nécessaire pour pouvoir reconquérir son cœur à nouveau. C’est assez impressionnant comme au final j’avais toujours eu beaucoup plus de facilité à lui parler qu’à n’importe qui d’autre, il y avait encore des sujets difficiles dont j’avais du mal à trouver les mots comme la prise d’otage que j’avais vécu, mais Riley restait la personne en qui j’avais le plus confiance, la personne à qui je voulais parler. En la voyant face à moi mon regard ce déposait sur elle, de toute façon je ne pouvais pas faire autrement que de la regarder lorsqu’elle était là, je ne pouvais pas m’empêcher de la trouver encore plus belle qu’il y a deux ans, elle faisait battre mon cœur, quand j’étais avec elle, je me sentais à ma place, même si ce n’était pas réciproque, contrairement à avant, à ma stupidité, désormais il n’y avait qu’une chose qui comptait pour moi, c’était son bonheur. « c’est ceux qu’on soupçonne le moins qui sont les coupables des pires actes. » Je ne savais pas si cette phrase était totalement pour moi, mais il était claire que j’en faisais partie, ça ne faisait aucun doute à mes yeux, qu’elle m’intégrait dans les personnes que l’on ne soupçonnait pas. Riley avait raison aussi sur un autre point, ma demi-sœur n’avait rien à voir dans toute cette histoire entre mon père et moi, de ses mensonges, de sa double vie, mais il y avait une raison pour laquelle je ne pourrais pas m’entendre avec cette Kaycee. « J’ai appris l’existence de ma… Demi-sœur parce qu’elle est impliqué dans un trafic de drogue… » Ca avait été plus fort que moi, je ne pouvais pas garder cette information, c’était d’ailleurs un élément important qui faisait que je n’arrivais pas à pouvoir la trouver génial, ni même apprendre à la connaitre, comment est-ce que je pourrais m’entendre avec une personne qui ne respecte pas la loi et qui fait quelque chose d’illégal ? Riley avait raison, la vérité n’était jamais bonne à entendre, elle faisait parfois bien plus mal que les mensonges, mais au bout du compte, le temps finissait toujours par révéler nos secrets bien gardés, la preuve était avec mon père, ça avait mis de nombreuses années, si je ne me trompais pas ma demi-sœur avait dans les vingt-cinq ans ou quelques choses comme cela. Dans ses paroles, je pouvais comprendre qu’en l’entendant me dire que la vérité faisait mal parfois, je ne pouvais que m’inclure dans ce qu’elle disait, je lui avais assez mentit. « Je t’ai fait souffrir et je t’ai abandonné alors que j’avais promis de ne jamais être ce genre de personne avec toi… Il n’y a pas de vérité qui puisse me faire autant mal que celui que je t’ai fait. » Il y avait tant de chose que je pourrais rajouter, que je pourrais lui dire, mais je n’étais pas vraiment sur que c’était ce qu’elle voulait entendre, ce qu’elle voulait que je lui dise.
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A. Riley Miller
Messages : 76
Date d'inscription : 12/07/2015
Pseudo : Priss.
Célébrité : Emily Bett Rickards
Crédit : Angie


Emploi : Zoologiste.
love out loud : Les sentiments ça craint !

Jeu 20 Aoû - 21:19

Justyn & Riley ❧ Le mensonge est l'arme des forts.
Je ne pouvais que trop bien comprendre sa position. La vérité faisait si mal, le mensonge aussi mais c’était moindre comparé à la triste réalité. On ne m’avait jamais caché les choses sur ma vie, une naissance sous X, le refus des familles d’accueil de me garder, mais aussi le fait de me mettre à la porte car mon âge était dépassé. On m’avait toujours balancé la vérité toute nue qu’elle fasse mal ou non. Et celle qui me fit le plus mal c’est lorsque l’on m’a expliqué que ma mère ne m’avait rien laissé à la naissance, comme si je n’avais jamais existé, et il n’y a rien de pire pour une personne de n’être pas considéré par ses parents. Alors je comprenais le sentiment de trahison qu’éprouvait Justyn. Le contexte était différent, mais je pouvais ressentir cette confusion immense qui devait être en lui. Je levais mon regard sur le sien, et ne répondit rien au sujet de son refus d’abandonner nous concernant. Je le savais combattif et en un sens le fait qu’il ne renonce pas à nous signifie peut être qu’il m’aime toujours aussi intensément que par le passé. Mais je ne pouvais oublier cette part de douleur que j’avais en le voyant même si celle-ci s’amoindrissait au fur et à mesure que je le rencontrais par hasard ou non. Il guérissait la blessure qu’il avait commise par sa présence. Il m’expliquait par la suite qu’il avait connu l’existence de sa demi-sœur par un trafic de drogue dont elle est impliquée, et je ne pus m’empêcher d’avoir de la peine pour lui. Il n’y avait rien de pire en tant que « Justicier » que de savoir que sa propre famille est dans l’illégalité la plus complète. Je perdis alors mon sourire, et ma peine avec. Pris d’un élan de compassion, je le pris dans mes bras comme par le passé. Je glissais mon visage dans son cou, mes mains cadenassant son cou, jouant avec les cheveux de sa nuque, serrer contre lui. Je lui murmurais ces mots sans importance, mais qui faisait tout de même du bien.

