:: The sun is shining like you knew it would. :: Show me your ID :: Les validés
Benjamin ◊ the modern adventurer
avatar
Benjamin S. Hurley
Messages : 69
Date d'inscription : 25/03/2015
Célébrité : Garrett Hedlund
Crédit : Blitz.


Emploi : Futurement réalisateur pour le magasine YOLO. Anciennement photo-reporter de guerre, globe-trotter et other.

Mer 25 Mar - 16:19
Benjamin
Samuel
Hurley
Frimeur.
i.  identité
» nom complet
Benjamin. Samuel, pour ses racines françaises et parce que le grand-père s'apellait comme ça. Hurley.
» Date de naissance
6 août 1985. (30 ans)  
» Lieu d'origine
Il est né à Rome, mais il a bourlingué de partout, donc lieu d'origine ça veut pas dire grand chose pour lui.
» Profession
Photoreporter, mais sa carrière est en suspens depuis qu'il est à Los Angeles et, bientôt, il se reconvertira en tant que réalisateur pour un magazine de mode.
» Orientation sexuelle
Hétéro.
» Situation amoureuse
Fiancé sur le papier mais la réalité est tout autre...
» Groupe : HOLLYWOOD FREAKS » Avatar : G.Hedlund » Crédit : blitz.
ii.  personnage
Et t'as des habitudes, des manies ? Bonnes ou mauvaises, on veut tout savoir. Alors déballe ton sac.
Il lit outrageusement, tellement que c'est agaçant, il lit même quand il n'a pas le temps ◊ Il joue de la guitare et du piano ◊ Son appareil photo est ce qu'il a de plus cher, il dort avec, on sait jamais ◊ Il parle le française, merci maman ! Et un peu l'italien, surtout pour la drague ◊ Il aime ses cheveux mi-long, il les bichonnent, il fait pas très viril à ce moment là mais il s'en fout ! ◊ Il a une sainte horreur de la cigarette mais il fume quand il est ivre ◊ Il a le mal des transports (sauf quand il est au volant, ce qui est compliqué dans un avion ou un bateau) ◊ Sans se l'expliquer, il adore les zombies, autant vous dire que Walking Dead n'as aucun secret pour lui ◊ La vue du sang reste très compliqué pour lui ◊ Mais il ne dira pas que cela vient des scènes de guerre qu'il a photographié ◊ Il a une excellente mémoire ◊ Son appart ressemble à un champs de bataille ◊ Il a été victime de peurs nocturnes ◊ Il a eut un grave de voiture qui l'as plongé dans le coma ◊ Il a déclaré une dépendance aux anti-douleurs après ça
Un rêve ?
Il aimerait être en paix avec lui même. Malgré son optimiste, son envie de changer le monde, Benjamin est constamment rappelé par les erreurs du passé. Il aimerait ne plus culpabiliser pour tout, tout le temps.
Une phobie ?
Il a peur de tout perdre, un beau jour. De n'avoir rien à quoi se raccrocher, peur de la perdre, elle, de la rendre malheureuse alors qu'il le fait déjà. Peur de tout gâcher, de l'échec, de ne pas faire assez pour les autres.
Hey, on est à Hollywood après tout, et puis, ça restera entre nous... C'est qui ton celebrity crush ? Kate Walsh.
iii.  IRL
» Pseudo et Prénom : Mom's
» Age : Bientôt 23.
» Localisation : Tu te répète Ginette...
» Comment as-tu découvert STFU ? Dans le tiroir à chaussette    
» Taux de présence : Dans l'abus, toujours  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Benjamin S. Hurley
Messages : 69
Date d'inscription : 25/03/2015
Célébrité : Garrett Hedlund
Crédit : Blitz.


Emploi : Futurement réalisateur pour le magasine YOLO. Anciennement photo-reporter de guerre, globe-trotter et other.

Mer 25 Mar - 16:20
iv.  Histoire
Le temps vous instruira. Et s’il vous fait défaut, c’est à cela que sert l’imagination.




