:: The City of Los Angeles ... :: Playa Del Rey :: Hinano
(Squarlan) ◈ The Bitch Is Back
avatar
Alan R. Wzyciski
Messages : 657
Date d'inscription : 07/11/2014
Pseudo : Mendax
Célébrité : Logan Lerman
Crédit : Mendax (avatar) & tumblr (gifs)

Emploi : Used student, kicked out and battered. Now full-time depressed and broken. Heroinomaniac trying to recover.
love out loud : This fire in my heart, since we were apart.

Mar 3 Nov - 23:07


Charlie, Astrid & Chloe // The Bitch Is Back

« Allez ! Ce sera drôle, j’te promets. » avait insisté Alan en lui téléphonant à peine après avoir quitté l’hôpital pour une énième de ses réunions DAA. Depuis que lui et Charlie étaient, enfin, ensembles il n’avait pas arrêté de s’y rendre, et n’avait jamais plus manqué un seul de ces rendez-vous là, pas plus que ceux qu’il devait avoir avec une psychologue depuis qu’il avait essayé de se suicider au début de 2015, qui semblait maintenant être à des milliers d’années en arrière. Forcément, avec son addiction qui continuait encore de lui faire un peu de mal et son moral souvent trop bas pour être agréable, même si dernièrement il était tous les jours souriant et plus heureux qu’un gamin à qui rien de mal n’était arrivé depuis des mois — remercions les sautes d’humeur pour son allégresse inébranlable — même comme s’il n’avait jamais touché à la drogue ou quoi que ce soit d’autre de nocif pour lui. Rajoutant en souriant au téléphone, parce que Charlie était réticent à l’idée de rencontrer les deux autres, « Z’êtes obligés de vous rencontrer, après toi elles sont mes meilleures amies, alors que tu le veuilles ou non, j’vais t’y emmener. » il marqua une courte pause en rentrant chez lui, croisant Max et le roux a l’air menaçant, mais ne s’arrêta pas pour les saluer, surtout parce que le rouquin était flippant et parce qu’il voulait vraiment arrêter l’héroïne et lentement couper les ponts avec ce type, même si à force ils étaient bêtement devenus amis semblait être la seule possibilité parce que Max n’avait rien du type plein de bonnes intentions, si Alan avait toujours de quoi lui en acheter, alors il lui en vendrait, peu importe son état ou ce qu’il pouvait penser des risques. Max s’en foutait complètement, il se faisait de l’argent facile avec lui. Quoiqu’il en soit, Alan avait rapidement accéléré pour ne pas rester près d’eux plus de quelques secondes en passant et arriva rapidement chez lui. Enfin, chez ses parents. Mais c’était du pareil au même depuis quelques temps, alors ça n’avait plus vraiment d’importance à dire vrai. Dans tous les cas, il avait jusqu’à ce soir pour se préparer. Et que Charlie cède à ses presque-supplications ou non, il viendrait lui aussi à l’Hinano pour rencontrer les filles. Alan y tenait énormément. Il avait peu d’amis depuis, et le peu qu’il avait ne se connaissaient même pas entre eux, il fallait régler ce problème !