« - Je suis désolée Justyn, vraiment. Je n’ai jamais voulu qu’il t’arrive ça, et je comprends que trop bien ce que tu ressens. »

Je restais ainsi dans ses bras durant quelques minutes, profitant de cette étreinte pour apaiser mon cœur qui battait la chamade en sa présence, et le sien attristé de cette nouvelle.. Et c’est surtout que j’avais rêvé de cette étreinte depuis si longtemps, ça me fit un bien fou et le moment était approprié pour renouer quelque chose qu’on avait perdu par son départ. Il m’avouait qu’il n’y aurait jamais pire douleur que celle qui m’avait infligé mais je n’étais pas en accord avec lui. Je restais ainsi dans ses bras et murmurais tout bas pour que lui seul intercepte mes mots.

« - Si, il y a pire douleur encore. Celle qui ferait que la vie nous sépare définitivement. »

J’avais toujours eu peur que par son métier à risque, il décède dans des circonstances tragiques. Comme lors de sa dernière mission suicide, j’avais cru qu’il était mort, et dans un sens c’était ce qu’il s’était passé. Je le serrais plus fort contre moi, mes mots m’arrachant une larme, puis glissait mon visage dans son cou, respirant son odeur doucement pour ne pas penser que la mort pourrait un jour nous séparer.

©clever love.

_________________
+ THE HEART WANTS WHAT IT WANTS.
Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. Voilà, c'est dit, maintenant tu as eu ce que tu voulais, tu peux continuer de vivre normalement et surtout ne t'inquiète pas pour moi je vais bien.©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Justyn D. Robbins
Messages : 173
Date d'inscription : 11/07/2015
Pseudo : L-odie
Célébrité : Stephen Amell
Crédit : .TRUST ISSUES


Emploi : Lieutenant Los Angeles Police Department
love out loud : La mort n’est qu’un jeu comparée à l’amour

