:: Les Archives :: La salle des archives :: RPs
Ezequiel ¤ Little Sunshine.
Invité

Mer 6 Mai - 3:34
Ezequiel A. Dawkins & Kiara W. Hasting

« On croit connaître les gens mais on a parfois des surprises. »



Il y avait déjà quelques jours que la santé de Kiara était au beau fixe. Enfin, elle devait tut de même faire très attention et suivre son traitement à la lettre, mais elle était dans une bonne période. Cette idée n’était pas pour lui déplaire à vrai dire. Depuis sa plus tendre enfance, elle avait fréquentée à de très nombreuses reprises les hôpitaux et encore aujourd’hui, elle avait une sainte horreur d’y aller. Toutes ces machines avaient le don de lui donner froid dans le dos. Enfin, mieux valait chasser ces idées de son esprit. Elle n’allait tout de même pas penser à sa maladie alors qu’elle allait bien, non ?? Non, elle avait envie de se détendre un peu et de profiter de la magnifique soirée qui s’annonçait. Il était à peine dix-huit heure trente, trop tôt pour aller en boîte, mais là n’était pas son intention. Non, la jeune femme avait envie d’être plus sage ce soir. Attrapant son portable, elle envoya un petit SMS à un bon ami à elle, Ezequiel. « Coucou beau gosse !! Je compte passer vous voir toi et ton adorable petit garçon d’ici une demi-heure. Attendez-moi. Bisous. » Le sourire aux lèvres, Kiara sauta immédiatement dans la douche. Elle se lava rapidement puis fonça vers son armoire afin d’y prendre un jeans et un chemisier blanc à manches courtes. Elle sécha rapidement ses cheveux, se maquilla finement, puis quitta son appartement en direction du super marché où elle acheta une bouteille de vin blanc. Sa santé avait beau être au beau fixe, ce n’était tout de même pas une raison pour ne pas s’enivrer un peu, d’autant plus que c’était le seul moyen qu’elle avait trouvée pour oublier complètement sa maladie. Quoi qu’Ez et le petit Neal était également une excellente solution de rechange.

Kiara avait connue le jeune pédiatre lors de l’une de ses nombreuses visites à l’hôpital. Alors qu’elle s’était emportée contre l’une des infirmières, c’est lui qui était parvenu à la calmer en jouant sur l’humour et le calme. Rapidement, un très grand lien de confiance s’était créé entre eux et la jeune femme s’était également attaché au petit garçon d’Ez qu’elle gardait à l’occasion lorsque sa santé fragile le lui permettait. Les deux jeunes hommes vivaient seuls tous les deux, et à vrai dire, elle avait du mal à comprendre pourquoi. Le jeune papa lui avait déjà raconté le terrible accident qu’avait eu son ex femme, mais ce n’était pas une raison pour les laisser tomber lui et son fils, surtout en sachant à quel point Ezequiel pouvait être compréhensif et compatissant. Ouais, ce fait aussi elle ne pouvait pas le nier. Il lui plaisait et cette idée lui faisait peur par moment. Parce que de un, elle ne voulait pas gâcher leur amitié en jouant sur une pente dangereuse, mais en plus, elle avait peur de s’Attacher et d’au final, devoir lui dire adieu en sachant qu’elle n’en avait encore que pour quelques années à vivre. Du coup, elle s’Efforçait de rester à sa place d’amis et de ne pas compliquer les choses. Il passait un peu dix-neuf heures lorsqu’elle toqua à la porte de l’appartement du jeune homme, le sourire aux lèvres. La réponse ne se fît pas attendre et instinctivement, son sourire s’agrandit. « Bonsoir Docteur Dawkins !! » dit-elle avant de lui faire la bise, ne se laissant pas prier pour entrer à l’intérieure. Aussitôt, elle vît Neal accroupit au sol, en train de jouer avec de petites voitures et instinctivement, elle prit un air attendrit en voyant le grand sourire qu’il lui réservait. « Coucou mon bonhomme !! Tu grandis tellement vite, c’est fou. » Elle déposa un rapide baiser sur son petit crâne avant de se relever pour reporter son attention sur le jeune docteur. « Je ne vous dérangeais pas j’Espère ?? Je nous ai amenée une bouteille de vin pour fêter le fait que ça fait trois jours que je n’ai pas toussée à m’en cracher les poumons. Mon record depuis quatre ans. » C’était assez son genre ça, plaisanter sur sa maladie. Ça lui donnait un peu plus l’impression que c’était un truc anodin dont elle pouvait se débarrasser. D’ailleurs, elle esquissa un petit sourire en coin.