Une fois chez lui, il lui restait encore bien plus que le reste de l’après-midi pour se préparer, son rendez-vous avec sa psy avait été annulé pour son plus grand plaisir et il était rentré chez lui vers onze heures, donc deux heures après la réunion DAA. Alors forcément, il avait du temps libre à ne plus savoir quoi en faire, alors quoi de mieux que d’harceler Chloe et Astrid par sms en même temps qu’il se cherchait un costume pour halloween et l’Hinano. Parce qu’évidemment, c’était à l’Hinano qu’ils allaient tous les quatre se rejoindre et faire la fête toute la nuit, ou du moins jusqu’à ce que l’un d’entre eux — et ce serait très probablement Alan — s’écroule parce qu’il avait trop bu. Alan n’avait plus de limites depuis l’héroïne et depuis qu’il en était revenu. Il avait même repris des couleurs, du poids et du muscle. Il était loin d’avoir retrouvé sa forme d’avant être tombé dedans, mais il avait enfin l’air un peu plus humain et moins squelettique. Il avait enfin perdu de son aspect trop blanchâtre quelques jours après que lui et Charlie se soient enfin décidés et il avait tous les airs de quelqu’un qui allait beaucoup mieux qu’avant. Il s’était même surpris à ne plus faire de cauchemars d’Alex, qui l’avaient encore hanté bien après qu’il ait justement commencé l’héroïne pour les faire disparaître, et qui avaient continués à le torturer bien après tout ça. Et contre tous les principes qu’il tenait de son père, Alan s’était finalement trouvé quelque chose qui conviendrait pour l’Hinano et Halloween. Oubliant le racisme monstrueux que ça délivrait et profitant justement de ses origines pour que ça ne le soit pas sur lui en tout cas, Alan alla acheter ce foutu costume. Comme ça, personne d’autre que lui ne pourrait en profiter. Lui, et Charlie, les filles et le reste de l’Hinano… Et aussi le tout Los Angeles qu’il croiserait en chemin. Il l’avait ramené à la maison et l’avait enfilé, en y ajoutant sa propre touche personnelle et purement pour provoquer l’énervement de Charlie, un string presque transparent noir. (Qu’il n’avait même pas acheté pour l’occasion, mais avait dans ses tiroirs depuis un moment.) Alan était clairement, selon ses propres mots, une salope. Alors quoi de mieux que tout un attirail qui reflétait parfaitement cet aspect si glorieux de sa personnalité ? Et puis après tout, il allait mieux et il était plus en forme qu’avant, alors autant en profiter ! Peu importe s’il avait l’air ridicule, de toute façon, tout le monde avait l’air ridicule le jour d’Halloween.

Déguisé en petit indien coquin, parce qu’il fallait bien en rire. Alan s’était fait réprimander par son père en passant à côté de lui. Dans un soupir Yahto avait longuement râlé pour ensuite lui demander si c’était nécessaire. Mais ça le faisait rire, lui aussi, même s’il refusait de l’admettre et se donnait un air tout renfrogné et mécontent que son fils participe à la promotion de ce genre de choses, d’autant qu’une grande partie du boulot de Yahto consistait à attaquer les fabricants de ce genre de costumes. Mais bon… C’était Halloween, alors il pouvait bien pardonner son fils pour ce petit écart. Surtout après toutes les horreurs qu’il avait endurées et supportées, le voir se faire confiance et s’apprécier assez pour arrêter de se dissimuler sous des couches et des couches de vêtements faisait plaisir. Alan allait enfin mieux. Et il était de retour dans ses conneries habituelles, c’était loin d’être l’idéal pour des parents, mais ça prouvait au moins qu’il était bien loin de sa dépression et de son addiction, et même s’ils ne le disaient pas, ses parents étaient persuadés que tout ça était grâce à Charlie. Quoiqu’encore un peu pudique et trop complexé par les restes de son apparence d’héroïnomane, Alan s’était couvert suffisamment pour qu’on ne puisse rien apercevoir de son magnifique costume slutty à part les épaisses bottes rembourrées de fourrure qu’il portait. Il commençait à faire tard quand il était parti, et lorsqu’il arriva chez Charlie il ne lui laissa pas le temps de protester un peu plus sa réticence de rencontrer ces filles-là et lui révéla son costume en faisant une petite danse lascive bêtement exagérée. Il avait vraiment l’air d’une salope. Se faisant, plusieurs minutes ensuite, ils étaient enfin arrivés à l’Hinano, où les filles les attendaient déjà et où tout le monde était dans des costumes tout aussi ridicules et couvrant peu de choses qu’Alan. Les Drag Queens étaient d’ailleurs de sortie, et le rouquin à l’air menaçant trainait dans les bras d’un d’entre eux, comme une sorte de gourou bizarre. Passant entre les gens et trainant Charlie par sa main qu’il refusait de lâcher depuis qu’ils étaient partis, ils avaient finalement rejoins Astrid et Chloe, en retard évidemment et Alan les salua dans sa petite tenue d’un adorable et plein d’amour « Coucou bande de puuutes. » Le véritable Alan était bien de retour.