Ven 21 Aoû - 23:58
Le mensonge est l'arme des forts
Ce n’était sans doute pas très malin de ma part de me confier à la personne qui quelques jours avant m’avait traité d’égoïste, je ne lui prouvais pas le contraire en parlant de mon problème, de la découverte que je venais de faire, mais Riley était la seule personne à qui je pouvais me confier, elle était la seule personne à qui je voulais me confier. Notre passé il était bel et bien là, on ne pouvait pas le nier, il était même bien douloureux, j’avais fait beaucoup d’erreur qui nous avait conduit ici, mais il y a une chose qui ne changerait jamais entre nous, à mes yeux, c’est l’amour que j’ai pour elle. En l’espace de quelques temps j’ai appris que pendant au moins vingt-six ans dans ma vie j’avais vécu dans le mensonge, j’avais grandis en pensant que mes parents s’aimaient vraiment, qu’ils vivaient ensemble le vrai amour, celui qui était tellement fort que rien ne pouvait les séparer, celui qui faisait qu’aucun des deux n’avaient besoin d’aller voir ailleurs, que le bonheur qu’ils s’apportaient été largement suffisant, mais aujourd’hui tout cela avait été balayé d’un revers de main, j’en était même venu me demander si le grand amour existait, celui où la fidélité avait une place et puis j’avais croisé Riley, mon regard avait croisé le sien et même si elle m’avait dit que nous deux c’était terminé, même si elle avait pensé que je l’avais suivis jusqu’ici et même si elle m’en voulait pour tout le mal que je lui avais fait, mon cœur lui ne m’avait pas trompé, dès que je la voyais il battait toujours aussi vite et fort qu’avant, sa présence me rassurait, me calmait, elle me faisait du bien, si l’amour existait vraiment, je savais que je l’avais déjà rencontré, ça ne me montrait qu’une chose, à quel point j’avais complètement stupide de la laissé partir et que j’allais redoubler d’effort encore un peu plus pour pouvoir la reconquérir, jusqu’à ma mort s’il le fallait. Lorsqu’elle c’était rapproché de moi pour passer ses bras autour de mon cou, sa tête déposé sur mon épaule collé à mon visage, ses mains jouant avec mes cheveux, j’avais fermé les yeux, ce moment était complètement unique, il était totalement inattendu et surtout je revivais pour la première fois avec elle cette étreinte, il n’y avait rien de mieux au monde que de pouvoir ressentir cela. « Merci Riley… Je… Je n’ai aucune idée de ce que je dois faire avec elle… » En étant venu lui répondre, mes bras c’étaient relevés comme s’ils venaient de comprendre ce qu’il c’était passé, avant d’entourer Riley et de déposer mes mains dans son dos, la serrant un peu plus contre moi, pour la première fois depuis deux ans, je me sentais à nouveau vivant, je retrouvais vraiment l’homme dont elle était tombé amoureuse, celui qu’elle avait été capable de voir là où beaucoup n’avait fait attention qu’au superficiel. Dans le fond, oui je me moquais de la douleur que je pourrais avoir en découvrant certaines vérités, parce que je savais qu’aucune d’entre elle ne me feraient aussi mal que la douleur que je lui avais infligé en quittant Los-Angeles, pourquoi est-ce que j’avais cru qu’en m’éloignant d’elle je la protégerais de l’homme que j’étais en train de devenir alors qu’enfaite, la seule chose qu’elle voulait c’était m’aider, me permettre de me sortir de l’enfer dans lequel je me trouvais enfoncé. Ses mots étaient venus me faire fermer mes yeux et avoir un pincement au cœur, on savait tous les deux que j’avais un métier à risque et que je pouvais mourir en service, je n’étais pas passé loin une fois et cela pouvait très bien ce reproduire et malgré tout ce que l’on a vécu, je me rendais compte que malgré toute la peine que je lui avais causé, elle avait dans le fond gardé espoir que je revienne et que la mort ne nous sépare pas définitivement, il en me restait plus qu’à la convaincre que notre amour pouvait continuer et ne jamais s’éteindre. « Il y a une chose que tu dois savoir… » Une vérité que j’avais besoin de lui dire, ce n’était peut-être pas le bon moment, mais j’avais besoin de lui confier celle-ci, à mon grand regret, je m’étais fin à notre étreinte, bien que l’on restait proche l’un de l’autre, mon regard retrouvait le sien et mes mains étaient passé de son dos à ses hanches, je ne savais absolument pas comment je devais le lui dire, je ne l’avais jamais dit à personne et elle serait sans doute la seule à le savoir. « Quand j’étais en Floride et que j’ai vu mes deux coéquipiers mourir et quand j’ai été… Quand j’ai vécu tout ce qui m’est arrivé, je me demandais comment je faisais pour tenir, pour ne pas mourir moi aussi, mais à chaque fois j’avais la même réponse qui me venait, à chaque fois je fermais les yeux et je réalisais que si je me battais chaque jours pour continuais à vivre c’était pour toi… Je n’avais aucune idée de ce qu’il m’attendait ou encore de si j’allais souffrir d’avantage, mais ce que je savais c’était qu’il me suffisait de fermer les yeux et… De penser à toi pour… Trouver le courage de me battre pour survivre… » Je me surprenais moi même d’avoir parlé aussi longtemps de ce que j’avais pu vivre pendant cette mission, je n’étais pas rentré dans les détails, je préférais y aller en douceur autour pour elle que pour moi, d’en parler c’était comme si je fermais les yeux et que je revoyais ses images passer en boucle dans ma tête, comme si je les revivais une nouvelle fois.
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A. Riley Miller
Messages : 76
Date d'inscription : 12/07/2015
Pseudo : Priss.
Célébrité : Emily Bett Rickards
Crédit : Angie


Emploi : Zoologiste.
love out loud : Les sentiments ça craint !

Mar 8 Sep - 14:16

Justyn & Riley ❧ Le mensonge est l'arme des forts.
J’ignorais ce qui m’avait poussé à le prendre dans mes bras. En tant habituel je refusais la proximité physique d’autrui, depuis qu’il était partie en fait. Durant un long moment j’avais refusé qu’on me touche, il avait été le dernier à le faire, et c’était comme si mon esprit voulait qu’il le soit. Puis quand mon esprit m’avait autorisé à renouer des liens avec les autres, j’avais repris un contact avec les gens, d’abord Kaycee. Les câlins, les embrassades, de copine à copine, ça avait été facile. Puis Hunter fut le premier à me faire croire de nouveau en la gente masculine. Je l’avais d’abord repoussé, puis peu à peu il m’avait dompté, et enfin j’avais accepté une étreinte avec lui, pour son plus grand plaisir. Et le mien aussi, parce que même s’il n’était pas aussi carré que Justyn, sa présence me faisait du bien, et il m’avait rendu le sourire en quelque sorte. Mais à cet instant précis, cette étreinte était pour réconforter Justyn, même si je me sentais en sécurité et enfin complète dans ses bras. Il mit un temps à réaliser, mais quand ce fut le cas, il me serrait un peu plus fort contre lui, et ce fut comme par le passé, nous ne formions qu’un, pour le meilleur et pour le pire. Je me mordais la lèvre savourant cet instant, oubliant tout notre passé tumultueux le temps d’un instant. Il m’avouait ce qu’il devait faire avec sa demi-sœur, et la seule réponse qui me venait était sincère et raisonnée.