© Chieuze


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Ven 8 Mai - 13:12
L’hôpital, l’endroit où notre cher Ezequiel passe une bonne partie de son temps et encore heureux pour lui son fils n’est pas encore ne âge de poser tout un tas de questions auxquels sont père doit trouver tout un tas de réponses. Mais bon malheureusement pour lui ce moment va bien finir par arriver et il est même certain que cette période n’est plus proche qu’il ne peut oser l’imaginer. A quand la période où son fils lui demandera où est-ce que papa travail ? Et quand ce dernier lui répondra qu’il passe ses journées dans un hôpital mais que ce n’est pas lui le patient mais que c’est justement lui qui s’occupe de soigner certains d’entre eux. Plus précisément les petits, bien évidemment. Enfin bon heureusement pour Ezequiel, la période où son fils sera arrivé à poser des questions en tout genre nécessitant des réponses de son père histoire de pouvoir calmer l’esprit de son fils et le rassurer sur toutes ces choses qui le tracassent, n’est pas encore présente. Il peut donc aller travailler, rentrer à la maison et passer du temps avec son enfant sans avoir trop à craindre ce genre de choses. Aujourd’hui c’était jours de repos pour Ezequiel qui était resté à la maison avec le petit après avoir été faire les courses avec ce dernier histoire de remplir un peu les placards qui commençaient à être un petit peu vides.

Il était en train de donner le bain au petit quand il entendit son téléphone sonnait brièvement, il s’essuya les mains et regarda ce dont il s’agissait. Un message de Kiara qui disait qu’elle comptait passer d’ici un court laps de temps. Ils allaient l’attendre de toutes manières le repas n’était pas encore terminé par Ezequiel qui s’occupait de son fils plutôt que du dîner. Sachant que Neal allait manger ses pots. Mais le surnom que cette dernière lui avait donné dans le message était quand même des plus plaisants. Est-ce qu’elle le savait ou non mais Ezequiel n’allait surement pas la laisser tranquille avec cette appellation. Mais quand ? Là est la question. Il avait laissé son fils maintenant en pyjama faire sa petite vie sur le sol avec son tapis de jeu pas trop loin et la caisse remplie de jouets à quelques mètres de l’autre côté. S’il désirait jouer il était servit. Il était donc aux fourneaux en train de préparer des pâtes carbonara, ayant sorti même quelques œufs pour mettre une fois qu’il allait être à table. Il adore rajouter ce petit œuf au dessus pour manger avec les pâtes. Il trouve ça tellement succulent. Rien que de le préparer cela lui donne l’eau à la bouche et pourtant monsieur est loin d’être un cordon bleu.

Il baissa la température histoire que cela continu à se préparer doucement c’était quasiment terminé. On toqua à la porte, il se précipita pour aller ouvrir sachant pertinemment que cela allait être Kiara vu qu’elle avait dit qu’elle allait arriver dans un délai assez court.

« Bonsoir mademoiselle la patiente râleuse. »

Il dit cela avec un grand sourire bien évidemment. Elle l’appelait Docteur Dawkins alors qu’elle est censé l’appeler Ezequiel alors forcément ce dernier allait jouer sur les surnoms un peu improbable avec elle si c’était ça le truc. Et puis histoire de s’amuser, de taquiner c’était bien possible. Il la laissa rentrer et la regarda se diriger vers le petit qui était toujours au sol.

« Non tu ne déranges pas je donnais le bain au petit quand tu as envoyé le message. Et je viens de terminé de préparer le dîner du coup tu arrives pile au bon moment. Fêtons alors cette bonne période. »

Sans plus attendre, il se dirigea vers les placards de la cuisine pour aller prendre des verres histoire de pouvoir boire le contenu de la bouteille qu’avait ramenée Kiara. Il prit également un tire-bouchon si cela était nécessaire. Puis il revint vers elle, prenant la bouteille et l’ouvrant pour renverser le liquide dans les verres. Il reposa ensuite la bouteille sur la table de la cuisine et donna le verre à la jeune femme.