Charleston, USA - 1999/2002

Il ne comptait plus les déménagements, il avait arrêté après la petite bourgade sympa à la frontière mexicaine. C'était sympa au départ, puis c'était devenu laissant de ne jamais rester quelque part plus d'un an ou deux, de se faire des amis pour les perdre presque aussitôt. Et après, on s'étonnait que le gosse avait la tête rivé dans les bouquins, dont les compagnons étaient tous aussi extraordinaires que fictifs. Voilà que les Hurley avaient posé leurs bagages à Charleston, en Caroline du sud. Comme d'habitude, Benjamin avait porté son casque sur ses oreilles, faignant d'entendre les exclamations ravies de sa mère et les soupirs appuyés de son père. Si lui et ses frères et soeurs n'étaient que des suiveurs dans ces périples, Diane, leur mère, était toujours partante pour voyager. Pourtant sédentaire, elle avait tout plaqué pour les frasques de cet américain rencontré lors d'un voyage culturel, des années plus tôt. Le sédentaire en question, Jeffrey Hurley, avait succombé bien vite au charme certain de la française qu'il avait amadoué au point de lui faire courir tout le globe pour son travail. Et même quand elle tomba enceinte, Diane n'était jamais fatiguée de cette vie de route et de non appartenance. Benjamin avait donc connu de multiples pays et états pour suivre ses fadas de parents, son jeune frère et sa jeune sœur sur le dos. Les Hurley étaient une famille atypique qui se faisait facilement remarqué : une mère qui aimait porter des couleurs allant du rose bonbon au vert pomme et qui chantait à tue tête dans la rue, un père chercheur qui avait toujours l'air d'être ailleurs, une paire de lunette en travers du visage et trois gosses ressemblant tôt à des zombies ou à des piles électriques suivant l'humeur. C'est sans doute comme ça qu'ils entrèrent en lien avec les Bernstein. Benjamin aimait le contact facile de Derek, la froideur étrange de Parker ou encore le rire acidulé de la dernière. C'était sans doute la première fois qu'il avait trouvé de vrais amis. Grâce à eux, Benjamin avait lâché ses livres, avait découvert la vie de groupe. Puis il y eut le départ de Derek pour l'armée, un choix que Benjamin n'avait jamais compris. Lui le gosse au côté écolo, qui ne faisait pas le fière devant une arme ou devant toute trace de violence. Et puis le père Hurley partit sans prévenir, un beau matin. C'était tellement imprévisible que durant un temps, Diane avait espéré qu'il reviendrait, une excuse béton à fournir. Mais les jours puis les semaines avaient passé sans que l'on sache rien de Jeffrey. Après quelques recherches, il s'était avéré qu'il avait perdu son job, le sens réel de sa vie et que plutôt d'affronté son échec, avait choisi de disparaître, laissant femme et enfants derrière lui. Diane c'était laissé couler pendant un temps, se culpabilisant de n'avoir rien vu. Puis la tristesse fit place à la colère et la colère menant à la force, elle reprit du poil de la bête. Bien qu'elle n'ait plus jamais rit depuis, elle avait remonté ses manches pour faire vivre son foyer, n'obligeant donc plus sa famille à bouger, il n'y avait plus de raisons. Et quand les choses devinrent plus belle, l'annonce du décès de Derek jeta un drame sur Benjamin et sa famille. Et Parker quitta le coin aussi, ne laissant que Solveig comme éponge à tous leurs malheurs. Charleston avait un goût amer sans les frères Bernstein, mais elle était là, elle. A sa majorité, Benjamin entama une année de lettre moderne, parce qu'il songeait à devenir écrivain. C'est cette même année que son petit frère décéda dans un accident de voiture. Pour Benjamin, c'est la dégringolade. Très vite, il se sentit responsable, il tenta de relever sa mère qui semblait partie pour de bon, quant à sa petite sœur, Savannah, elle semblait plus fort qu'eux tous. Seule Solveig parvient presque à remettre cette famille sur les rails mais Benjamin avait déjà d'autre projets, des envies d'évasion, un besoin de repartir sur la route. Il quitta Charleston, direction New-York.





