:: The City of Los Angeles ... :: Hollywood
one day we'll meet again (ft. Bonnie)
avatar
Ivy A. Kershaw
Messages : 42
Date d'inscription : 04/09/2015
Pseudo : _edwrdelric
Célébrité : amber heard
Crédit : angel dust (avatar) & _edwrdelric (crackship)


Emploi : artiste peintre à la dérive, elle tient un salon de tatouages dans une ruelle délabrée de L.A
love out loud : can't you see that you're smothering me, holding too tightly afraid to lose control 'cause everything that you thought I would be has fallen apart right in front of you

Ven 4 Déc - 17:50

Bonnie & Ivy




Le téléphone dans ses mains, bloqué sur un contact, illumine ses traits. Il fait noir ici, à l'entrée du bâtiment. La lampe a claqué. Le gardien en branle pas une, et d'après la blonde il fume son herbe dans sa piaule en mattant des films pour adultes. Bref. Le loyer est cher, le coin est chicos même si c'est bourré d'étudiants et de jeunes travailleurs, des gens qui bossent dans des trucs qu'elle ne sait même pas prononcer. Et Ivy est là, ronde comme une queue de pelle parce qu'elle n'avait pas envie de monter dans son appartement, pas tout de suite. La jeune femme planait complet, ou plutôt tanguait. Elle avait encore trop bu et son esprit divaguait. Elle fixe le contact. Elle a dû changer de numéro depuis longtemps. Elle ne savait pas que ça ne l'arrêterait pas, mais elle ne l'aurait pas fait juste au cas où ? Son doigt effleure le tactile. Compose le numéro. Ivy raccroche immédiatement, avant la première sonnerie et plaque son téléphone contre sa bouche puis ferme les yeux. La blonde fit une grimace. Elle devait le faire puis maintenant qu'elle était à Los Angeles, autant finir le travail. Trouves Bonnie. C'est ce qu'on lui avait dit. Elle s'alluma une cigarette, fébrile, toujours assise sur les marches du bâtiment de quatre étages où elle habitait. La blonde regarda le ciel un moment en se disant que ce serait peut être bien de ne pas trop traîner dehors. Elle risquait peut-être de croiser Bonnie, par une coïncidence improbable comme il y en a plein dans l'existence des paumés. Ce serait con quand même que sa cousine s'avère être une alcoolo finie alors que cela faisait des années qu'elles ne s'étaient pas vues. Trois minutes après, elle ronflait, sa clope toujours au bout du bec. Ivy avait mal à la tête, avait la bouche pâteuse. Ses tripes se tordaient et elle avait froid. Elle ne se sentait pas très bien ; elle ne ressentait plus rien de la chaleur qui l'étreignait lorsque qu'elle était encore au beau milieu de l'ivresse. Elle était bourrée, encore, cela ne faisait aucun doute, mais elle retombait. Avec tous les désagréments et la fragilité physique qui allaient avec. Astrid qui était sous elle soupira, soulagée, lorsque la blonde bougea. Elle devait ressembler à l'archétype du sac à vin et se sentait vaguement honteuse. Vaguement seulement, parce que pour ressentir une véritable honte, il fallait avoir encore un peu de dignité et d'estime de soi. Ce qui était contraire vue la situation de son existence. Ivy fronça les sourcils, paupières mi-closes à cause de son mal de crâne, quand sa petite amie lui dit qu'elle devait se préparer à rendre son dernier souffle. Astrid avait autant sale caractère qu'elle était divine. Puis le fait que la blonde l'avait en quelques sortes obligée à la suivre dans l'intérêt de retrouver Bonnie n'avait fait qu'empirer la situation. Plus rien n'allait dans leur couple. Ivy se demandait même pourquoi elle s'obstinait à vouloir sauver leur couple qui battait de l'aile depuis trop longtemps. Puis elle n'était même plus certaine qu'Astrid l'aime encore. Depuis leur arrivée à Los Angeles, elle passait plus de temps à sortir qu'à lui faire la conversation. Et quand cela arrivait, ça se terminait toujours par des cris et des reproches. Bonnie par-ci, Bonnie par-là. Et Ivy avait beau lui expliquer en long, en large et en travers qu'elle n'avait pas le choix, Astrid semblait ne pas vouloir comprendre. Et une fois encore, la blonde se doutait que si elle parlait encore de sa cousine, Astrid partirait encore au quart de tour. Il était donc préférable aujourd'hui, de ne pas la mettre de mauvaise humeur de si bon matin...

