:: The City of Los Angeles ... :: Hollywood :: Frolic Room
Girl Power | Victoria
avatar
Ellen C. O'Ceallaigh
Messages : 414
Date d'inscription : 04/11/2014
Pseudo : Elina
Célébrité : Olivia Wilde
Crédit : bombshell / tumblr


Emploi : Médecin à l'hôpital
love out loud : Libre comme l'air ~

Mer 11 Mar - 12:40
Girl Power
Victoria & Ellen

Aujourd’hui était une journée chargée au boulot. Je ne sais pas ce qu’il se passe en ce moment, mais tous les gens se blessent et débarquent aux urgences avec un bras cassé, une côte fêlée, une entorse ou encore un traumatisme crânien. Certains veulent se la jouer casse-cou, je ne vois pas d’autres raisons. Les victimes d’accidents domestiques sont de plus en plus nombreuses et elles viennent toutes à l’hôpital. Le problème c’est qu’on n’est pas assez pour s’occuper de tout le monde, on manque cruellement de médecins et d’infirmières alors c’est la course. On doit se diviser en plusieurs et avoir la tête partout. C’est épuisant. Mais malgré la fatigue et le fait de devoir tout gérer, je ne perdais pas ma bonne humeur. Rien ne pouvait l’entacher aujourd’hui. Pas même les bébés qui pleurent ou les gosses qui piquent des crises. Rien. Parce que ce soir, j’ai une soirée de prévue avec ma petite Vicky. Victoria est l’une des rares femmes avec qui je m’entends parfaitement. La plupart du temps, je ne provoque que de la jalousie de la part de pauvres filles mal dans leur peau. Je m’entends beaucoup mieux avec la gente masculine. Mais avec Vicky, c’est différent, on a beaucoup de points communs et on est pareilles toutes les deux. Ça aurait pu ne pas coller entre nous, mais on s’est rencontrées à des moments propices de nos vies.

Je l’ai connue peu de temps après mon arrivée dans ce pays, moi la petite irlandaise qui débarquait pour faire des études de médecine. Je n’avais pas encore eu le temps de réellement prendre mes marques et d’apprendre à connaitre d’autres étudiants et des gens autour de moi. Alors j’étais bien contente de la rencontrer et de me faire une amie en Amérique. Bon, par la suite, on a un peu perdu le contact parce qu’elle est partie à New York, la même ville qu’Owen d’ailleurs. On a pris des chemins différents, mais on s’est finalement retrouvées il y a quelques mois et depuis, on sort souvent pour prendre un verre, on va l’une chez l’autre, bref on est presque inséparables. Et ça me fait du bien d’avoir une complice, une personne avec qui je me sens bien et avec qui je peux parler de tout et n’importe quoi. Elle est toujours de bon conseil. Et je sais que ce soir, on va s’amuser !

Mon service prit fin à 18h, ce qui me laissa tout juste le temps de rentrer chez moi et de me préparer. Je filais dans la salle de bain direction la douche pour me détendre de cette journée de stress. Je laissais l’eau chaude couler sur ma peau et ça me faisait un bien fou. Une fois propre et détendue, je me séchais et laissais la serviette enroulée autour de moi pour aller choisir ma tenue. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir mettre ? Je ne sais pas combien de temps je suis restée devant ma penderie, mais j’optais finalement pour une petite robe noire à fines bretelles avec des collants couleur chair. Il fait encore frais à cette période de l’année pour sortir sans collant. Je retournais dans la salle de bain pour m’habiller, me parfumer, me maquiller et me coiffer. La totale, comme à chaque fois qu’on sort. Une fois prête, j’attrapais une paire d’escarpins noirs ainsi que ma veste en cuir et mon sac à main. Enfin, je quittais mon appartement pour rejoindre ma voiture, direction la boite de nuit branchée où on a l’habitude d’aller.

Garée sur le parking, je sortis de la voiture et je remarquais bien vite qu’il y avait un monde fou… Bon sang… Je déteste attendre. Il est hors de question que je fasse la queue. Je ne pouvais m’empêcher de jeter un œil à tous ces gens qui attendaient. Certains ne savaient clairement pas marier les couleurs et s’habillaient comme des sacs. N’ont-ils pas honte de sortir comme ça ? Il y a quand même quelques beaux spécimens dans le tas, je dois bien l’avouer. Mais pas de trace de Vicky pour le moment, je vais l’attendre, elle ne devrait pas tarder.


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
N. Victoria Doland
Messages : 256
Date d'inscription : 04/02/2015
Célébrité : Emily Blunt.
Crédit : ©schizophrenic & gif by tumblr.


Emploi : Rédactrice en chef de la division californienne du magasine de mode international, Vogue.
love out loud : Fucked Up.

Mar 17 Mar - 19:11
Girl Power
Victoria & Ellen



Vicky aimait le speed, la tension palpable qui régnait dans les lieux, cette impression d'être une reine au milieu d'une ruche d'abeille. Elle appréciait d'agir dans la précipitation malgré son obsession pour l'ordre et l'organisation, ce qui était assez atypique quand on voyait l'intérieur de son dressing... Il existait des individus capables d'être deux personnes totalement différentes selon le contexte ou le genre de personne qu'elles fréquentaient. Pas des schizophrènes, non, des personnes saines d'esprit mais qui avaient cette faculté à changer de peau comme de chemise. Vicky faisait parti de ceux là. Elle n'était pas constante, entière, elle était aussi changeante que ses tenues, aussi compliquée que son travail. Et c'était loin de lui déplaire. Chez elle, elle était plutôt posée, à écouter de la musique classique, vêtue d'une simple chemise de nuit en lin, une tasse de thé fumante en main. Mais au travail, elle était tirée à quatre épingle, perchée sur des talons de 20 centimètres, en agitation permanente. Elle ne laissait rien passer, elle était la chef, elle dirigeait tout un petit monde gravitant uniquement autour d'elle. Et c'était bon, limite jouissif de se voir avec tant de pouvoir, avec une aisance pareille derrière un bureau surplombant tout LA avec sa gigantesque baie vitrée.

Mais ce soir, Vicky comptait bien laissé la patronne au placard tandis qu'elle allait retrouver Ellen dans l'un des nouveaux Club de la ville. Bien sûr, Vicky avait ces petites adresses, ces petits pistons pour être, encore, au devant de la scène. La veille, elle avait entendu une conversation entre deux de ses assistantes qui parlaient d'un Club allant ouvrir sur Hollywood et qui accueillerait le gratin de la ville. Vicky était assez mondaine, il fallait le reconnaître. Les peoples représentaient plus de la moitié de son chiffre d'affaire, leurs tenues, leurs vies, étant la ressource principale de Vogue. Sans eux, Vicky n'aurait pas d'emploi aujourd'hui ni la bonne centaine d'employé bossant pour le magasine. Et elle se devait d'y être, c'est du moins l'excuse qu'elle avait trouvé. Un coup de fil plus tard et son nom était inscrit sur la liste VIP pour la soirée du lendemain. Par moment, elle trouvait les choses trop simples, elle qui avait cravaché pour en arriver là. Vicky était une bosseuse qui ne comptait pas les heures, qui consacrait sa vie entière à son travail et certains avantages comme celui-ci controversait son rythme de vie éreintant. Une fois qu'elle eut raccroché avec l'organisateur, elle pianota sur son portable, demandant à Ellen si elle voulait bien l'y accompagner. Parce que même si Vicky était désireuse de se faire bien voir, elle n'était pas dépitée au point de s'y rendre seule. En autre contre partie du job de ses rêves, sa vie sentimentale était un véritable champ de ruine. Et qui d'autre qu'Ellen pour remédier à ça ? La jeune femme était sans nul doute la personne à avoir auprès de soit lors de ce genre de soirée où les hommes influents de cette ville seront de sortie, où les cocktails seront à se damner et les ragots présents tous les cinq mètres. Quelques minutes plus tard, son portable se mit à vibrer sur le bureau en acajou, confirmant qu'Ellen serait ravie de jouer les fouines avec elle.