« A ton bon état de santé et notre amitié qui ne serait jamais née sans une petite crise de nerfs de mademoiselle. »

Il lui adressa un clin d’œil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Lun 25 Mai - 0:58
Ezequiel A. Dawkins & Kiara W. Hasting

« On croit connaître les gens mais on a parfois des surprises. »



Cette soirée promettait d’être des plus agréables. Certes, c’était bien plaisant de passer la plupart de ses soirées en boîte de nuit, mais au bout du compte, il n’y avait rien de mieux que de passer une petite soirée tranquille en bonne compagnie. Une soirée en famille. Kiara n’était pas dupe. Elle savait que quoi qu’elle dise ou qu’elle fasse, jamais elle ne pourrait avoir une vie normale, fonder sa propre famille et vivre heureuse pour toujours. C’était un fait et elle l’avait acceptée. Cela dit, ce n’était pas une raison pour ne pas profiter de toutes les occasions qui s’offraient à elle. Des occasions comme passer du temps avec le petit Neal. Dès la première seconde, elle était tombée complètement dingue de ce petit bout d’homme et elle avait beau se creuser la cervelle, elle n’arrivait pas à comprendre comment sa mère avait pu l’abandonner. Ez lui avait raconté qu’elle avait traversée des épreuves, mais était-ce vraiment une raison pour mettre toute sa vie entre parenthèses ?? Surtout lorsqu’on considère quelle vie de rêve elle avait ?? Elle avait un petit garçon parfait et un époux qui lui était dévoué. Kiara tuerait volontiers pour pouvoir avoir cette chance. Seulement, c’était un détail qu’elle ne révèlerait jamais. Elle ne voulait pas se laisser aller aux sentiments qu’elle éprouvait pour Ezequiel autrement, elle savait qu’elle finirait par en souffrir au bout du compte. S’attacher à quelqu’un c’est prendre le risque d’être malheureux. Il n’y avait pas de phrase plus réelle que celle-là.

Après être passée chercher une bouteille de vin afin de fêter son bon état de santé, la jeune femme s’était immédiatement dirigée chez le jeune pédiatre. La réponse à la porte ne se fît pas attendre et aussitôt, elle s’empressa de le prendre dans ses bras afin de lui faire la bise. Sa manière de l’accueillir la fît rire légèrement. C’est vrai que côté mauvaise première impression, elle avait fait fort. Heureusement qu’Ezequiel ne s’était pas fié à son comportement à l’hôpital, autrement, il n’aurait jamais voulu la revoir. « Et pourtant, ça ne vous a pas empêché de m’inviter à manger. Apparemment, les hommes aiment els femmes qui se plaigne à propos de tout. » Elle esquissa un petit sourire amusé avant de se diriger vers Neal qui était installé au sol. Elle le câlina un peu avant de se redresser et d’annoncer la bonne nouvelle à Ez : elle allait plutôt bien depuis quatre jours. Un véritable miracle quand on considère l’état de sa maladie. Cela dit, elle n’avait aucune envie de songer à cette merde ce soir. Tout ce qui lui importait, c’était de passer une agréable soirée avec la famille qu’elle s’était choisie. Ezequiel ouvrit la bouteille de vin blanc avant de leur en servir chacun un verre, portant un toast à la bonne santé actuelle de la brunette. Lorsqu’il fît encore mention de sa petite crise de nerf, elle rit de bon cœur. « Allez, avoues que c’est ce qui t’a plu chez moi. » Elle lui rendie son clin d’œil avant de prendre une gorgée de son verre. Pour du vin d’épicerie, il était plutôt pas mal. Une bonne odeur commençait à se répandre peu à peu dans la maison. « Ça sent drôlement bon dis donc !! Qu’est-ce que tu as préparé ?? » Elle marqua une pause pour le laisser répondre avant de changer complètement de sujet. « Et si non, ta semaine s’est bien passée ?? Il me semble que ça fait une éternité qu’on ne s’est pas vu. » Son sourire s’agrandit légèrement.