New-York - 2002/2005

New-York regorgeait de trésor pour un gars comme Benjamin. Sa culture melting-pot était source de beaucoup chez le petit frenchie. En plus des études de photographe qu'il avait entamé, les filles étaient un challenge tout autant intéressant, voir plus. La fac avait cette faculté de pouvoir réunir toutes les plus belles nanas dans une seule pièce et de les voir se saouler jusqu'à demander l'aide d'un preux chevalier. La photographie, pourquoi ? Benjamin n'avait pas de vrai réponse à apporter sinon qu'il aimait voir le monde à travers un appareil, qu'il trouvait tout plus beau, plus pertinent. Il vivait dans un petit appart dans Harlem où il pouvait gagner quelques sous en jouant dans les bars, voir dans la rue. Il aimait le quartier, ses habitants, il aimait la musique qui faisait vibrer les murs de son studio, tout comme le nombre de langues incalculables qui se parlaient dans la rue. C'est comme ça qu'il connu Sophie, une française. C'était sympa avec elle, simple, torride, c'était bien. Lui comme elle n'étaient pas prise de tête, au début. Le problème, c'est que Sophie était aussi corrosif que du poison. Elle était aussi tendre que violente, aussi sensible que dangereuse. Pas à pas, leur relation prenait un chemin glissant, par sa jalousie maladive ou par son absence de communication. Même derrière son appareil, Benjamin avait l'impression d'étouffer. Il lui aurait suffit de la quitter, de lui demander de disparaître de sa vie, mais il serait revenu vers elle beaucoup trop tôt. Puis il y eut le soir de trop où elle était ivre, où elle réclamait toute son attention alors qu'il avait un examen à bosser. Elle cria avant de se jeter sur lui, de lui mettre une baffe, puis deux. A bout de nerf, Benjamin le repoussa violemment, mais elle trébucha et s'ouvrit la tête contre le tabouret. On se dit toujours qu'on en viendra jamais jusque là, qu'une telle violence ne touche que les autres. Bien sûr, Sophie cria à l'agression, déclara aux médecins être victime de violence conjugale. Résultat : Benjamin resta 24h en cellule après avoir répondu à leur interrogatoire. Quand il sortit, il su qu'il devait mettre les voiles, qu'il devait redevenir l'homme qu'il était avant Sophie. Il passa son examen et quand il l'eut décroché, quitta le pays.





All aroud the world - 2005/2011

Ça avait du bon de reprendre la route. Très vite, les vieux réflexes de son enfance nomade avaient reprit le dessus. Il n'avait besoin de rien, hormis sa guitare et son appareil photo, une bonne paire de basket et un vieux sac à dos. Loin de New-York et de Jenna, il revivait, respirait. Très vite, il comprit que vivre de la photo était un peu utopiste, mais Benjamin n'était pas le genre à s'apitoyer. Il aimait aller vers les gens, connaître leurs modes de vie, faire parti d'un groupe pendant un temps. C'est comme ça qu'il devient photo-reporter pour les grandes causes. Il se découvre une âme d'humaniste, de militant. Il a envie d'aider, de se rendre utile. Il fini par envoyer ses clichés à plusieurs grands magasines et c'est finalement le National Géographic qui lui propose un poste. Benjamin déménage alors en Asie. Ce contrat marque sa carrière, ses clichés sont très appréciés. Il est alors reporter de guerre et couvre les guerres du monde. Au départ, il s'accroche, trouve le recul suffisant en se plongeant dans des vieux livres, en commençant à écrire un journal de bord. Sur place, il enregistre dans sa mémoire les pires atrocités, les pires traumatismes mais parvient à faire réagir le monde au travers de ses photos. Il devient angoissé, fini par mal dormir la nuit, connaît de violent tremblements incontrôlables... Inquiet, son patron décide de l'envoyer en Thaïlande faire un job plus relaxant.  C'est là qu'il tombe sur Isla et Léo. Immédiatement, il accroche avec eux. Il apprécie le côté taré de Léo et la petillance d'Isla. Il avait tellement bourlingué seul qu'il avait presque oublié ce que c'était d'être plusieurs. A partir de là, il décide de mettre sa carrière en stand-bye, de ne faire que des trucs qui lui plaisent vraiment. Il se met au sport, tente des trucs un peu fou, apprend doucement à se remettre de ses angoisses chroniques... Il écrit un blog, poste en ligne son quotidien avec ses nouveaux acolytes, photographie de nouveaux des jolies choses. Et après plusieurs mois à voyager, les compères posent leurs bagages au Brésil. Pour Benjamin, c'est un nouveau terrain à explorer et une association tout juste installer à besoin de main d'oeuvre. C'est la-bas, par hasard, qu'il reconnaît Parker au milieu d'une foule d'inconnu en plein carnaval. Très vite, la petite bande emménage chez le Berstein où Benjamin fait la connaissance de Sloan, la cousine de Parker. En pleine remise en question, Benjamin arrête ses contrats et partage son temps entre le bénévolat et des petits jobs comme traducteur français pour des agences, musicien de remplacement et même rédacteur pour des chaînes locales. Mais une fois de plus, le bonheur ne dure pas. Léo décide de tenter sa chance à Hawaï et Parker de retourner aux USA. Benjamin prend alors un autre chemin en acceptant un contrat en Afghanistan.