« - Écoute ton cœur, lui seul sait ce qu’il doit faire. »

Je sentais son cœur cogner dans sa poitrine, ma proximité avec lui avait toujours fait cet effet-là, et jamais je ne m’étais sentie aussi vivante qu’à cet instant précis. Le savoir en vie, le cœur qui bat m’avait toujours fait du bien. Bon nombre de fois il avait failli mourir de son métier, mais toujours il était revenue pour moi, jusqu’à cette mission suicide. Il avait déserté notre vie, et pourtant je n’avais jamais cessé vouloir son bien malgré les dommages qu’il avait causé, et j’avais toujours prié pour qu’il vive même loin de moi. Son métier était ma plus grande peur, car je savais que la fin pouvait être tellement rapide. Mais là, je sentais la vie en lui, et m’enivrait de son être et de son odeur. J’étais bien. Trop bien, que je ne pouvais me résoudre à mettre fin à tout ça. Mettre fin à notre couple, je me voilais la face et je le savais désormais. Pourtant lui semblait vouloir m’avouer l’inavouable. Il mit fin à notre étreinte gardant notre proximité tout de même, ses mains sur mes hanches pour être sûre que je ne m’en aille pas. Il rivait son regard et me disait que c’était grâce à moi qu’il avait survécut à sa mission suicide. J’étais la seule personne qui l’avait maintenu en vie et que c’était grâce à moi qu’il était ici avec moi. En réalité je n’en avais jamais douté de son amour pour moi, j’avais juste douté de sa raison. Une larme roulait sur mes joues quand je me rappelais de son retour de sa mission, et de sa violence à mon encontre. Je me rappelais de ses moments d’isolement et de son refus de me parler. Il n’avait jamais cessé de m’aimer et pourtant sa raison l’avait poussé à me fuir comme la peste. Je me mordais la lèvre, noyait mon regard dans le sien puis lui avouait ce que je pensais réellement.

« - Je n’ai jamais douté de ton amour pour moi, ni même du mien. Mais tes décisions nous ont poussés dans un précipice dont la chute a brisé notre couple. Et je doute de tes choix désormais, il sera tellement dur d’oublier ce qui s’est passé et j’ignore totalement si je serais capable de faire l’impasse sur la douleur. »


Je ravalais mes larmes puis laissait libre court à mes mouvements. J’attrapais son visage de mes mains, posait mon front contre le sien comme notre dernière rencontre. « Ne pas faire l’impasse sur la douleur, car elle est là et vive. ». Cette citation de mon livre préféré me revenait en tête, je caressais les cheveux de Justyn, puis le dévorait du regard, me souvenant du bonheur et du malheur qu’il m’avait causé. Puis je décidais de faire un geste qui nous rendrait un soupçon du bonheur que nous avions eu par le passé. Je posais mes lèvres sur les siennes, pour l’embrasser d’abord doucement, puis plus en volupté comme un baiser d’adieu, même si dans le fond je savais pertinemment qu’il ne serait pas le dernier.

©clever love.

_________________
+ THE HEART WANTS WHAT IT WANTS.
Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. Voilà, c'est dit, maintenant tu as eu ce que tu voulais, tu peux continuer de vivre normalement et surtout ne t'inquiète pas pour moi je vais bien.©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Justyn D. Robbins
Messages : 173
Date d'inscription : 11/07/2015
Pseudo : L-odie
Célébrité : Stephen Amell
Crédit : .TRUST ISSUES


Emploi : Lieutenant Los Angeles Police Department
love out loud : La mort n’est qu’un jeu comparée à l’amour