© Chieuze


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Mer 27 Mai - 1:00
Mais c’est que les petites joutes verbales mais amicales entre Ezequiel et Chiara sont amusantes et plaisantes. En même temps comment résister à l’envie de taquiner cette jeune femme quand on sait la manière dont ils se sont rencontres. Quand on a connaissance de la façon dont il en est venu à se retrouver nez à nez avec cette dernière. Normalement la patience qu’elle est n’est pas censée avoir à faire à notre cher Ezequiel mais la mauvaise humeur du jour de mademoiselle et le sommeil léger d’une petite fille fait que le destin les a amenés à se rencontrer. L’humour et la patience d’Ezequiel les a amené à parler ensemble pour ensuite venir à parler de chose un peu plus personnel d’un côté comme de l’autre. Autrement dit à se lier quelque chose d’un peu plus personnel sans doute qu’une relation médecin et patient. Surtout que de toutes manières même s’il est médecin ce n’est pas lui qui se chargera d’elle à l’hôpital à moins qu’un jour il soit là quand quelque chose lui arrive bien évidemment il agira le temps que les médecins plus qualifiés dans le domaine que lui débarquent. Et pour tout dire elle venait toquer chez lui et la première chose qui sortait de sa bouche c’était tout de même « Bonjour mademoiselle la râleuse » normal que cette dernière réponde à Ezequiel et même justifié qu’à n’importe quel moment de la soirée elle puisse lui rétorquer quelque chose vis-à-vis de cette petite appellation.

« Hum…une femme qui se plaint n’est-ce pas un euphémisme ça ? Je t’ai invité à mangé pas pour ton sale caractère mais pour la charmante personne que tu es dans l’ensemble. Pour tout quoi les mauvais comme bon côté. Apprécié la présence d’une personne pour une chose en particulier est disons assez bizarre et pas du tout mon genre. Mais peut être que ton côté râleur m’a foudroyé sur place et hypnotisé me poussant à t’inviter…faut voir. »

Bien évidemment il était taquin mais le début de ce qu’il venait de dire était tout à fait vrai. Il l’avait invité pour la personne qu’elle était et non pour une particularité chez elle. C’est un tout et non une petite chose qui intéresse quelqu’un dans une amitié. Une globalité. Il était en train de s’occuper de la bouteille que Chiara venait de ramener pour fêter le fait qu’elle allait bien depuis plusieurs jours ce qui a priori est pour la jeune femme un évènement miraculeux méritant à ce point d’être fêté, elle lui demanda d’avouer que c’était bien pour son côté grognon et râleuse qui lui avait plût chez elle.

« Hum…disons que cela peut être un point dans la globalité de ce qui m’a plût et me plaît chez toi…ce regard quand tu as sût que cela avait été jusqu’à réveiller une petite. C’était…mignon. Il y a des tas de patients qui se fichent royalement des nuisances sonores qu’ils peuvent provoquer en râlant alors que toi…tu as comprit et modifié ta façon d’être avec notre personnel suite à cela malgré les problèmes que tu as et la mauvaise humeur dût à cela et tout à fait compréhensible. »

Il fut amusé de voir le clin d’œil de la jeune femme et trinqua avec la jeune femme à la santé de cette dernière qui ne cessait d’être plutôt bonne dernièrement et stagnait pour l’instant ce qui n’était pas plus mal d’ailleurs.

« J’ai préparé des pâtes carbonara j’espère que tu aimes ça…dans le pire des cas je te fais un truc vite fait à côté ou je peux commander aussi. Je crois que la dernière fois que je t’ai vu c’était la semaine dernière…ou il y a deux semaines je ne sais plus. Ma semaine de travail est plutôt calme. Disons que mes journées sont bien remplies des fois et d’autres où c’est plat mais bon je vais pas m’en plaindre. Et toi ta semaine alors tu as fais quoi de beau ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 :: Les Archives :: La salle des archives :: RPs
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» << Let the sunshine in >> { PV Aroz }
» Let the Sunshine in! [pv Olychounette]
» Ains't no sunshine when she's gone (31/05, 17h29)
» Good morning, sunshine. [Hiro Shima]
» sunshine kiwi ♦ keep on believin'