Victoria quitta enfin les bureaux du magasine, bonne dernière, comme toujours. Elle aimait avoir le contrôle total et cela exigeait un énième sacrifice qui constituait à veiller si quelque chose n'allait pas. Elle prit un taxi jusqu'à chez elle où elle sauta sous la douche. La journée sembla glisser sur elle au même rythme que l'eau brûlante sur sa peau. Mais elle savait qu'elle n'avait pas le temps de traîner. Nue sous sa serviette de bain, elle se posta dans son dressing. Celui-ci prenait une place considérable dans la pièce, il était le coeur de cet appartement de standing qu'elle s'était payé en revenant à Los Angeles prendre son poste. Des robes, jupes, chemisiers et autre pantalons traînaient un peu partout. Victoria n'avait jamais le courage de le ranger intégralement, alors que sa vie était rythmé comme du papier à musique. Et, étrangement, ce chaos la consolait de sa propre exigence envers elle-même. Elle ôta la serviette, se glissa dans un ensemble de sous-vêtement en dentelle, attrapa un jean en cuir noir et une chemise corail qui mettait parfaitement en valeur ses yeux. Parmi la foule d'escarpin dont elle disposait, elle choisi ceux de la même couleur que son chemisier, ainsi qu'une pochette Dolce en guise de sac à main. Direction la salle de bain où elle fit boucler ses cheveux à l'aide d'une mousse hors de prix d'un coiffeur bien vu en ville. Elle se maquilla, attrapa son portable et grimpa dans le taxi.

Enfin, elle repéra les néons du Club au loin. Dernier coup d'oeil dans son miroir de poche, dernière touche de rose à lèvre et elle s'extirpa du véhicule non sans lâcher un billet pour la course. Une foule de gens trépignaient sur le trottoir mais Vicky remonta la foule avec grâce jusqu'à rencontrer le visage amical d'Ellen un peu plus loin. La brune était sublime, comme toujours. Elle toisa le monde faisant la queue devant elles, pas convaincu de devoir faire comme eux. « Suis moi. ». Vicky tourna les talons et se dirigea directement à l'entrée du Club. « Bonsoir. Je suis Victoria Doland et voici mon amie, Ellen O'Ceallaigh ». Elle avait bien prit soin de faire rajouter le nom d'Ellen une fois que celle-ci eu confirmé. Le videur leur demanda leurs cartes d'identité avant de les faire entrer, non sans un regard très poussé sur leurs fessiers. « Je paie la première tournée ! ».


(c) sweet.lips

_________________
I want my life so bad
I've got thick skin and an elastic heart but your blade it might be too sharp. I'm like a rubberband until you pull too hard. I may snap and I move fast but you won't see me fall apart. © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ellen C. O'Ceallaigh
Messages : 414
Date d'inscription : 04/11/2014
Pseudo : Elina
Célébrité : Olivia Wilde
Crédit : bombshell / tumblr


Emploi : Médecin à l'hôpital
love out loud : Libre comme l'air ~

Dim 22 Mar - 16:48
Girl Power
Victoria & Ellen

J’adorais sortir, que ce soit en boite ou n’importe où. J’étais une fêtarde et ce depuis toujours. Passer du bon temps avec des amis, c’est ce qu’il y a de mieux. Et avec Vicky, je sais que je ne vais pas m’ennuyer. On a énormément de points communs toutes les deux et c’est toujours un plaisir de se retrouver autour d’un verre ou à l’occasion d’une soirée spéciale en ville. Victoria a toujours les bons plans pour qu’on soit privilégiées ou pour qu’on accède à ce qu’il y a de mieux. Alors, je sais que cette soirée dans cette nouvelle boite sera géniale, je n’en doute pas une seule seconde. Et puis, où qu’on aille, on ne passe jamais inaperçues. On a le chic pour attirer les regards et devenir le centre d’intérêts, chose que j’aime énormément.

Je n’étais pas là depuis très longtemps, dehors à regarder cette foule de gens en train de faire la queue. Certains ne rentreront pas, c’est impossible, j’arrivais même à repérer des mineurs dans le tas. S’ils pensent tromper les vigils, ils ne sont pas très malins. N’importe qui peut affirmer qu’ils ne sont pas majeurs rien qu’à leur look, leur visage juvénile. Je pourrais presque avoir pitié si je ne me fichais pas totalement de leur sort. Après tout, chacun son problème. J’aperçus rapidement le visage de Victoria qui remontait toute la file d’attente. Ah la voilà ! Classe, comme d’habitude. Je lui adressais un grand sourire jusqu’à ce qu’elle arrive à mon niveau. Les deux canons sont réunis, la fête peut commencer. Lorsqu’elle arriva devant moi, elle me dit simplement de la suivre. Je m’exécutais, un sourire supérieur sur les lèvres alors que nous passions devant tout le monde. Il semblerait que Victoria ait encore fait marcher ses relations, parfait, on va gagner du temps.

Je la suivais jusqu’à l’entrée du club où elle discuta avec le videur. Elle se présenta et lui donna mon nom également. Elle pense toujours à tout, c’est ça qui est génial. L’homme chercha nos noms sur sa liste et lorsqu’il les trouva, nous demanda nos cartes d’identités. Je sortis la mienne et lui présenta avec un grand sourire. Et oui, certains sont des VIP. Il y jeta un œil et nous laissa finalement entrer. Ça y est ! La soirée commence enfin ! Voyons si ce nouvel endroit en vaut la peine. J’avançais à l’intérieur du club avec mon amie, lorsqu’elle m’annonça qu’elle payait les premiers verres.

« Ça marche, je paye la suivante ! »

Mon regard balayait déjà la salle, et je remarquais déjà quelques beaux spécimens. J’ai l’œil pour repérer les belles choses. La musique n’était pas trop mal non plus et l’ambiance n’était pas étouffante comme dans d’autres boites de nuit un peu trop populaires. Je pense qu’on va passer une bonne soirée.

« Je te laisse choisir où s’installer. »

Elle a peut-être réservé un espace, ou alors on lui a déjà conseillé quelque chose ? Je préférais donc la laisser choisir, et puis, elle choisit toujours les meilleures places stratégiques. Il nous faut un endroit assez spécial, comme toujours. Une place où on pourra voir le maximum de monde parce qu’il arrive très souvent au détour d’une conversation qu’on se mette à parler des gens qui nous entoure, de leur mauvais gout vestimentaire par exemple ou le fait que telle ou telle personne ait besoin de chirurgie esthétique. Critiquer les autres, c’est un bon passe-temps.