Ven 18 Sep - 2:19
Le mensonge est l'arme des forts
Je svaais que j’étais responsable de notre séparation, ça avait été mon choix, non pas parce que je ne l’aimais plus, mais parce que je voulais la préserver de l’homme que j’étais devenu après cette mission, parce que je n’avais aucune idée de si j’allais un jour redevenir l’homme qu’elle aimait ou si je resterais cette personne complètement perdu et agressive à toujours être sur la défensive. Si on en était là aujourd’hui, c’était uniquement de ma faute et je ne pouvais pas lui en vouloir de ne pas réussir à me pardonner et de me dire comme la dernière fois que notre histoire est définitivement terminée, mais il y avait des moments comme celui que l’on était en train de vivre, cette étreinte, en deux ans je n’avais pas oublié une seule seconde cette sensation, mais de pouvoir la revivre à nouveau me faisait un bien fou, à l’époque je ne m’en étais pas rendu compte tellement j’étais mal, mais je pourrais me trouver n’importe où sur cette Terre, si je n’étais pas avec Riley je ne pourrais jamais me sentir vivant, moi-même, depuis notre toute première rencontre j’avais besoin d’elle pour vivre, la seule chose que je voulais c’était son bonheur et comme un crétin je n’avais fait que la faire souffrir. Ma tête était sur son épaule, mes yeux étaient fermés depuis qu’elle avait passé ses bras autour de moi, je profitais de ce moment, de cette étreinte au maximum en même temps que notre conversation continuait. Ma demi-sœur, je ne savais pas ce que j’allais devoir faire, comment j’allais devoir réagir avec elle, enfaite, je ne savais même pas si je lui en voulais vraiment à elle ou à mon père, mais d’un autre côté, il y avait cette enquête, ce trafic de drogue, je ne savais pas à quel point elle y était impliqué, mais celle qui était ma petite sœur jouait dans ce domaine contre moi et je ne pourrais pas aller contre les lois, c’était mon métier, ce pour quoi je me levais chaque matin pour aller travailler, oui Riley avait raison, il fallait que j’écoute mon cœur, mais pour le moment il n’y avait qu’une chose qu’il était capable de me dire. « La seule chose que mon cœur me dit, c’est d’être avec toi. » Je ne pouvais pas lui mentir et puis je n’en avais pas envie, si j’étais de retour à Los-Angeles c’était en priorité pour elle, pour nous, pour tout faire pour me faire pardonner de mes erreurs, de ma connerie, même si elle m’avait bien fait comprendre que la tâche serait difficile, voire même impossible, mais cela je n’avais pas envie d’y croire, ça ne pouvait pas être une option, notre amour était toujours présent, il n’était pas mort, je ne pouvais pas croire une seule seconde qu’elle pensait vraiment ce qu’elle m’avait dit la dernière fois, nous deux ce n’était pas terminé, il me suffisait de nous voir là l’un contre l’autre, de la sentir contre moi, de pouvoir sentir à nouveau son odeur, avoir cette étreinte avec elle, il y a certaines choses qui ne trompent pas, cela en faisait partie. Si l’on était resté proche l’un de l’autre, que mes mains avaient trouvé place sur ses hanches, que mon regard avait trouvé le sien, j’avais eu envie de lui faire part d’une des choses que j’avais vécues à Miami, plus précisément de la raison qui m’avait permis de tenir et c’était elle. J’avais Riley devant moi, je la voyais se mordre la lèvre et j’étais vraiment de lutter avec moi-même pour ne pas l’embrasser, pour ne pas poser mes lèvres à nouveau contre les siennes et puis avec ce qu’elle me disait, ce n’était clairement pas quelque chose à faire. Encore une fois elle me rappelait que mes choix, avait brisé notre couple, ses paroles montraient que pour elle notre histoire était terminé mais pourtant, ses gestes, nos gestes montraient tout le contraire, non je ne pouvais pas baisser les bras, ce n’était pas possible, je l’aimais trop pour y arriver. Je voyais les larmes au bord de ses yeux, son regard ne quittait pas le mien alors que ses mains remontaient jusqu’à mon visage avant que l’on ne se retrouve comme lors de nos retrouvailles front contre front, cette proximité entre nous, mais la dernière fois après avoir agis ainsi elle m’avait clairement dit de devoir faire le deuil de notre histoire, ce que bien sûr je n’avais pas fait, je ne pouvais pas le faire, comme elle ne l’avait pas fait même si elle cherchait à me dire le contraire. Mes yeux s’étaient fermés en sentant ses doigts glisser dans mes cheveux et les caresser, combien de fois j’avais rêvé depuis deux pouvoir revivre ce moment, pouvoir sentir sa main sur moi, tous ses gestes qui était capable d’emballer mon cœur lors d’un geste pourtant si banal. Je n’avais pas rouvert les yeux, je n’avais pas eu le temps que je sentais une nouvelle sensation et pas des moindre, Riley avait approché son visage du mien, comblant l’écart qu’il y avait pour poser ses lèvres sur les miennes, je ne savais pas trop si j’étais en train de rêver ou si c’était la réalité, mais une chose était sûr, si mon cœur pouvait le faire réellement, il y aurait certainement un feu d’artifice qui serait en train d’exploser autour de nous, parce que c’était ce qui se passait à l’intérieur de mon corps. Un baiser qui donnait une signification bien particulière à laquelle, aucun de nous deux ne semblaient vouloir y croire, ça ne pouvait pas être la dernière fois que l’on s’embrassait, ce n’était pas possible, quoi qu’elle puisse dire ou faire, on serait toujours attiré l’un pour l’autre. Avant de la rencontrer je ne pensais pas une seule seconde que l’amour, le vrai existait, je ne pensais même pas que j’étais capable de ressentir quelque chose un jour pour une femme, mais elle m’avait ouvert les yeux, elle m’avait montré que l’amour existait, je voulais lui montrer que malgré mes erreurs, sa souffrance, les sentiments que l’on a l’un pour l’autre vont nous permettre de surmonter cette épreuve et nous permettre de nous en sortir encore plus fort mais ensemble, parce qu’à la fin on ne pouvait que former un couple. J’avais envie de continuer ce baiser, qu’il ne prenne jamais fin, que le monde qui nous entoure n’existe plus, qu’il ne reste plus que nous deux, mais ce n’était pas possible et toutes les bonnes choses ont une fin malheureusement, alors que nos lèvres s’étaient séparé l’une de l’autre, je gardais mes mains sur ses hanches, je la gardais contre moi, mon front reprenait place contre le sien avant que je ne vienne ouvrir mes yeux à nouveau. « Je ne suis pas le meilleur pour prendre des décisions et… Tu en as déjà fait les frais. Je sais que tu n’as aucune raison de me croire, que pour toi c’est surement que des paroles en l’air, mais… Le seul choix que je fais maintenant… C’est d’être avec toi… Même si pour cela on doit partir vivre n’importe, même si je dois trouver un autre boulot et quitter la police… La seule chose que je veux, c’est te rendre heureuse, parce qu’il n’y a rien de plus important pour moi, que ton bonheur. »
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A. Riley Miller
Messages : 76
Date d'inscription : 12/07/2015
Pseudo : Priss.
Célébrité : Emily Bett Rickards
Crédit : Angie