Afghanistan - 2012/2013

Très vite, l'adrénaline du reportage fit rage chez le Hurley. A force de s'endormir sur ses lauriers, il avait presque oublié les shoots dans l'urgence... Mais revient tout aussi vite les crises d'angoisse, les réveils brusques après un mauvais rêve... Mais Benjamin était le meilleur et il le savait. Il avait un flair pour les bonnes prises, une facilité de saisir l'instant et ses employeurs n'avaient jamais eu rien à redire sur son travail. Puis il y eut Helena. Elle était sortie de nul part, s'affichant dans un portrait prit à la volée. Une image furtive, volage, mais quelque chose chez la blonde avait heurté Benjamin. Une dureté peu commune chez une femme, un visage aussi fermé qu'attirant peut-être... Quoi qu'il en soit, Benjamin la retrouva facilement, tant sur le terrain que sur ses photos. Elle devenait obsédante, attractive. Il n'eut pas de mal à la rencontrer, les hôtels dans les coins se faisaient rare. Il la charma, se montra prévenant et quand elle lui sourit pour la première fois, il sut que son obsession ne prendrait pas fin là. Comme la première nuit, puis la seconde... Elle était mystérieuse, dangereuse aussi, il le vit rapidement. Elle n'était pas touriste, pas photo-reporter, mais elle avait un flingue et Benjamin n'était pas trop con pour comprendre qu'elle n'était pas là pour faire la circulation. Alors c'était sympa, étrange comme relation, mais cela leur convenait à tous les deux. L'Afghanistan n'était pourtant pas un terrain idyllique mais eux, ils arrivaient à s'aimer malgré les bombes et les attentats sous leurs fenêtres. Elle avait même réussi à calmer ses angoisses, juste par sa présence au réveil... Puis il y eut le matin où elle n'était plus là. La fois où son job devint sa priorité absolue, où coucher avec un photo-reporter devenait un obstacle à sa carrière... Elle foutue le camp et il ne chercha pas à la rattraper, blessé dans on orgueil qu'il était. Et un coup de fil de Savannah le ramena à la réalité, il devait rentrer.