Sans dire un mot, Ivy glissa hors du lit avant d'attraper son ordinateur portable avant d'ouvrir le dossier contenant toutes les informations qu'elle avait récolté sur Bonnie depuis son arrivée ici. Certes, si quelqu'un était au courant de l'existence de ce dernier, elle passerait pour une tarée. Après avoir googolisé une énième fois le nom de Bonnie Vermeer et fouiné comme elle seule savait le faire, elle décida de se rendre là où Bonnie avait été vu en dernier. Le set du prochain Lara Croft, rien que ça. Ivy ignorait si la blonde tenait le rôle principal mais clairement c'était sa dernière préoccupation. Il fallait qu'elle trouve le moyen de l'approcher. Chose qui allait sans doute poser problème puisqu'elle n'était absolument personne dans le milieu du cinéma. Puis si elle se présentait comme la cousine de l'actrice, Bonne fuirait en l'apprenant et quitterait sans doute le pays. Elle avait fuit son passé, ce n'était pas pour l'accueillir les bras grands ouverts. Rapidement, la jeune femme attrapa les premiers vêtements qui lui tombaient sous la main. A quoi bon prendre trois heures pour se préparer alors qu'elle ignorait si elle allait pouvoir approcher Bonnie. Mais elle ne laisserait pas tomber si facilement et renouerait avec Bonnie. Par simple intérêt ou parce qu'elle lui manquait ? Aucune idée pour le moment. « Astrid, quand t'auras le courage de te traîner en dehors du lit tu passeras voir le gardien pour régler ce problème de porte! »hurla Ivy avant de claquer cette dernière dont le jour était de plus en plus gros. Après une bonne trentaine de minutes, la blonde arriva enfin à bon port. Ce qu'elle pouvait détester ce quartier. Tout puait le luxe et la réussite à plein nez. Puis après avoir tourné pour se garer, lorsqu'elle trouva enfin une place, un type frappa à sa vitre, l'air énervé. «Vous ne pouvez pas stationner ici mademoiselle. » Au moins elle était au bon endroit. Il fallait voir les choses du bon côté. « Ecoutes-moi bien, j'en ai pas pour longtemps alors t'es mignon et tu me fous la paix. » fit-elle tout aussi énervée que lui. Elle lui glissa un billet dans la poche avant de se diriger vers la masse noire de gens située un peu plus loin. Elle entra non sans difficulté dans l'immense bâtiment où en théorie se déroulait le tournage. Et ce fut sans surprise qu'on l'interpella une seconde fois. « Ivy Kershaw, journaliste. » dit-elle en tendant la main à l'homme qui le faisait face. « Ce ne sera pas très long, rassurez-vous ! » Un sourire charmeur, une tape amicale sur l'épaule et la blonde le contourna sans même qu'il ait le temps de répondre. Elle savait que le temps lui manquait cruellement et qu'elle ne devait pas trainer. La sécurité ne tarderait pas à la foutre dehors. Et lorsqu'elle aperçut Bonnie, Ivy se sentie frappée par la foudre. Elle voyait une jeune fille, courageuse et rieuse, une fille entreprenante et trop mature pour son âge alors qu'elle en était encore a compter les boutons d'acné sur sa tronche. Devait-elle l'approcher ? Faire demi-tour ou prier pour que Bonnie la reconnaisse ? Tout ce qu'elle était en mesure de faire en ce moment même était de l'observer sans bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: The City of Los Angeles ... :: Hollywood
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Episode 5: Bonnie and Clyde.
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval
» "Never be the same, if we ever meet again."
» Bonnie Wright [Validée par Samira]