« Alors Vicky, quoi de neuf depuis la dernière fois ? »


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
N. Victoria Doland
Messages : 256
Date d'inscription : 04/02/2015
Célébrité : Emily Blunt.
Crédit : ©schizophrenic & gif by tumblr.


Emploi : Rédactrice en chef de la division californienne du magasine de mode international, Vogue.
love out loud : Fucked Up.

Jeu 9 Avr - 16:46
Girl Power
Victoria & Ellen



Ça pouvait faire prétentieux et ça l'était certainement, mais Victoria s'en foutait pas mal. Elle n'avait pas la prétention d'être parfaite mais l'illusion qu'elle donnait à l'être était nettement suffisante. Elle ne faisait pas ça pour épater Ellen non plus, la jeune femme n'avait pas besoin de ça. Ellen était le genre de femme que tout le monde voulait devenir, sur un plan professionnel et physique en tout cas. Si Victoria avait brillamment réussi en devenant rédactrice en chef de Vogue, Ellen était un brillant médecin tout étant un canon sur patte. Si Vicky avait eu le temps de suivre Grey's Anatomy, pas de doute qu'elle les auraient trouvé fade face à la O'Ceallaigh. Il était difficile d'imaginer la brune porter une blouse blanche, un calot sur la tête et les mains dans la poitrine d'un patient, pourtant, c'était son lot quotidien, son gagne pain. Si Victoria la respectait énormément pour ça, elle n'aurait jamais pu en faire autant. La médecine lui avait toujours fait peur. Tout ce sang, cette angoisse croissante de perdre un patient, cette pression quotidienne, elle préférait laissé ça aux plus motivés. Inconsciemment, elle en voulait peut-être aux toubibs de n'avoir pas sauvé Beth à l'époque. C'était la dernière fois qu'elle avait mit les pieds dans un hôpital, le jour où Beth était morte. La fois où elle avait comprit que la mort était trop soudaine, trop imprévisible et surtout trop dure à encaisser. Que cette foutue mort avait embarqué avec elle la personne qu'elle aimait, au-delà de leur histoire, elle l'aimait passionnément. Elle se rappelait avoir déambulé dans la rue, telle une damnée, les yeux injectés de sang par le manque de sommeil, par la colère qui lui brûlait les rétines. Elle n'avait pas appelé Ellen ou Kendall ce soir-là, elle avait simplement marché sans but, comme ça, cherchant à oublier qu'elle retrouverait son appartement vide parce que sa colocataire, son amie, son amour, venait de mourir. Oui, la médecine l’effrayait beaucoup trop mais elle était contente que quelqu'un comme Ellen soit assez courageuse pour en faire partie.

Mais cette partie de sa vie était bien loin maintenant, à un temps où elle était simple étudiante, où elle servait des verres pour payer son loyer. Aujourd'hui, vêtue ainsi, avec son nom gravé en lettre d'or sur une liste VIP, elle avait l'impression de mettre vraiment de côté la Victoria d'antan. Bien qu'elle ait conservé les même amis d'autrefois, elle n'était plus la même. Plus aussi perdue, beaucoup plus sur d'elle, brillante, elle avait abandonné ses états d'âme pour devenir un requin de la mode. Une fois dedans, les deux amies s'arrêtèrent pour jeter un coup d’œil. Les gars n'avaient pas menti, l'ambiance était à son comble, ce qui justifiait une queue aussi impressionnante dehors. Victoria s'éloigna vers le bar tandis qu'elle entendait Ellen lui signifier qu'elle payerait la tournée suivante. Vicky posa un coude sur le comptoirs, signe qu'elle attendait qu'on s'occupe d'elle. Ici, elle n'était plus le tyran, juste une cliente qui voulait s'amuser, alors elle pouvait bien patienter un peu. Finalement, le barman la remarqua et débarqua vers elle avec un large sourire. Il était trop jeune, tout juste majeur d'après son manque de barbe et ses yeux trop émotifs. Dommage. « Deux Margherita, s'il vous plaît. » Il s'exécuta tandis qu'elle cherchait un coin où s'asseoir tout en ayant le meilleur point de vue. Choisir sa place avait son importance dans ce genre d'endroit et ce n'est pas Ellen qui allait la contredire. Finalement, les deux verres arrivèrent devant-elle. Victoria glissa un billet dans la main du jeune homme - trop jeune décidément- et s'éloigna pour rejoindre Ellen. « Je te laisse choisir où s’installer. » Victoria lui donna son verre, trempa ses lèvres avant de repérer une table près de la scène, mais pas trop. Elle n'était pas vide, mais cela ne serait pas un problème très longtemps. Ellen et Victoria se rapprochèrent donc de la dites table, d'un pas assuré. « Excusez-moi, serait-il possible que vous nous laissiez votre table ? » La fille au décolleté beaucoup trop provoquant pour son âge lui jeta un regard noir mais le gars semblait hésiter. Victoria s'empressa d'ajouter : « Ça m'embêterait d'apeller Mr.Taylors pour une simple table, mais si vous y tenez... » et avant qu'elles aient le temps de tourner les talons, le type se leva, entraînant sa copine coléreuse avec lui. Le bluff avait toujours payé et Victoria ne cessé de le constater avec le temps. Bien qu'elle connaisse le directeur de l'établissent, il y avait peu de chance qu'il se déplace pour lui filer une table mais l'aplomb et la détermination avait vite fait flancher le type. Elles prirent place sur la banquette confortable, un sourire malicieux aux lèvres. « Alors Vicky, quoi de neuf depuis la dernière fois ? » . Et bien sa vie avait toujours le même rythme infernal, mais elle ne s'en plaignait pas. Elle n'avait pas fait autant, connu trop de sacrifices, pour se voir cracher sur toute sa motivation. « J'essai de recruter Kate Moss pour la première page du prochain numéro. » Quoi ? Kate Moss était un modèle dans le milieu, c'était important de le mentionner. Et puis en grande amatrice de mode, Ellen n'était jamais en reste de potin. Les deux jeunes femmes c'étaient plutôt bien trouvé sur ça, les divines en elles ne cessaient d'aspirer à un monde de classe et de paillette. « Et je crois que le beau brun la-bas va venir t'inviter à danser... », dit-elle avec un rictus sur le visage. En effet, le playboy avait le regard rivé vers Ellen, un regard qui ne laissait aucune doute sur ses attentions. « Je sens que c'est moi qui vais rentrer seule ce soir. », plaisanta-t-elle. En réalité, Victoria n'était pas du genre à coucher avec un homme qu'elle ne connaissait pas et encore moins un soir après avoir bu. Elle se respectait beaucoup trop pour ça, mais elle crevait surtout de peur. Peur du mal qu'il pourrait lui faire, peur de ne pas savoir gérer. C'était tout le problème avec Victoria, elle voulait des choses, mais avait constamment peur de ne pas savoir les appréhender.