Charleston, USA - 2013/2015

Il n'avait pas prévu d'y retourner. Charleston était une partie de son passé, une partie qu'il préférait oublier. Bien qu'il y ait vécu de bons moments, il y avait connu le décès de Danny, le départ de son père, la détresse de sa mère... Et c'est pour elle qui était là aujourd'hui. Diane était malade. Et elle aimait tellement son fils, le savait tellement bien là où il était, qu'elle avait refusé de le tenir au courant. C'est Savannah qui avait appelé, appelé son frère qu'elle avait perdu de vue pour lui dire que leur mère était gravement malade. Les retrouvailles eurent lieu près d'un lit d'hôpital. Diane était pâle comme la mort, amaigris, terrifiante et pourtant, Benjamin se jeta à son cou. Il ne vit même pas la nouvelle venue entrer dans la chambre, élégante à souhait dans sa robe à fleur. Solveig. Durant tout ce temps, elle avait été là quand lui été ailleurs, elle avait veillé sur sa mère malade, sur sa petite soeur et lui n'avait rien vu. « Ben. », dit-elle dans un souffle. Sans comprendre la non plus, il la laissa se blottir dans ses bras, l'enserra comme si elle était la seule chose au monde capable de lui ôter sa culpabilité. C'est sans doute ça qui les rapprocha au point où la simple amitié ne suffisait pas. C'était cette compassion, cette tendresse, qui fit qu'il tomba amoureux d'elle. Jusque là, il avait pensé n'avoir besoin de personne, être assez fort pour rouler sa bosse avec sa solitude, mais doucement, Solveig avait fait son nid. Elle était pourtant à des années lumière d'Helena, de par son âge mais aussi sa fragilité et c'est finalement de ça qu'il avait besoin, sans doute ? « Tu devrais l'épouser, tu sais... », avait murmuré Diane un soir où elle avait son fils rien que pour elle. Benjamin n'y avait jamais pensé, parce que le mariage n'avait pas vraiment de sens jusque là. Des amours, il en avait connu deux avant Solveig et on ne pouvait dire que cela avait bien fonctionné. Et il lui demanda sa main, après seulement quelques mois ensemble, devant les larmes émues de sa mère et de sa soeur. « Monsieur Hurley ? Venait vite, c'est le moment... » Le moment de dire au revoir, le moment où il devait être au chevet de sa mère. Alors il avait roulé comme un con, il avait joué contre la montre de peur de ne pas avoir le temps de lui dire combien il l'aimait, combien il était désolé de n'avoir pas été assez présent, combien... Et le camion était arrivé par la gauche, trop vite, trop tard et Benjamin avait été percuté. Il fut déclaré cliniquement mort pendant quelques secondes avant de revenir à lui, avant d'ouvrir les yeux. A son chevet, Solveig, en larme, qui lui apprit qu'il était dans le coma depuis presque un mois et que sa mère était morte. C'était cruel la vie. Elle avait fauché son frère des années plus tôt et l'avait privé des derniers instants avec Diane. A sa sortie de l'hôpital, il avait mal, un mal de chien, un mal à en crever. Très vite, il devint accroc aux anti-douleur, irritable, agressif, même Solveig ne pouvait rien pour lui, ni Savannah qui souffrait trop de la perte de sa mère pour affronter la déchéance de son frère. « Je peux pas continuer comme ça Ben. » Elle avait dit ça lentement mais avec fermeté, se mettant devant lui pour l’empêcher de fuir. Elle souffrait et il était incapable de l'aider, il était le seul fautif. Finalement, il accepta de suivre une thérapie pour le bien de son couple, pour Solveig. Et Savannah avait quitté Charleston, acceptant un poste à Los Angeles, ayant besoin de changer d'air. Et si c'était ça dont il avait besoin également ? Il lui proposa de partir, lui dit qu'il allait changer... Et elle y crut. Ils déménagèrent à Los Angeles également. Mais Benjamin n’était définitivement plus le même...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Mer 25 Mar - 16:30
Reeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Owen O'Ceallaigh
Messages : 1568
Date d'inscription : 03/11/2014
Pseudo : Elina
Célébrité : Colin O'Donoghue
Crédit : freckles sloth & tumblr


Emploi : Editeur dans une grande maison d'édition basée à New York, HarperCollins
love out loud : Marié mais c'est compliqué

Mer 25 Mar - 16:43
Toi non plus tu ne peux pas résister à la schizophrénie avancée :uhu:

Super choix avec Garrett en tout cas
Re bienvenue !

_________________
Pris à son propre jeu ▵
©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Benjamin S. Hurley
Messages : 69
Date d'inscription : 25/03/2015
Célébrité : Garrett Hedlund
Crédit : Blitz.


Emploi : Futurement réalisateur pour le magasine YOLO. Anciennement photo-reporter de guerre, globe-trotter et other.

Mer 25 Mar - 17:03
Merci Ashou

Owen; oui je sais, je suis si faible
&& merci !