Emploi : Zoologiste.
love out loud : Les sentiments ça craint !

Dim 4 Oct - 23:06

Justyn & Riley ❧ Le mensonge est l'arme des forts.
J’ignorais complétement si j’étais capable d’un renouveau avec Justyn tant mes blessures étaient à vifs en sa présence. Il m’avait fait tant de mal et j’avais mis tellement de temps à me reconstruire, que de tout recommencer risquait de réveiller de vieux démons en moi et en lui. Je n’étais plus prête à faire des concessions, et je refusais de céder cette part de liberté que j’avais acquise en son absence, lui comme moi avions des métiers à risque et nous y tenions, j’avais peur que jamais nous soyons ensemble. Car quand je partais c’était pour des mois complets pour des contrées arides et difficiles, des treks sur ses jours entiers. Je m’étais endurcie grâce à cela et j’étais parfaitement épanouie. Et je me voyais mal renoncer à tout ça, même si je savais que lui était capable de renoncer à tout pour moi. Je le voyais dans son attitude, dans son regard, il était empli d’amour et de sacrifice. Mais je ne parvenais pas à ne plus avoir mal en sa présence, je me souvenais que trop le mal qu’il m’avait fait. Pourtant il était comme un remède au mal, je parvenais à avoir moins mal par moment, il était le pansement qui refermait cette blessure profonde par sa présence et ses mots. Et j’aurais aimé croire en ces mots, mais il y avait comme un cadenas de sécurité sur son cœur qu’il allait devoir forcer, armer de patience et d’amour. Et je le savais capable de tout ça. Il me gardait contre lui, me murmurant que son cœur voulait être auprès de moi, et je ressentais qu’il n’avait besoin que ça pour être heureux, son corps entier transparaissait, et je le devinais comme dans un livre ouvert. Il n’avait jamais été une énigme pour moi, j’avais toujours su s’il était sincère ou non et là il l’était. Réellement, sans faux semblant il me donnait l’intégralité de son être sans rien demander en retour. Alors je n’avais pu résister à l’embrasser, à nouer son âme à la mienne dans un baiser. Même si ni lui, ni moi ne s’y attendions réellement à ça, nous avons profité de ce moment de retrouvaille complétement, et je devais avouer que j’en avais rêvé durant des mois et des années d’un tel moment. Mais ces moment-là ne sont pas éternels et il y avait une fin à tout. Pourtant notre proximité ne se désemplissait pas, nous restions collés l’un à l’autre dans notre bulle. Et ces mots sonnaient comme une promesse d’un amour sans fin, d’un amour qu’il pourrait me donner si jamais j’acceptais de le reprendre dans ma vie. Une larme coulait sur ma joue, mais une larme de joie, car j’avais au plus profond rêver qu’il me promette une telle chose. Je lâchais un léger rire, ne quittant jamais son regard.