(c) sweet.lips

_________________
I want my life so bad
I've got thick skin and an elastic heart but your blade it might be too sharp. I'm like a rubberband until you pull too hard. I may snap and I move fast but you won't see me fall apart. © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ellen C. O'Ceallaigh
Messages : 414
Date d'inscription : 04/11/2014
Pseudo : Elina
Célébrité : Olivia Wilde
Crédit : bombshell / tumblr


Emploi : Médecin à l'hôpital
love out loud : Libre comme l'air ~

Lun 4 Mai - 17:57
Girl Power
Victoria & Ellen

Vicky parvenait toujours à obtenir des bons plans lorsqu’il s’agissait de sortir en soirée. Avec son boulot que j’admire énormément, elle a le chic pour dégoter des pass VIP, une table dans un super restaurant, des entrées pour des avant-premières, bref elle obtenait toujours ce petit truc en plus qui nous permettait de nous élever au dessus du commun des mortels. Ce n’est pas vraiment qu’on méprise tout le monde, c’est juste qu’on aime profiter des meilleures choses. Je n’ai pas la prétention de me sentir supérieure aux autres, mais nous ne sommes pas tous au même niveau hein. Force est de constater que nous ne sommes pas tous sur le même pied d’égalité, tant physiquement que professionnellement. Et je dois dire qu’avec Victoria, on ne joue pas dans la même cour que les gens lambda. Ce qui attise beaucoup de jalousie. Mais à force on s’y habitue. Je peux les comprendre les pauvres, ce n’est pas toujours facile d’être en contact avec des gens parfaits, ça doit surement complexer.

Une fois à l’intérieur, je n’étais pas déçue de constater à quel point il y avait de l’ambiance. On ne risque pas de s’ennuyer et ça, c’est un sacré bon point. Si on est venues ici, c’est pour s’amuser après tout, pas pour attendre que le temps passe. Je commence à comprendre pourquoi une telle foule attend d’entrer à l’extérieur. Oui, tout le monde n’a pas la chance d’avoir une super amie avec des passe-droits. Elle voulait payer la première tournée, je payerai donc la suivante. Elle se dirigea alors vers le bar pour commander à boire et je la suivais, jetant un œil autour de moi, observant un peu le genre de personne qui fréquentait cet endroit. Il y a du beau monde par ici et pas mal de mecs potables. Ça s’annonce plutôt bien. Je restais en retrait le temps qu’elle passe commande auprès du barman. Je lui faisais pleinement confiance dans le choix des boissons, depuis le temps elle connait mes gouts et je connais les siens. Ça fait tellement longtemps qu’on se connait en y repensant. Une bonne dizaine d’années au moins ? Je l’ai rencontrée peu de temps après mon arrivée dans ce pays.

Lorsqu’elle revint vers moi, je récupérais mon verre en lui souriant pour la remercier et lui proposais de choisir une table. Peut-être qu’on lui avait conseillé une place en particulier ? En attendant, j’amenais mon verre à mes lèvres pour boire une gorgée. Elle semblait en avoir repéré une, alors je la suivais sans rien dire. Sauf que la table qu’elle avait choisie n’était pas libre. Ce ne sera pas un problème longtemps, la connaissant. Effectivement, ma chère Victoria sortit le grand jeu. Un homme était assis à la table avec une jeune fille au style vestimentaire un peu douteux. Ça, ce n’est pas classe. Les deux n’avaient pas l’air de vouloir bouger, mais Vicky leur fit un coup de bluff dont elle seule avait le secret. A peine eut-elle terminé sa phrase que le type se leva, accompagné de son bulldog. Lorsqu’ils furent partis, je me tournais vers mon amie, un sourire malicieux sur les lèvres. « Joli coup. » La place étant libre à présent, je m’installais sur la banquette confortable où je pouvais aisément voir une grande partie de la salle. Ça c’est une bonne place.

Je bus une nouvelle gorgée de ma boisson après lui avoir demandé des nouvelles, qu’elle me raconte des potins ou ce genre de chose. C’est un peu notre activité favorite, discuter de tout et de rien mais surtout des autres. C’est toujours intéressant d’apprendre des détails croustillants sur des personnes qu’on connait. Ou même des gens qu’on ne connait pas personnellement. Elle me révéla qu’elle tentait de recruter Kate Moss pour le prochain numéro de son magazine. Oh mon dieu Kate Moss ! Ça c’est la classe. « Ouh, Kate Moss ! Carrément ! » Ce genre de détail m’intéressait tellement, moi grande fan de potin en tout genre et du monde merveilleux des célébrités. Cette femme a beau avoir commis quelques dérapages, elle reste une pointe dans le milieu. Mais mon amie rajouta rapidement qu’un mec avait déjà des vues sur moi. Ce n’était pas vraiment surprenant, sans me vanter. Mais j’étais tellement restée focalisée sur Kate Moss, que je n’avais pas remarqué. « Ah ? » Je jetais un œil dans la direction de ce fameux beau brun, sans aucune discrétion et je remarquais effectivement qu’il ne décrochait pas son regard de moi. Je lui adressais un sourire charmeur avant de reporter mon attention sur mon amie. Lui, il va se pointer à notre table d’ici quelques minutes. Victoria plaisanta sur le fait qu’elle allait rentrer seule ce soir. Je lui adressais alors un petit sourire complice. « Ça peut s’arranger si tu veux. » Je suis sûre et certaine qu’elle pourrait trouver facilement si elle le voulait. « Aucun mec ne peut te résister. »

Et comme je l’avais prévu après lui avoir adressé mon petit sourire, le beau brun s’approcha à notre table. Il jeta un rapide coup d’œil à Vicky avant de se concentrer sur moi. « Bonsoir mesdemoiselles. » Je levais les yeux vers lui, sans lui répondre, constatant qu’il me regardait des pieds à la tête, enfin de ce qu’il voyait. « Tu veux danser ma jolie ? » Bien sûr que j’aimerais danser, j’adore ça. Je le regardais droit dans les yeux, un grand sourire illumina mon visage. « Oh oui, j’adorerai ! » Je me levais, un sourire en coin apparut sur son visage, victorieux. Mais mon sourire se fit plus sournois et je tendis ma main vers mon amie. « Tu viens Vicky, on va danser ? » Oui mon gars, je veux danser, mais pas avec toi. La garce dans toute sa splendeur, c’est moi.


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
N. Victoria Doland
Messages : 256
Date d'inscription : 04/02/2015
Célébrité : Emily Blunt.
Crédit : ©schizophrenic & gif by tumblr.


Emploi : Rédactrice en chef de la division californienne du magasine de mode international, Vogue.
love out loud : Fucked Up.

