:: The City of Los Angeles ... :: Downtown L.A.
CARA & LEO - blame it on me
avatar
Leo A. Whitely
Messages : 516
Date d'inscription : 20/10/2014
Pseudo : betty
Célébrité : Aaron Paul
Crédit : alaska & tumblr


Emploi : Cascadeur, bassiste pour HPATD & co-créateur du Maverick - un resto que personne et tout le monde connaît
love out loud : yolo

Mer 19 Aoû - 3:10


CARA & LEO // blame it on me


Elle choisissait toujours les pires endroits, les pires heures, les pires idées. Et elle s’amusait, qu’elle s’amusait, qu’elle se marrait la grande, la belle, la parfaite, la froide, la reine des glaces. Elle passait dans mon dos et je frissonnais de terreur, elle me faisait l’effet d’un mauvais remake de Frozen, un truc glauque entre l’horreur et la porno violente, elle riait et mes poils devenaient hirsutes, elle souriait et je voyais les couteaux dans ses yeux. Elle me détestait, et je lui rendais bien. Mais merde, à deux, on faisait un boulot de dingue. Elle avait le meilleur scénario du monde, j’avais la tête à claques assez égocentrique pour me foutre dans les pires merdiers pour sa caméra. Elle me poussait, je créais les limites, je les oubliais surtout, tellement, autant qu’elle me faisait grincer des dents avec ses « Action » et ses « Coupez », secs, violents, blasés. Elle était loin de la pimbêche de séries télé à l’eau de rose, de la star aux yeux brillants et au cœur fragile qu’on lui avait reléguée au visage depuis des années, qui l’avait rendue chouchou d’Hollywood en quelques printemps, qui avait créé le monstre de dureté qu’elle était devenue avec le temps. Je ne la connaissais pas d’avant, m’enfin, je la connaissais pour avoir vu son minois et ses grandes pupilles sur une revue à potins comme une autre, Isla ayant même dit une fois aux Oscars que sa robe la mettait en valeur et direct j’avais vrillé mes yeux sur ses boobs – déception – mais voilà, elle était famous. J’étais le con de service. Son avis et ses décisions et son budget production et ses ordres étaient tout ce qui comptaient sur le plateau, et je devais m’y plier. Même si me casser la gueule pour de l’argent était devenu une passion plus si saine que ça, même si la voir me ratait la journée direct, même si j’en redemandais surtout, rien qu'à quel point elle ne se retenait plus autant qu’avant devant ma lourdeur si bien assumée.

« Hey patron, t’es sûre que j’ai pas besoin de retourner au maquillage? » je laisse le plus grand, le plus beau, le plus vil des sourires orner mon visage alors que je regarde sa silhouette se stopper, elle qui se redirigeait lentement vers sa chaise, elle qui me tournait le dos, elle qui venait de me décréter que je devais refaire la scène comme elle me l’avait demandée, et sans plus de libertés accordées. C’était que j’avais cru bon d’ajouter quelques culbutes d’un toit en plus. Et un saut de l’ange. Et deux fenêtres cassées. Rien que ça, mais l’art, ça se brime pas. Si? Sarcastique, je la laisse bien me détailler du regard, je prends le temps de faire fièrement le beau, d’avoir la pose, de lui offrir la parole, n’importe quoi. Elle a le beau jeu, elle pourrait facilement me rire à la gueule, elle pourrait facilement me lancer n’importe quoi à la gorge aussi, c’est pas parce qu’elle ne l’avait jamais fait, mais elle reste de glace. De glace, emmerdante, ennuyante Wesley, de glace. « Oh allez, relaxe un peu. Ça te rend toute tendue ce tournage, t’es incapable de rire. Ça te dirait, un massage? » Astor à la caméra esquisse un sourire entendu pendant que j'agite les doigts, alors que Julia, l’assistante de production, roule des yeux en me faisant signe de faire de l’air, de bouger, de laisser aller. Wait, et si j’ai pas envie? La brunette avait ce don de m’attaquer direct là où ça piquait, mais elle était muette depuis trop longtemps pour ne pas préparer un truc, une merde, n’importe quoi qui me remettrait à ma place. J’allais pas lui laisser le dernier mot non plus. Les mains sur les hanches, je penche la tête d’un côté, compréhensif. Ça l’épuisait surement, cette guerre de piques, ces paroles qu’on se lançait, ce pari qu’on s’était donné, que celui qui craquera en premier organiserait le meilleur rencart au monde pour l’autre. Et malgré mon tempérament relax, malgré mon je-m’en-foutisme aigu, malgré le fait qu’elle était beaucoup trop coincée pour que j’imagine une soirée avec elle à rigoler et à avoir bêtement du plaisir – vous devriez la voir pincer les lèvres, là, de suite, devant mon accoutrement – j’arrivais pas à lâcher prise. Mon côté macho surement, qui décidait de ressortir ici et maintenant. Mon égo de la voir refuser mes attentions, mes remarques, mes allusions. J’étais con, comme j’étais con.