_________________

Face stained in the ceiling. Why does it keep saying : "I don't have to see you right now" ? Digging like you can bury something that cannot die, or we could wash the dirt off our hands now ; keep it from living underground. Lazy summer goddess, you can tell our whole empire : "I don't have to see you right now"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Charlie B.-Taylor
Messages : 171
Date d'inscription : 01/02/2015
Pseudo : Bee
Célébrité : Matthew Hitt
Crédit : (c) Alaska + tumblr


Emploi : Étudiant aspirant scénariste et assistant de production sur des plateaux de cinéma
love out loud : Only him

Lun 9 Nov - 0:46


The Bitch Is Back

Ce n’est pas du tout que je n’ai pas envie de rencontrer les copines d’Alan. Au contraire, une partie de moi leur est vraiment reconnaissant d’avoir pris soins de lui cet été durant mon absence, mais elles ne l’ont pas vraiment fait de la façon qui m’a paru la plus appropriée. Ce n’est en rien contre elles, mais j’ai passé tellement d’heures à me faire du mauvais sang et à être incroyablement jaloux de ses photos idiotes qu’il publiait sur son compte Instagram… Et c’est un peu ironique quand on sait que c’est surtout ainsi que nous passions notre temps dans les premiers mois suivants notre rencontre avec Alan ; à festoyer pour la moindre occasion de le faire dans les bars et autres établissements de divertissement du même genre. En fait, nous n’avions besoin de rien pour nous lancer dans un délire, mais l’Hinano est assurément l’endroit où nous avons passé le plus de temps. Je suppose même que c’est entre ces mûrs que je suis tombé amoureux de lui. Avec le temps, cet endroit m’est presque devenu sacré. J’ai donc passé pas mal de temps à m’interroger sur la ou les raisons motivant mon appréhension après son coup de fil et j’ai fini par en venir à la conclusion que c’est parce que j’ai tellement aimé passer ces derniers jours sur un petit nuage juste avec lui que je crains un peu de faire de la place aux autres. Bien sûr, ce n’est pas une raison qui aurait convaincu Alan de cesser d’insister parce qu’il peut se montrer drôlement convainquant quand il s’en donne la peine. Je n’ai pas même essayé de vraiment protester, je lui ai seulement affiché mes réserves pour éviter de mentir et de faire semblant que je ne suis pas au moins un peu inquiet à l’idée de cette rencontre. Et si elles ne m’aiment pas, hein, que ferons-nous ? À force d’investir autant de mes heures dans le boulot, j’en suis presque arrivé à oublier comment faire la fête. Je l’ai fait jusqu’à en avoir complètement marre durant l’été pour me consoler de tout ce qui se passait entre Alan et moi - ou plutôt de ce qui ne se passait pas. Depuis la rentrée, je n’ai pas vraiment retouché à l’alcool ou fait de grandes sorties, en dehors de nos escapades avec Alan un peu partout et nos soirées en amoureux. Et l’Halloween n’est pas forcément la fête que je préfère. J’aimais bien quand j’étais jeune et que ma mère me trouvait des costumes originaux, mais je n’ai jamais été très friand d’en trouver moi-même. Voilà une autre raison qui me fait protester un peu, mais quand Alan me dit qu’il m’aidera à trouver un truc de dernière minute qui ne soit pas trop nul, je me dis que je peux faire un effort pour lui. Je crois qu’il n’y a pas grand chose que je ne lui cèderais pas à force d’une argumentation aussi passionnée… ou tout simplement parce que je l’aime à la folie.