Mer 20 Mai - 10:43
Girl Power
Victoria & Ellen

Difficile d'imaginer qu'autrefois, Victoria se serait senti à l'étroit dans ce genre de lieu. L'adolescente timide et réservé n'aurait pas trouvé sa place parmi les vedettes, les icônes de ce monde, caché derrière un livre à vouloir se fondre dans la masse. Victoria n'était décidément plus la même. Aujourd'hui, au contraire, elle voulait qu'on la remarque, que son visage ne passe pas inaperçu parmi la foule. Certains diraient qu'elle avait un besoin de reconnaissance, mais elle ne voyait pas les choses sous cet angle. Victoria était reconnaissante envers elle-même, parce qu'elle avait réussi là où d'autre avaient échoué, parce qu'elle s'était donné la chance d'y arriver. Elle ne devait son sucés à personne et surtout pas à sa famille qui s'était contenté de la laisser se perdre dans un monde qui ne lui correspondait pas. Ellen n'aurait sans doute pas reconnu Victoria, caché sous des épais verre de correction, les cheveux rabattu sur le visage pour ne laissé rien voir de son malaise, préférant se tairer dans une bibliothèque plutôt que dans un bar animé. L'adolescente mal dans sa peau avait peu à peu fait place à une femme déterminée et vaillante qui ne se laissait conduire par personne qu'elle-même. Pourtant, derrière cette apparence de chef d'entreprise, Victoria appréciait les plaisirs simples. Elle aimait tout autant buller chez elle, seule, un bon livre à la main, une bonne tasse de thé prête à la désaltérer. Elle avait gardé quelques fêlures du passé, ces petits moments du quotidien où elle ne rêvait que d'un peu de solitude, loin de ces fêtes et galas dont elle se devait d'être présente. Mais en acceptant ce poste et cette vie, elle avait fait une croix sur ces instants volés et assumait ces longues soirées qui marquaient son entrée dans le monde qu'elle avait toujours voulu.

Mais cette soirée n'était pas une obligation. Parce qu'elle était avec Ellen et que son travail n'avait qu'une place minime dans cette soirée. Parce que bien qu'elle appréciait sa solitude, elle était toujours seule en rentrant. La seule personne qui l'accueillait c'était Duchesse, sa chatte, cette boule de poil qui lui réchauffait le cœur par son simple contact. Mais Victoria ne se plaignait pas, pas vraiment. Elle avait choisi cette vie, elle avait choisi d'être seule d'une certaine manière. Après l'échec de son mariage, après la désillusion cruelle que lui avait renvoyé cette épreuve, elle avait fermé ses portes à une éventuelle nouvelle relation. Et à moins de trouver un partenaire compréhensible sur ces longues heures au travail, elle ne voyait pas comment construire quelque chose de stable... Après tout, il n'y avait rien de mal à être célibataire à 30 ans passé, si ? La plupart de ses amis ou collègues n'arrivaient pas ou ne voulaient pas, se mettre en couple. Et quand elle voyait Ellen, rayonnante, elle se disait que cela lui réussissait plutôt bien. Quant à Victoria, le célibat lui laissait le temps pour tout le reste. C'était finalement la meilleur solution pour être une experte au travail. Pas de mari, pas d'enfants, pas de quoi papillonner. « Ça peut s’arranger si tu veux. » Victoria but une nouvelle gorgée de son verre, faisant un clin d'oeil à sa partenaire. Le truc, c'est que Victoria ne cherchait pas. Pas qu'elle avait déjà trouvé, non, mais parce qu'elle ne souhaitait pas connaître une histoire d'un soir. Elle ne faisait pas confiance aux hommes en général. Depuis le traumatisme de son adolescence, elle ne réussissait pas à briser cette barrière invisible entre eux et elle. Ses relations sexuelles c'étaient faites uniquement avec des personnes en qui elle avait confiance et qui avait assez attendu pour qu'elle se sente à l'aise. Une part d'elle aurait aimé lâcher prise, pouvoir prendre du plaisir avec un homme sans que cela ne devienne compliqué, mais tout son corps rejetait cette hypothèse.  « Aucun mec ne peut te résister. » C'était sans doute pas faux. Victoria était une jolie femme aujourd'hui et prenait assez soin de son apparence pour que cela se remarque. Mais ce qu'Ellen oubliait, c'est que Victoria n'était pas uniquement attiré par les hommes. Sa première vraie relation avait été avec une femme et même si depuis elle n'avait fréquenté que des hommes, on oubliait jamais vraiment son premier amour...

Puis le gars fut sur elles. Victoria le toisa, comme un étranger intrusif, ce qu'il était. Même s'il était poli, Victoria sentit une confusion chez lui, sans pouvoir se l'expliquer. « Oh oui, j'adorerai ! », répondit Ellen après que le type lui ai demandé si elle souhaitait danser. Victoria coula un regard vers elle, mais aussitôt fut amusé par sa ruse. « Tu viens Vicky, on va danser ? » Ellen était sans doute la plus garce des deux, mais Victoria adorait ça. En tant que féministe assumée, Victoria se battait au quotidien pour que les femmes prennent la place qui leur était dû. Elle ne supportait pas la supériorité que les hommes se donnaient, ni la prétention qu'ils avaient à être au-dessus des autres. Tout comme Ellen, elle occupait un poste à responsabilité qui les plaçaient comme des égaux avec ces poste prestigieux uniquement occupés par la gente masculine. « Avec plaisir. », dit-elle en posant son verre, passant devant le brun et lui jetant un regard laconique. Elles étaient sur la piste à présent, attirant autant les regards que les projecteurs.  

(c) sweet.lips

_________________
I want my life so bad
I've got thick skin and an elastic heart but your blade it might be too sharp. I'm like a rubberband until you pull too hard. I may snap and I move fast but you won't see me fall apart. © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ellen C. O'Ceallaigh
Messages : 414
Date d'inscription : 04/11/2014
Pseudo : Elina
Célébrité : Olivia Wilde
Crédit : bombshell / tumblr


Emploi : Médecin à l'hôpital
love out loud : Libre comme l'air ~

Ven 3 Juil - 1:44
Girl Power
Victoria & Ellen

J’étais une fêtarde née. Je ne pouvais pas concevoir une bonne semaine sans sortir minimum deux fois. En semaine, c’est difficile avec le travail mais le week-end, il faut que je sorte, c’est vital. Rester chez moi à regarder la télé comme une grand-mère, ce n’est pas pour moi. Je ne suis pas vieille avant l’âge. J’ai besoin de rencontrer du monde, d’avoir des contacts avec les autres. Je ne supporte pas de rester seule dans mon coin. Il me faut des gens autour de moi. Il faut aussi qu’on me regarde et que je devienne le centre d’attention parce que j’adore ça. J’ai toujours été comme ça d’ailleurs, aussi longtemps que je me souvienne. J’ai toujours aimé me mettre en avant. Dans ma famille c’était difficile parce qu’on était nombreux et que mes parents étaient accaparés par les plus petits mais à l’école, je n’hésitais pas. J’ai toujours eu ce besoin de me montrer, et il n’a pas disparu avec le temps, bien au contraire. Je crois même qu’il s’est accentué.

Alors cette sortie en boite avec Vicky était une aubaine pour moi. Depuis qu’elle me l’avait annoncé, j’étais impatiente d’y être. Et le jour tant attendu était arrivé. J’étais comme une folle, comme une petite fille lâchée dans un magasin de jouets. J’étais dans mon élément tout simplement. Et puis, j’étais avec la meilleure pour partager ce moment. Rares sont les femmes avec qui je m’entends mais Victoria fait partie de ces exceptions. Elle a été l’une des premières avec qui j’ai sympathisé quand je suis arrivée dans ce pays. Même si on s’est perdue de vue quand elle est partie à New York, elle est une sorte de pilier pour moi. Alors sortir en sa compagnie ne pouvait que me faire plaisir. Cependant, et comme souvent, un homme vint s’incruster entre nous. Si je n’avais pas été avec elle, j’aurais peut-être été danser avec lui ou je l’aurais fait tourner en bourrique juste pour m’amuser. Mais pour le moment, je voulais profiter un peu de mon amie. On venait d’arriver, je n’allais pas déjà l’abandonner pour partir avec le premier venu.