« - Je te crois Justyn. Mais tu sais rien ne seras plus jamais comme avant, il y a comme un cadenas de sécurité sur mon cœur, que tu ouvriras qu’au fil des années et à force de persévérance. Je ne peux te promettre qu’un jour ma confiance en toi sera de nouveau aveugle, mais je te promets d’essayer. »


J’avais envie d’essayer avec lui de nouveau, l’intégrer à ma vie n’étais pas compliqué pour la simple et bonne raison qu’il ne l’avait jamais réellement quitté. Je m’étais voilé la face en le repoussant, parce qu’au final, je savais que j’étais incapable de vivre sans lui, et sans le savoir en vie.


©clever love.

_________________
+ THE HEART WANTS WHAT IT WANTS.
Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. Voilà, c'est dit, maintenant tu as eu ce que tu voulais, tu peux continuer de vivre normalement et surtout ne t'inquiète pas pour moi je vais bien.©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Justyn D. Robbins
Messages : 173
Date d'inscription : 11/07/2015
Pseudo : L-odie
Célébrité : Stephen Amell
Crédit : .TRUST ISSUES


Emploi : Lieutenant Los Angeles Police Department
love out loud : La mort n’est qu’un jeu comparée à l’amour

Jeu 8 Oct - 22:39
Le mensonge est l'arme des forts
Riley était contre moi, mes mains étaient déposés sur ses hanches et mon front était contre le sien, pour la toute première fois depuis deux ans, j’étais réellement à ma place, j’avais quitté Los-Angeles pour ne pas l’entrainer dans ma chute, pour ne pas lui faire subir ma descente aux enfers mais pourtant me retrouver éloigner loin d’elle m’avait permis de comprendre une seule et unique chose, c’est avec elle que je veux être, si elle n’est pas dans ma vie alors je ne pourrais jamais être à ma place, malgré ma réaction à mon retour de mission, si elle n’avait pas été dans ma vie je n’étais pas sûr d’être revenu vivant de Floride. Dès notre toute première rencontre elle avait complètement changé ma vie, moi le fils à papa qui profite de son charme pour draguer les filles, coucher avec avant de les quitter le lendemain, j’étais aussi armé d’arrogance, rien ne me faisait peur, mais Riley avait croisé mon chemin, aujourd’hui encore je ne pourrais pas expliquer pourquoi ses mots avaient eu un impact sur moi, mais le fait est que ce soir-là tout a changé dans ma vie, moi l’homme instable j’étais tombé sous le charme de cette magnifique blonde, il ne m’avait pas fallu bien longtemps pour tomber amoureux d’elle. Et maintenant, on était là, devant le YAS Fitness Center, alors certes depuis notre rencontre beaucoup de chose c’était passé dans nos vie, mais une chose n’avait pas changé, l’attirance qu’il y avait entre nous, l’amour que l’on éprouvait l’un pour l’autre, Riley pouvait utiliser tous les mots qu’elle voulait pour me faire comprendre que notre histoire était terminé, mais c’était faux, nos regards le prouvaient tout comme, ce moment que l’on partageait tous les deux ou encore même le baiser que l’on venait d’échanger. Mes yeux étaient plongés dans les siens, si bien que j’avais pu voir une larme apparaitre avant de couler le long de sa joue, une larme qui était de joie, le rire qu’elle avait eu tout juste après me le montrait, en même temps qu’elle reprenait la parole une de mes mains quittait ses hanches pour remonter le long de son corps avant d’arriver sur sa joue, mon pouce venait retirer la larme qui avait coulé juste avant. Ce qu’elle me disait me faisait garder le sourire bien présent que j’avais sur mes lèvres, comment est-ce que je pourrais ne pas être content de ce qu’elle me disait ? Lors de nos retrouvailles elle m’avait clairement dit que je devais faire le deuil de notre histoire et aujourd’hui, le discours était différent, je comprenais vraiment que ma réaction il y a deux ans avait été difficile à vivre pour Riley et qu’il allait lui falloir du temps pour réellement me pardonner, mais elle voulait essayer. « Non… Je ne veux pas que ce soit comme avant… Tu as tous mis entre parenthèse pour moi lorsque l’on était ensemble et… Je ne veux plus de ça, tu as le droit d’accomplir tes rêves autant que tu m’as laissé accomplir les miens. » Il était vrai que pendant cinq ans finalement notre relation avait été tourné toujours de la même façon, Riley avait mis de côté beaucoup de ses envies ou de ses rêves pour nous, elle avait fait beaucoup trop de compromis pour notre histoire alors que de mon côté, j’avais réalisé ce que je voulais faire, devenir policier, un rêve qui était encore mon boulot aujourd’hui, j’aimais ce que je faisais, mais si je n’étais pas devenu lieutenant, jamais je n’aurais fait cette mission suicide et jamais je n’aurais eu besoin de m’éloigner de tout cela. « Quant au cadenas de sécurité sur ton cœur, je ferais tout ce qu’il faut pour l’ouvrir et je prendrais le temps qu’il faudra pour y arriver… Premièrement parce que tu es ce qu’il y a de plus important dans ma vie et deuxièmement parce que je veux que tu sois heureuse et que je ferais tout pour y arriver. »
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A. Riley Miller
Messages : 76
Date d'inscription : 12/07/2015
Pseudo : Priss.
Célébrité : Emily Bett Rickards
Crédit : Angie


Emploi : Zoologiste.
love out loud : Les sentiments ça craint !