Ayant eu l’après-midi pour y penser et ayant presque - presque - réussi à me convaincre que cette soirée allait être plaisante, je ne m’attendais tout de même pas du tout à ce qu’Alan vienne éveiller en moi de nouveaux doutes en me montrant la tenue qu’il avait soigneusement choisie pour l’occasion. L’effet positif : ça me fait complètement oublié mes autres appréhensions, alors que je me mets à lui énumérer toutes les raisons pour lesquelles je n’ai pas du tout envie qu’il se pavane ainsi devant tout le monde. Oui, je peux être jaloux. En fait, je le suis même énormément. Mais son sourire me gagne et me fait céder à nouveau, à moins que ce soit sa petite danse et ses promesses implicites pour la fin de notre soirée plus tard après notre passage à l’Hinano. Impossible de nier que je le trouve sexy, mais j’aurais préféré être le seul à profiter de sa trouvaille. Quoi que, je préfère encore le voir ainsi de belle humeur et prêt à faire des folies marrantes que des idioties dangereuses pour sa santé. S’il se sent bien, je ne peux que l’encourager. Je suis aussi plutôt charmé par le chapeau de cowboy qu’il m’a ramené, que je complète avec une chemise à carreaux bien moche dénichée au fond de ma penderie et des jeans, ainsi qu’un semblant de bottes d’occasion que je pique dans la chambre de mon coloc. Il ne m’en voudra surement pas de lui emprunter ces horreurs. Je n’ai l’air de rien à côté de lui, à la limite on pourrait presque croire que j’aime seulement vraiment le Far-West ou la musique country, mais l’idée de m’afficher avec lui ainsi dans ces costumes complémentaires me plait assez. Alors enfin, je le suis jusqu’au Hinano en étant d’assez jolie humeur tout compte fait. Cela me fera le plus grand bien de me déconnecter complètement du boulot et des études. Je dois admettre que je suis devenu un peu zélé depuis que j’ai de plus en plus de boulots sur les plateaux de tournage et que je veux obtenir mon diplôme le plus rapidement possible. J’ai toujours accordé pas mal d’importance à mes études, mais ces derniers mois m’ont fait gagné un peu plus en maturité. D’une part, j’espère aussi encourager progressivement Alan à s’y ré-intéresser quand il ira vraiment mieux. Un bon bout de chemin a déjà été parcouru et cela ne peut que me ravir, mais je ne perds pas de vue qu’il n’est pas si simple de se rétablir complètement de toutes les addictions qui l’ont écrasé jusqu’à le pousser à bout depuis longtemps. Ça et l’histoire d’Alex. Nous n’en parlons pas beaucoup, mais j’ai énormément de respect pour tout ça et je ne l’oublie pas.

Nous glissant entre la foule déjà bien touffue et prête à envahir la piste de danse pour de longues heures durant, je m’accroche à sa main. L’ambiance me fait sourire, ainsi que les costumes des gens que nous croisons. Ainsi, je salue un Chewbacca (c’est une fille sous le costume), un perroquet, toute une panoplies de félins et un pied (quelqu’un a vraiment eu cette idée débile ?...) Je n’ai aucun mal à reconnaître Chloé et Astrid, d’abord parce qu’Alan ne manque pas de les saluer joliment, mais surtout parce que je les ai déjà vues à quelques reprises sur les photos des réseaux sociaux. Étrange, et fascinant, de rencontrer des gens qu’on croit connaître parce qu’on en a tant entendu parler et parce qu’on a pu suivre certains de leurs exploits via les internets. « Tu t’es vu avant de parler ? » je lui roucoule presque à l’oreille, mais en ne prenant pas assez de précautions pour que les autres ne puissent pas entendre. Il faut de toute façon presque hurler en ces lieux pour s’entendre vraiment. Je ne relâche sa main que pour mieux glisser un bras autour de sa taille si peu couverte. « Svp, ne l’encouragez pas là-dedans… » j’ajoute, cette fois en m’adressant directement aux deux jeunes femmes avec un sourire plus que moqueur. Eh bien nan, je ne serai pas le petit copain qui passe la soirée à lui faire des reproches, mais je sens déjà pas mal de regards en sa direction et impossible de nier le rouge qui me monte aux joues, ou aux oreilles, ou la moutarde au nez…. enfin ! Je tourne la tête vers Alan en lui adressant un sourire coquin. En fait, ça me fait plaisir qu’il se sente sexy et qu’il attire autant les regards. J’aime le voir sourire.

Spoiler:
 



_________________
    Purple haze, all in my brain lately things they don't seem the same actin' funny but I don't know why excuse me while I kiss the sky purple haze, all around don't know if I'm comin' up or down am I happy or in misery ? ©️ endlesslove/Purple Haze (J. Hendrix)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Astrid R. Sjölander
Messages : 246
Date d'inscription : 04/09/2015
Pseudo : NarglesQueen
Célébrité : Stephanie Bertram Rose
Crédit : Pando (avatar), blondie (gifs), _edwrdelric (crackship)


Emploi : lawyer, DJ, model, genius.
love out loud : 'what a loss to spend that much time with someone, only to find out that she's a stranger'

Mer 11 Nov - 20:06


Alan, Charlie & Chloe // The Bitch Is Back

This is Halloween, everybody make a scene. Trick or treat till the neighbors gonna die of fright