C’était peut-être cruel de lui faire ça, le pauvre. Mais je savais me montrer extrêmement garce quand je le voulais comme ce soir, à ce moment précis par exemple. Vicky accepta volontiers mon invitation et elle se leva pour me rejoindre. J’adressais un petit sourire en coin au jeune homme avant de me diriger avec mon amie sur la piste de danse. Le type ne nous quittait pas des yeux, rageant sans doute intérieurement de s’être pris un vent aussi monumental. Personnellement, je prenais un malin plaisir à le regarder en souriant tout en dansant avec mon amie. Moi garce à ce point ? Oui totalement. Je prenais un malin plaisir à le narguer alors que je me collais un peu plus à Victoria pour danser. J’aimais voir ce pouvoir que j’avais sur les hommes, j’aimais me faire désirer, ou les voir rager. Je trouvais ça amusant. « En voilà un qui est dégouté. » Je ne pouvais m’empêcher de rire alors que je m’adressais à mon amie pour désigner ce pauvre type. « Il a choisi le mauvais timing tant pis pour lui. » Je ne finissais jamais la soirée avec un homme qui m’avait abordé à peine arrivée. Il fallait que je profite de la soirée et que je choisisse moi-même ma potentielle cible, que je l’observe un petit moment avant d’agir ou de l’obliger à agir. Mais là, non. Trop tôt mon gars.

Il finit par soupirer et partir plus loin au final. « Voilà, débarrassé. C’est pénible les boulets qui te sautent dessus à peine arrivée. » Je levais les yeux au ciel en riant légèrement avant de m’arrêter de danser. J’ai toujours soif en fait. Je n’ai même pas pu gouter mon verre, l’autre est arrivé si vite. « On peut retourner à notre table maintenant, non ? J’ai toujours soif et comme ça, tu pourras me raconter des nouvelles croustillantes ! Je suis sûre que tu en connais plein ! » Je lui adressais un clin d’œil avant de passer mon bras sous le sien pour retourner à notre table. Moi la grande curieuse, je suis sûre qu’elle a plein de choses intéressantes à me raconter !


(c) sweet.lips

_________________
I do everything I want ▵
©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
N. Victoria Doland
Messages : 256
Date d'inscription : 04/02/2015
Célébrité : Emily Blunt.
Crédit : ©schizophrenic & gif by tumblr.


Emploi : Rédactrice en chef de la division californienne du magasine de mode international, Vogue.
love out loud : Fucked Up.

Lun 27 Juil - 15:19
Girl Power
Victoria & Ellen

Parfois, il fallait redevenir humaine, faire parti du commun des mortels, se souvenir qu'on est une femme avant d'être une working girl. Victoria pouvait facilement l'oublier. Il suffisait qu'elle s'enferme dans sa bulle hermétique, dans son bureau à la vue impressionnante, pour se couper du monde. Certaines personnes avaient besoin de bulle d'oxygène, d'un exutoire capable de les couper de leur travail, un endroit à eux où se ressourcer pour ne pas craquer devant le fait accomplit. Victoria n'en venait jamais à ce point. Son travail, c'était sa vie, son exutoire. Elle n'avait pas une vie sociale des plus actives, il fallait bien le reconnaître. En dehors de ses amis de l'université, elle était assez solitaire. Quant la plupart des jeunes travailleurs allaient boire un verre pour décompresser après une journée éprouvante, Victoria restait tard et accumulait les heures supplémentaires. Pas pour gagner plus, pas dans une Amérique comme la leur, mais plutôt pour gagner du terrain sur des centaines d'autres candidats et devenir essentielle à la boite. Elle avait toujours voulu se faire bien voir, sûrement une carence affective dû à son enfance. En tout cas, elle n'avait pas occupé ses soirées comme la plupart des jeunes de son âge. Elle s'était effacé, elle avait favorisé sa carrière à des loisirs, des amours, des sensations... Et parfois, oui, en de rares moments, il lui arrivait de regretter. De penser à des événements qu'elle avait pu rater à devoir rester devant son écran d'ordinateur toute la nuit, à trier des monticules de documents, à photocopier des articles que personne ne lirait jamais et tout un tas d'autres tâches ingrates qu'elle avait faite juste pour grimper peu à peu les échelons la menant à la victoire. Et pendant qu'elle faisait tout ça, elle ne connaissait pas les longues soirées étudiantes, les rencards improvisés, les nuits blanches avec les copines...

Mais heureusement pour elle, elle avait croisé le chemin d'Ellen. Ellen, qui était sans nul doute à l'opposé de Victoria. Elle était aussi fêtarde que Vicky était sérieuse, aussi extravertie que Vicky était prudente, bref elles n'avaient pourtant pas grand-chose en commun. Mais Ellen n'avait pas arrêté son jugement en apprenant à connaître Victoria, elle ne l'avait pas catalogué, elle lui avait laissé une chance... Et finalement, elle restait aujourd'hui l'une de ces rares amies. Avec Chris, ils formaient une bonne équipe à l'époque, avec Beth, avec Sam... A cette pensée, Victoria sentit son cœur se serrer. Ça aussi, elle regrettait... Elle regrettait ces moments avec eux, ces repas improvisés à l'appartement, ces éclats de rire, ces petits moments de bonheur aussi fugace qu'éphémère mais qui avaient tellement compté. Elle regarda Ellen, radieuse, s'amusant comme une adolescente ne laissant pas l'emprise du temps la toucher. Elle aimerait pouvoir être aussi détaché, moins sur la réserve, à toujours se protéger d'un éventuel cataclysme. Mais ce qu'elles avaient en commun, c'était la loyauté. Bien qu'Ellen était une femme charmante qui avait connu plusieurs partenaires, elle n'en restait pas moins la première à faire passer son amie avant un éventuel copain. Victoria, quant à elle, avait toujours et de loin, favoriser l'amitié aux histoires d'amours. Parce que quand on connaissait son histoire, on se rendait bien compte que cela était bien moins douloureux.