_________________
Were running right back
Next time, there wont be no next time. I apologize even though I know its lies. I'm tired of the games, I just want her back. I know I'm a liar, If she ever tries to fuckin' leave again. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parker H. Bernstein
Messages : 2273
Date d'inscription : 13/10/2014
Pseudo : morrow.
Célébrité : James Franco.
Crédit : shiya

Emploi : Photographe, directeur artistique chez YOLO le magazine de mode tout beau tout neuf et joyau intermittent du corps enseignant de LMU.
love out loud : human filth, sick.

Jeu 26 Mar - 10:17

reeeeeeeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Isla L. Hamilton
Messages : 1212
Date d'inscription : 13/10/2014
Célébrité : Zooey Deschanel
Crédit : Melaaniee & tumblr


Emploi : Rédactrice en chef de YOLO.
love out loud : Soulmates only exist in the Hallmark aisle of Duane Reade Drugs.

Ven 27 Mar - 19:08
BENJI BENJI BENJI BENJI BENJIIIIIIIIIIIIIIIII!


_________________


« Strike a pose. »
When all else fails and you long to be, something better than you are today. I know a place where you can get away. It's called a dance floor, and here's what it's for. Ladies with an attitude. Fellows that were in the mood. Don't just stand there, let's get to it. Strike a pose, there's nothing to it. ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://youobviouslylackoriginalitymag.tumblr.com/
Invité

Ven 27 Mar - 19:27
Re bienvenue !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bonnie A-H. Vermeer
Messages : 542
Date d'inscription : 28/11/2014
Pseudo : NarglesQueen
Célébrité : Jennifer Lawrence
Crédit : tearsflight (avatar) blondie (crackships).


Emploi : Actress known as the new Lara Croft, fencer.
love out loud : in a fake relationship with her best friend, cuz why not.

Sam 28 Mar - 17:14
Reeeeee :uhu:

_________________

love is a laserquest

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Sam 28 Mar - 19:46
Garett et puis j'approuve le jour de naissance (l'année c'est presque ça, mais pas tout à fait :uhu: )

Reuh bienvenue !!!
Et bon courage pour la rédaction de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Benjamin S. Hurley
Messages : 69
Date d'inscription : 25/03/2015
Célébrité : Garrett Hedlund
Crédit : Blitz.


Emploi : Futurement réalisateur pour le magasine YOLO. Anciennement photo-reporter de guerre, globe-trotter et other.

Mer 8 Avr - 11:41
Merci vous tous

_________________
Were running right back
Next time, there wont be no next time. I apologize even though I know its lies. I'm tired of the games, I just want her back. I know I'm a liar, If she ever tries to fuckin' leave again. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Parker H. Bernstein
Messages : 2273
Date d'inscription : 13/10/2014
Pseudo : morrow.
Célébrité : James Franco.
Crédit : shiya

Emploi : Photographe, directeur artistique chez YOLO le magazine de mode tout beau tout neuf et joyau intermittent du corps enseignant de LMU.
love out loud : human filth, sick.

Mer 8 Avr - 13:51
C'est bon pour moi!

v.  Validation


CONGRATULATIONS !

YOU'RE ONE OF US ! Cheers ! Tu as passé l'étape de la présentation, tu nous as annoncé la couleur avec ton personnage et le RP s'ouvre à toi. Cependant, il te reste quelques petites choses à faire, encore.
RECENSER TON AVATAR est la première étape, car il y a une vieille dans le STAFF, sa mémoire lui joue des tours et elle serait capable de t'oublier, shame on her. Bref, mémé n'aura aucune excuse comme ça.
▲ Ensuite, il faut un entourage à ton personnage, à moins que tu aimes la solitude, mais hé, ça serait embêtant pour jouer. Aussi, il te faut faire une FICHE DE LIENS. Ou tu peux lui créer des amis aussi, en allant pondre un ou plusieurs SCÉNARIOS. Sans oublier que tu peux imaginer un LOGEMENT pour que ton personnage ait un toit au-dessus de la tête.
▲ Ah, et tu peux enfin TE LÂCHER DANS LE FLOOD !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 :: The sun is shining like you knew it would. :: Show me your ID :: Les validés
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Benjamin ◊ the modern adventurer
» Et un nouveau format un : Le Modern
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» Edge Vs Shelton Benjamin
» Football Benjamin Sag-Lac