De toutes les festivités célébrées aux Etats-Unis depuis l’arrivée massive des immigrants venus de tout part, Halloween était probablement la seule qu’Astrid arrivait à fêter sans se poser trop de questions. Bien évidemment, tout était à relativiser et la jeune suédoise arrivait malgré tout à dresser un historique des origines d’Halloween et à faire une étude comparative des célébrations en fonction des pays et des croyances à chaque personne qui l’entourait en ce jour. Mais lorsque l’on connaissait Astrid, ces simples mises en avant de ses connaissances en la matière n’étaient que le strict minimum qu’elle s’autorisait à dévoiler, et Dieu merci tout le monde lui en était reconnaissant. Puis avec le temps, la demoiselle avait fini par se laisser aller à l’euphorie générale qui entourait Halloween, pour découvrir le plaisir de se déguiser et d’endosser l’identité d’une autre personne, effrayante ou non, le temps d’une soirée. Et il fallait bien se l’avouer, c’était plutôt plaisant. Non pas qu’Astrid n’assumait pas qui elle était, au contraire elle se vantait bien trop souvent et de son physique avantageux et de son intelligence hors du commun, mais c’était parfois difficile d’être au-dessus des autres et elle en avait maintes fois payé les frais. Trop intelligente, trop sûre d’elle et de sa valeur, une culture générale à faire pâlir d’envie et de jalousie les plus grands de ce monde, la demoiselle n’était pas en reste si bien qu’elle s’était vite fait remarquer dès son plus jeune âge par les autres enfants de sa classe qui la traitaient de monstre. Un monstre. Peut-être que c’était ce qu’elle était devenue au fil du temps, un monstre de connaissances, un monstre à la langue de vipère, une fille qui impressionnait, qui effrayait et qui ne laissait certainement personne indifférent. Alors forcément, lorsqu’on pouvait lui permettre de se fondre dans la masse au milieu des vrais monstres d’Halloween, Astrid en était presque soulagée, bien qu’elle ne l’avouerait jamais de vive voix tant elle aimait dire adorer être au cœur de l’attention et des commérages de quartier. Disons simplement que pour elle, Halloween était le moment parfait pour se persuader qu’elle n’était pas le seul monstre, que les autres se voilaient tout simplement la face en préférant ne pas assumer ce qu’ils étaient. Car comme le disait si bien Stephen King, : Monsters are real, and ghosts are real too. They live inside us and sometimes, they win... Après de là à savoir la manière dont ils prenaient le contrôle de notre vie, c’était une toute autre question bien loin de nos préoccupations, il fallait simplement retenir que chacun vivait avec une part de monstre en soi. Mais tout cela pour dire que la belle avait appris à aimer Halloween, trouvant une manière propre de le fêter consistant principalement à dévaliser les bonbons du voisinage en se gardant bien évidemment d’en donner aux enfants. Elle ne laissait de choix à personne de toute façon, c’était le menu bonbons pour elle et sort pour les autres, take that motherfucka.  