Les deux jeunes femmes avaient rejoint la piste. Ellen était comme un aimant, elle attirait tous les regards comme un moustique attiré par la lumière. « En voilà un qui est dégoutté. », lui dit-elle en faisant allusion au pauvre type qu'elles avaient laissé sur le carreau. « Il a choisi le mauvais timing tant pis pour lui. » Question mauvais timing, Victoria en connaissant un rayon. Elle avait fini par croire que pour elle il n'existait aucun bon timing. Elle avait connu trop de mésaventures pour espérer encore avoir une petite chance dans sa vie sentimentale. « Voilà, débarrassé. C'est pénible les boulets qui te sautent dessus à peine arrivée. » Niveau boulet aussi, Victoria avait son avis sur la question. « Tu devrais finir par te poser, tu n'aurais plus aucune excuse à briser le cœur de ces pauvres gars. », lui dit-elle en faisant un sourire en coin. Mais là encore, les deux trentenaires ne semblaient pas vouloir ressembler à leurs congénères à devenant femme et épouse en moins d'un an. « On peut retourner à notre table maintenant, non ? J'ai toujours soif et comme ça, tu pourras me raconter des nouvelles croustillantes ! Je suis sûre que tu en connais plein ! » Victoria acquiesça. Leur retour vers leur table fut suivi par de nombreuses œillades. « Tu connais le magasine YOLO ? », demanda-t-elle en prenant une gorgée de son verre. Ellen lui précisa que non. « Isla Hamilton, je t'en ai déjà parlé, elle est rédactrice et ce foutu magasine commence à se faire connaître. » Pas besoin d'en dire davantage, le visage de Victoria laissait transparaître sa colère. Pourtant, elle ne devait pas s'en faire, Vogue était une institution, un repère mondialement connu dans le monde dans la mode suivi par des milliers de lecteurs fidèles. Mais Isla était également une rivale, une femme qui lui ressemblait beaucoup trop, qui pouvait facilement devenir une vedette grâce à ses minauderies. « Et toi ? Il n'y aurait pas un infirmer sexy dans ton radar ? ».  

(c) sweet.lips

_________________
I want my life so bad
I've got thick skin and an elastic heart but your blade it might be too sharp. I'm like a rubberband until you pull too hard. I may snap and I move fast but you won't see me fall apart. © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ellen C. O'Ceallaigh
Messages : 414
Date d'inscription : 04/11/2014
Pseudo : Elina
Célébrité : Olivia Wilde
Crédit : bombshell / tumblr


Emploi : Médecin à l'hôpital
love out loud : Libre comme l'air ~

Jeu 30 Juil - 18:14
Girl Power
Victoria & Ellen

Ma Vicky était réellement une personne de confiance à qui je pouvais tout raconter. J’avais une confiance aveugle en cette femme que je connaissais depuis des années maintenant. J’ai beaucoup de mal à m’entendre avec les autres femmes en général parce que tout le monde sait à quel point la jalousie est présente et qu’entre nous, il n’y a aucune pitié. Combien j’en avais vue en fac de médecine à essayer d’enfoncer les autres ? Combien j’en avais surprise en train de préparer un sale coup. Il n’y a pas de secret, dès qu’une femme se sent en inférieure par rapport à une autre, la jalousie pointe le bout de son nez et c’est chacun pour soi. Mais pas avec Victoria. Elle a été l’une des premières avec qui j’ai sympathisé dans ce pays et jamais elle ne m’a jugée sur mon physique ou sur quoi que ce soit et réciproquement. Je pourrais même la qualifier de meilleure amie si on prend en compte tout ce qu’on a vécu toutes les deux. Ça me fait tellement plaisir qu’elle soit de retour à Los Angeles après avoir passé autant de temps à New York, dans la même ville que mon frère quand on y réfléchit. Est-ce qu’ils se connaissent ? Je n’ai jamais pensé à lui poser la question tiens.

Alors que nous étions sur la piste de danse en train de danser au milieu de la foule et après que le boulet du jour se soit finalement éclipsé, Victoria affirma que je devrais finir par me poser si je voulais éviter de tomber sur ce genre d’homme et si je voulais cesser de briser des cœurs. Je pris alors un air faussement choqué. « Moi me caser avec un mec ? Ouh là, certainement pas ! Je tiens trop à ma liberté pour m’enchainer avec quelqu’un. Et je refuse de ramasser ses boxers sales, je ne veux pas être la bonne de qui que ce soit. » Riais-je finalement. Etre en couple ne signifiait pas forcément devenir une femme de ménage mais je préférais rire de cette situation que de repenser à ce que j’avais déjà vécu. Parce que j’avais déjà été en couple avec quelqu’un avant de faire mes études, j’avais déjà partagé mon appartement avec un homme… Un homme formidable, avec qui je vivais un bonheur sans tâche. Un homme tellement présent encore dans ma tête. Un homme que j’aimais et que j’ai pourtant abandonné après qu’il m’ait demandée en mariage. J’ai eu peur alors j’ai fui sans lui donner la moindre explication. Depuis, j’enchaine les coups d’un soir pour me l’enlever de la tête. Sans succès. Me remettre en couple est tout bonnement inenvisageable.

De retour à notre table, je voulais que Victoria me change les idées. Repenser à Nathan dans un moment pareil n’était vraiment pas l’idéal. Elle me parla alors du magasine YOLO, me demandant si je le connaissais. Mais je n’en avais jamais entendu parler alors je secouais la tête pour lui répondre négativement. Elle mentionna le nom d’Isla Hamilton, précisant qu’elle en était la rédactrice et qu’elle commençait à se faire connaitre. En entendant ce nom que je connaissais, j’ouvris de grands yeux et ma bouche s’entrouvrit. Elle l’avait pourtant déjà mentionnée par le passé, mais à chaque fois je devais avoir la tête ailleurs parce que je venais de tilter qu’elle était sans doute la Isla que je connaissais. Je ne connaissais pas son nom de famille, mais avec un prénom pareil, il ne devait pas y en avoir des tonnes. « Isla ? Je connais une Isla. C’est une brune aux yeux bleus ? Avec un air de godiche ? Mon dieu si c’est elle, je dois dire qu’elle me hait. » J’eus un petit rire en repensant à la dernière fois que je l’avais croisée. Elle m’avait littéralement fusillée du regard. « Elle n’a pas trop apprécié que le mec sur qui elle flashait en pince pour moi, encore moins quand elle a apprit que j’avais couché avec lui. Ah, pauvre fille. » Souriais-je sournoisement alors que je ne pensais pas un traitre mot de ce que je venais de dire. Pauvre fille, elle ? Oh que non ! « Tu as déjà vu ses fringues en plus ? Pitoyable, même ma grand-mère s’habille mieux ! » Ah le retour de la peste qui critique tout ce qui bouge… Mais ça fait du bien !

Et puis, elle me retourna la question, me demandant si je n’avais pas un infirmier sexy dans mon radar. Je bus une gorgée de mon verre en souriant alors. Il y a bien Jesse, mais il est plus un amusement qu’autre chose. « Un infirmier non. Mais j’ai un interne bien sympathique et plutôt doué sous la main, si tu vois ce que je veux dire. » Je lui adressais un clin d’œil appuyé qui ne laissait nulle place au doute quant à la nature de notre relation. Ce n’était pas sérieux entre nous, il était mon défouloir, mon amusement pendant les pauses, rien de plus. Et puis, je suis sa supérieure mais ça ne le dérange pas le moins du monde, au contraire. Nous envoyer en l’air nous permet de nous détendre parce que travailler dans un hôpital n’est pas toujours de tout repos. « Et toi alors, tu n’as personne en vue ? Tout non plus, tu n’envisages toujours pas de te caser ? »


(c) sweet.lips

_________________
I do everything I want ▵
©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
N. Victoria Doland
Messages : 256
Date d'inscription : 04/02/2015
Célébrité : Emily Blunt.
Crédit : ©schizophrenic & gif by tumblr.