Le truc, c’était que Mike au maquillage m’avait coloré le visage tout de noir. Elle m’avait dit de me fondre au décor, d’arrêter de vouloir attirer toute l’attention sur mes conneries, aussi planifiées soient-elles. Elle m’avait dit de ne faire qu’un avec les murs, de répéter la chorégraphie comme elle me l’avait enseignée et de laisser couler. Les murs étaient sombres, gris, noirs. Mon faciès aussi, maintenant, espérant lui montrer à quel point je tenais à cette place et à plaire ses demandes. Ses moindres petites demandes. « Y’a un truc qui cloche? »





_________________


« I take myself away. »

I take myself abroad. Making friends with strangers, making enemies of friends. When you're living outside the rules there are no rules to bend. Miles away from the dark days he says if you won't forget me, I won't forget you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cara E. Wesley
Messages : 35
Date d'inscription : 19/07/2015
Pseudo : Shuyuriee
Célébrité : Emmy Rossum
Crédit : Miss V. (avatar); WILD HEART. (signature)


Emploi : Actrice et réalisatrice.
love out loud : L-o-v-e's just another word I never learned to pronounce

Sam 17 Oct - 13:56

Leo & Cara
What makes you so damn sure that you’re worth it huh?
Elle était en route ; comme tout les jours depuis que son film était en route, dans sa voiture avec ses lunettes de soleil favorite qui lui mangeait la moitié du visage, elle se dirigeait vers son lieu de travail tranquillement, Cara possédait toujours ce boost au réveil, ce truc qui faisait que son envie de travailler était au maximum, elle savait que sa journée allait être parfaite, peu importe à l'heure où elle se levait. Mais chaque jour il était là, celui qui arrivait à l'emmerder chaque jour, chaque minute. Peu importe ce qu'elle faisait, c'était comme si il s'en foutait, Leo était un emmerdeur et apparemment il était au courant, rien que le voir son sourire angélique disparaissait alors juste en pensant qu'il respirait le même air que la réalisatrice... Sa journée devenait morose.
Voulant commencer sa journée et oublier les idioties du cascadeur voire sa présence elle-même, Cara commença sa journée comme toute les autres et après multitudes de prises de la même scène , elle fit un dernier essai espérant que Leo le fasse bien  « Et on fait ça bien cette fois-ci ! » Tout le monde pouvait savoir qu'elle visait le cascadeur ; avec la froideur de sa phrase. Son manteau vola sur une chaise vide et elle marcha avec détermination jusqu'à sa chaise qui était en plein milieu du plateau, juste à coté était placé son mégaphone, carrément cliché sur un plateau mais pour la première fois de sa vie elle donnait les ordres et ne les écoutait pas, elle comptait bien en profité jusqu'à la fin.
Ses acteurs étaient tous en place, elle voyait Leo du coin de l'oeil à attendre le moment où il devait faire sa cascade.. « Et merde.. » chuchota t-elle, c'était un con, et souvent elle devait refaire des scènes car monsieur décidait qu'il y avait des choses à changer, mais il fallait admettre qu'il faisait son boulot à la perfection. Mégaphone à la main « On fait une pause de 5 minutes ! Et Leo... c'était bien. » Elle ne dit plus rien pour ne pas satisfaire le cascadeur, elle espérait même ne pas avoir montrer d'émotions quand elle avait dit ces quelques mots.

Le voilà, devant elle, énorme sourire au visage, il l'a déprimait, juste le voir la rendait limite sans vie, elle n'avait pas écouter un mot qui aurait pu sortir de sa bouche. « Leo, combien de fois je vais le dire ? Arrête de m'appeler patron ! » Cara était en train de rêver  ou le bouffon du plateau tapait la pose devant elle ? La jeune femme ne pris pas le peine de lui répondre, cela aurait été inutile, elle ne fit que redresser le sourcil, il ne manquait plus que les pics de glace dans ses yeux. La voix de Leo tournait autour d'elle, alors qu'elle se concentrait sur le script, assise sur sa chaise « Leo ! La torture est une partie de plaisir comparé à ta proposition de massage. » Elle tourna sa tête rapidement, ses cheveux étaient à la limite de fouetter l'air, elle craquait, son comportement devenait insupportable, et là elle ne vit que la tête de Leo, noire, entièrement noire. La réalisatrice faillit sourire face à la blague de celui-ci mais évita autrement il allait vraiment devenir sur de lui. « C'est quoi ça ?  Tu te trouves drôle ? » sa voix avait monté en puissance, devenu froide, que le plateau entier c'était tourné vers les deux personnes « Tu n'as quand même pas pensé que prendre mes mots au pied de la lettre allait te rendre intelligent? » La main de Cara frotta ses tympans, elle venait de choper un mal de crâne. Que va t-elle faire de lui, son travail était exceptionnel mais sa connerie était exceptionnelle aussi.
Elle prit sa serviette qui était sur sa chaise avant de frotter le visage du jeune homme « Exaspérant !» pensa t-elle ; la moitié de son visage était toujours noire, et sa serviette aussi.. « Que quelqu'un lui enlève le maquillage ! » Elle le regarda de haut en bas avant de partir dans la direction opposée, elle marcha plus vite que voulu, limite elle courrait, il l'emmerdait et il le savait. Tout ce que Cara voulait était prendre l'air loin de l'idiot de service.


good vibes.

_________________
Why don't you be you? And I'll be me?

There is a place in the heart that will never be filled and we will wait and wait in that space.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: The City of Los Angeles ... :: Downtown L.A.
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Can't Blame White People.
» Cody Rhode vs Shawn Micheals vs Sin Cara
» Matt Sky Vs Sin Cara Vs Mickael Wik
» ¤ Segment Sin Cara ¤
» 01. [Appartement Pillsbury/Schuester] Blame It on the Alcohol !