Et cette année, les célébrations prenaient une toute autre ampleur. Nouvelle ville, nouveaux amis, nouvelle manière de fêter l’immanquable, Astrid n’avait pas mis bien longtemps à accepter de se déguiser et de se retrouver à l’Hinano pour la soirée en compagnie de Chloe et Alan, sortant ainsi de ses schémas de célébration habituels. Il fallait dire que la blonde était plutôt excitée à l’idée d’enfin rencontrer Charlie, le petit-ami de son meilleur ami qui tenait absolument à leur présenter à l’occasion des festivités d’Halloween, encore une bonne idée d’Alan que la suédoise ne manquerait pas d’analyser et d’accompagner de sous-entendus d’ailleurs. Mais il fallait dire que la demoiselle avait tellement entendu parler de Charlie qu’elle commençait à se demander si cette rencontre allait se faire un jour, ou si elle devait se limiter aux rapides échanges via les réseaux sociaux. Alors Halloween ou pas Halloween, ce n’était pas tellement la question et Astrid avait hâte de faire sa connaissance. Puis il fallait bien que l’un d’entre eux ait une vie amoureuse comblée… Inutile de dire qu’Ivy avait immédiatement décliné l’invitation à se joindre à eux, prétextant une énième excuse bidon. Non, la relation entre les deux blondes n’était toujours pas au beau fixe et serait indéniablement source de bon nombre de conversations pour la soirée. Peu importe, Astrid faisait comme si de rien n’était et avait fait les magasins pour se trouver un costume digne de l’événement – et de l’Hinano – en compagnie de sa sœur. Car oui, s’il y avait bien une personne qui était ravie de la voir se prendre au jeu des déguisements, c’était bien Alison. A New York déjà, son aînée avait tenté de l’entrainer dans un bon nombre de soirées d’Halloween où elle était invitée mais Astrid n’avait tout simplement jamais pris la peine de se déguiser pour de telles occasions cuz fuck that shit. Alors forcément, lorsqu’Astrid lui avait dit vouloir de ses conseils pour trouver déguisement à son goût, Alison s’en était donnée à cœur joie. Et c’était sans compter les talents de sa sœur que la belle s’était ainsi métamorphosée en sexy Harley Quinn sans la moindre difficulté. Puis en cas de problème pendant la soirée, elle avait au moins la batte de baseball à portée de mains pour se défendre, ce n’était pas négligeable. Car oui, de tous les accessoires qui composaient son déguisement, c’était bien la batte de baseball qu’elle préférait et non le micro-short, son t-shirt daddy’s lil monster, ou la nouvelle couleur de ses cheveux. Et le plus gratifiant pour elle était sans aucun doute le regard désapprobateur de sa copine quant à sa tenue lorsqu’elle avait franchi la porte de sortie, quelle saine relation.  

Une fois sa tenue au point, Astrid ne mit pas longtemps à rejoindre Playa del Rey et l’Hinano, où Chloe les attendait déjà. Il n’y avait pas à dire, de toute leur petite bande c’était bien elle qui était la plus ponctuelle. Mais bon, après elle savait à quoi s’attendre et Astrid pouvait toujours prétexter ses origines latinos pour justifier son manque de ponctualité. Quant à Alan, c’était le pire de tous et lui n’avait pour le coup aucune excuse. « Salut pétasse, t’es encore plus moche que d’habitude. », la salua en toute amitié la blonde avant de prendre place à ses côtés et de scruter la salle qui était bondée pour l’occasion. Des classiques sorcières et vampires, en passant par des costumes plus originaux comme en témoignait le costume d’un pied, ou les tenues plus osées si ce n’était pour dire dénudées, la salle regroupait décidemment de tous les éléments annonçant une bonne célébration d’Halloween, les bonbons en moins. « On parie qu’Alan viendra encore moins habillé que moi ? », glissa-t-elle ensuite à son amie après étude détaillée des déguisements de chacun. Ce n’était pas tellement un vrai pari connaissant Alan… Chloe n’eut même pas le temps de l’approuver qu’un indien particulièrement sexy fit son apparition au côté d’un cow-boy un peu plus réservé. « Coucou bande de puuutes. » Alan, bien évidemment, accompagné d’un Charlie beaucoup moins à l’aise. « C’toi la pute, ton père a dû faire une attaque en te voyant déguisé comme ça. Le pauvre. » Oui, Astrid avait un profond respect pour le père de son ami. « Hola cow boy », glissa-t-elle ensuite à l’autre jeune homme qui leur faisait face et qui ne tarda pas à leur demander de ne pas encourager Alan dans son…confort. « Je ne voudrais pas que t’aies une mauvaise opinion de nous mais je ne suis pas sûre d’être la bonne personne pour le contenir, puis il ne sait pas écouter de toute manière. » Sauf Charlie, mais inutile de le préciser. « Ravie de faire ta connaissance dans tous les cas, j’étais à deux doigts de faire taire Alan tant il ne faisait que des éloges sur ta personne, ou à lui offrir un bouquin pour enrichir son pauvre vocabulaire limité. » Autant y aller cash, Astrid ne savait de toute façon pas faire autrement et n’était clairement pas la plus douée pour mettre les gens à leurs aises. Puis ça partait d'un bon fond.




_________________

tainted love

Sometimes I feel I've got to run away I've got to get away from the pain that you drive into the heart of me. The love we share seems to go nowhere. I've lost my lights, I toss and turn I can't sleep at night.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 :: The City of Los Angeles ... :: Playa Del Rey :: Hinano
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]