Emploi : Rédactrice en chef de la division californienne du magasine de mode international, Vogue.
love out loud : Fucked Up.

Lun 24 Aoû - 16:57
Girl Power
Victoria & Ellen

Les histoires amicales avaient du bon, mais encore fallait-il pouvoir les conserver. Victoria n'avait jamais été douée avec les relations humaines. C'était comme nager à contre courant. Enfant, elle était toujours celle qu'on mettait de côté, la gamine étrange qui préfère lire dans un coin plutôt que venir jouer dehors. En grandissant, elle s'était caché sous une couche épaisse de protection, tenant à distance les autres. En ça, elle ne ressemblait pas à sa sœur aînée, celle que tout le lycée connaissait, que tous les garçons rêvaient de mettre dans leur lit. Victoria était une fille à part qui s'était protégé des autres faute de confiance en elle mais aussi parce que les premières personnes entrant en interaction avec elle, ses parents, avaient largement loupé le code de conduite des bons parents. Alors si Erika avait choisi de s'émanciper, de courir les rues, elle ; elle s'était enfermée dans sa chambre, avait rêvé d'une vie meilleure. Victoria n'avait vraiment connu les rapports humains que lorsqu'elle avait fait la connaissance de Beth. Une femme impressionnante, rayonnante, qui avait réussi à percer une carapace lourdement armée. L'étudiante avait prouvé à Victoria que la vie valait le coup, que rien ne devait être un frein, que le meilleur était à venir. Et c'est à ce moment-là que Victoria était tombée amoureuse pour la première fois. Elle ne savait pas ce que cela faisait chez les autres, mais chez elle, elle s'était sentit revivre. Et encore plus quand Beth avait ramené des amis à elle durant une soirée. Victoria, pourtant souvent mal à l'aise en public, avait rencontré Ellen, Chris et Sam, des personnes qui finiraient par devenir ses amis. Des amis qui ne jugèrent jamais son couple improbable avec Beth, son impressionnante timidité, sa difficulté à se lâcher. Ils avaient formé une famille pour elle et quand Beth mourru, ils furent les seuls à pouvoir l'aider à ne pas couler à son tour.  

« Moi me caser avec un mec ? Ouh là, certainement pas ! Je tiens trop à ma liberté pour m’enchaîner avec quelqu’un. Et je refuse de ramasser ses boxers sales, je ne veux pas être la bonne de qui que ce soit. » Victoria souria à cette idée. A la différence d'Ellen, Victoria s'était mariée, elle avait été au bout. Elle avait épousé Thomas alors qu'ils ne se côtoyaient que depuis quelques mois. Pour la première fois de sa vie, elle avait prit un risque incontrôlé, elle avait baissé sa garde trop vite, beaucoup trop vite. Elle avait eu un mariage de princesse, un de ceux qu'on rêve depuis toujours. Elle avait aimé cette journée, comme l'homme qu'elle avait épousé. Elle avait aimé sans condition, parce qu'elle lui faisait confiance, parce que depuis Beth, personne ne l'avait aimé autant. Sauf que Thomas avait l'habitude d'aller voir ailleurs et que Victoria n'était pas prête à ce genre de sacrifice. Alors pour la seconde fois, elle avait vu son monde se détruire, se consumer lentement sans pouvoir rien faire pour éteindre le feu. Thomas avait emporter avec lui les restes d'un amour incandescent, l'intégralité des sentiments qu'elle pouvait donner à une personne. Et tandis qu'elles rejoignaient leur table, Victoria sentit soudain que l'amour perdu d'Ellen venait subitement de revenir la hanter. Même elle, elle était encore troublée, encore capable de souffrir à l'idée d'un homme qu'elle avait tant aimé. « Isla ? Je connais une Isla. C'est une brune aux yeux bleus ? Avec un air de godiche ? Mon dieu si c'est elle, je dois dire qu'elle me hait. » Décidément, tout le monde connaissait la Hamilton. Mais avec Ellen, elle avait trouvé une alliée, une personne qui ne bavait pas devant elle en pensant qu'elle était Victoria Doland. Et elle trouvait ça incroyablement délectant que sa meilleure amie déteste également sa rivale. « C'est elle, mon sosie dans le milieu. Tout le monde nous confond », railla-t-elle en sifflant son verre. « Elle n'a pas trop apprécié que le mec sur qui elle flashait en pince pour moi, encore moins quand elle a apprit que j'avais couché avec lui. Ah, pauvre fille. ». Le seul gars que connaissait Victoria et qui sortait aujourd'hui avec la Hamilton, c'était Deklan. « Couché avec son gars ? Deklan Monaghan ? », demanda-t-elle sans trop savoir si elle voulait connaître la réponse. Après tout, Isla avait sans doute eu d'autre coup de cœur avant le musicien, sauf si elle était comme elle et qu'elle restait trop accroché au passé... Un passé que Victoria avait connu durant un temps. Deklan... Elle n'avait pas repensé à lui depuis de nombreuses années, elle avait presque oublié l'avoir aimé dans le temps. Oh, rien de comparable à Beth ou Thomas, mais elle avait eu avec lui une brève romance avant de quitter Los Angeles pour aller briller à New-York. En tout cas, même là, alors que Vicky s'amusait bien, Isla semblait s'inviter parmi elles. « Un infirmier non. Mais j'ai un interne bien sympathique et plutôt doué sous la main, si tu vois ce que je veux dire. » Elle voyait très bien, même si elle ne connaissait pas cela. Les autres fois, elle avait couché parce qu'elle aimait, parce qu'elle avait assez confiance en l'autre pour lui offrir une partie d'elle. Contrairement à Ellen, elle ne pourrait coucher pour le plaisir, de peur de souffrir, d'aimer de trop... « Comment il s'appelle ? », demanda Victoria avant de s'installer un peu plus confortablement sur la banquette.  « Et toi alors, tu n'as personne en vue ? Tout non plus, tu n'envisages toujours pas de te caser ? » Il y avait bien Maé, un jeune homme qu'elle avait rencontré dans une soirée de bienfaisance.  Il était charmant, célèbre, mais clairement pas le genre de type avec qui elle pourrait entamer quoi que ce soit de sérieux. « Depuis Thomas, je préfère rester loin des hommes. Et si un jour je devais revivre avec quelqu'un, ça serait sûrement un autre chat. » Parce que finalement, les chats étaient encore et de loin, une bien meilleure compagnie. « Comment vas Chris ? Tu as eu des nouvelles récemment ? » Légèrement honteuse, Victoria ne savait toujours pas comment se montrer devant son ancien ami. Il avait perdu sa femme, il avait perdu Sam et elle n'était pas venue, elle l'avait abandonné.  

(c) sweet.lips

_________________
I want my life so bad
I've got thick skin and an elastic heart but your blade it might be too sharp. I'm like a rubberband until you pull too hard. I may snap and I move fast but you won't see me fall apart. © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 :: The City of Los Angeles ... :: Hollywood :: Frolic Room
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GIRL POWER ~ #EUNHWA
» London Stiller...she's a special girl
» Honduras : la victoire du « Smart Power » par Eva Golinger
» Conversion de Power Fist pour gardes impériaux
» Heartbreaker version girl [Finish]