Lun 19 Oct - 20:50

Justyn & Riley ❧ Le mensonge est l'arme des forts.
J’avais un arrière-goût du passé dans la bouche, une sensation de déjà-vu. Ainsi blottit dans ses bras, je me sentais sécurisé et bien, enfin à ma place, moi qui avait tant erré sur cette Terre à la recherche de la place qui m’étais acquise, et je sentais qu’elle se trouvait là : au creux de ses bras. Après tout, tout le monde dis que la terre est ronde et qu’on finit toujours par retourner à la maison, et ma maison est là, avec Justyn. J’avais beau tout faire, tout essayer, et même tenter de me convaincre que je ne devrais pas retourner avec lui, mon cœur refusait d’obéir, et j’étais intimement lié à lui pour le meilleur et le pire. Le scénario que je m’étais monté dans la tête au début de notre relation, celui où je porterais le nom de Robbins, me revenait en tête, et je comprenais désormais que mon cœur et mon âme lui appartenait. J’étais lié à lui et dans le fond je m’étais menti tout ce temps. Il remontait sa main sur ma joue, et essuyait ma larme de joie. Je percevais dans son regard qu’il était fou amoureux de moi, et ce sourire qu’il portait sur le visage était encore plus beau et sincère que le passé. Lui aussi devait se sentir à sa place, et il semblait heureux. Je ne pouvais alors ôter mon sourire, tant qu’il porterait le sien. Mes yeux étaient emplis de larme, et je tentais de toutes les contenir, à vrai dire je me retenais depuis des années de pleurer, j’avais toujours voulu être forte pour les autres, mais dans le fond, j’avais eu un cœur meurtris par le départ de l’homme de vie. Je me mordais la lèvre à ses propos, puis lui murmurais :

« - J’ai accomplis une partie de mes rêves durant tes années d’absences. J’ai fais le tour du monde à la recherche d’animaux incroyablement beaux, et je le fais encore. Mais il reste certains rêves qui sont cachés au fin fond de mon esprit, qui te concerne tous… »

Je ne voulais pas lui en dire de trop, de peur qu’il exauce tout en voulant se faire pardonner. Je ne voulais pas aller trop vite avec lui, je ne voulais pas souffrir de nouveau s’il décidait de partir de nouveau… J’avais désormais peur qu’il me quitte à jamais, et inconsciemment ma main qui était positionner sur son cou vint agripper le col de sa veste en cuir pour ne plus le lâcher. Je gardais mon regard dans le sien, puis reculait doucement mon visage du sien afin de lui parler sérieusement.

« - Le temps fera les choses pour nous Justyn. Je connais ta ténacité et la volonté que tu as de vouloir réussir ce que tu entreprends. La route est semée d’embuches, et j’espère juste que tu ne t’y perdras pas… Tu sais, j’ai cru que je t’avais rayé de ma vie. J’ai quitté notre maison, j’ai jeté tout ce qui me rappelait notre histoire, je me suis acheté une maison et une vrai arche de Noé. J’ai une vie à risque et de globe trotteuse. Je cherchais ma place et je croyais l’avoir trouvé. Et quand tu es revenu, j’ai compris que je m’étais fourvoyé tout ce temps. Et qu’au fond, ma véritable place est avec toi, là dans tes bras. Et j’ai peur. Peur de retomber dans ce mal si un jour tu t’en vas de nouveau. J’ai peur de l’emprise si forte que tu as sur mon être. J’ai peur de l’amour tout simplement. »


©clever love.

_________________
+ THE HEART WANTS WHAT IT WANTS.
Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. Voilà, c'est dit, maintenant tu as eu ce que tu voulais, tu peux continuer de vivre normalement et surtout ne t'inquiète pas pour moi je vais bien.©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 :: The City of Los Angeles ... :: Silverlake :: YAS Fitness Center
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le mensonge est l'arme des forts *FT. A. Riley Miller
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» Chez Eäràr, maître d'arme.
» L'arme de la dialectique n'aurait pas donné des résultats +
» Dreadnought et Arme détruite