:: The City of Los Angeles ... :: Suburbs :: Napa Valley
ft Owen ɤ Happy birthday to... me ?
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Owen O'Ceallaigh
Messages : 1568
Date d'inscription : 03/11/2014
Pseudo : Elina
Célébrité : Colin O'Donoghue
Crédit : freckles sloth & tumblr


Emploi : Editeur dans une grande maison d'édition basée à New York, HarperCollins
love out loud : Marié mais c'est compliqué

Sam 23 Jan - 23:32
Happy birthday to... me?
Olivia & Owen
J’étais bon, voire excellent dans beaucoup de domaines. Vraiment beaucoup. Mais s’il y avait bien une chose dont j’étais sûr et certain, c’est que je n’avais jamais besoin de fournir le moindre effort pour mettre une femme dans mon lit. Quelques mots bien glissés, des compliments par-ci par-là, mon sourire ravageur et mon corps de rêve faisaient le reste. Pour certaines, j’avais juste besoin de claquer des doigts, c’était suffisant. Avec Olivia, ça prenait un peu plus de temps parce qu’elle prenait un malin plaisir à lutter contre ses pulsions, mais le résultat était le même. Avec elle, je n’avais tenté qu’une seule fois de la mettre dans mon lit, peu après notre arrivée à Los Angeles, chez ses parents, et j’avais réussi. Plutôt facilement même. Alors non, la première fois, je n’avais pas vraiment fait d’effort, mon charme naturel avait suffi. Alors ça me faisait bien rire de l’entendre dire que cette fois, j’allais devoir faire des efforts pour l’avoir dans mon lit. Inutile ma chérie, mes talents naturels pour séduire, comme tu le dis, seront amplement suffisants. « Non, tu tomberas dans mes bras sans même t’en rendre compte ma chère Olivia. Tu as de trop bons souvenirs de la première fois pour ne serait-ce que penser à refuser de faire quoi que ce soit avec moi. C’est toi qui me supplieras de te prendre et vite. » Pourquoi ce serait toujours aux hommes de faire des efforts de toute façon ? Je sais que je l’aurais sans me fatiguer. Mon charisme naturel les fait toutes tomber.

Dans le magasin, je l’avais laissée choisir plusieurs robes, celles qu’elle trouvait les plus jolies, celles qui lui plaisaient le plus. Mais j’avais dû intervenir en la menaçant d’acheter tout le magasin si jamais elle tiquait sur le prix. Ce à quoi elle rétorqua qu’elle se paierait elle-même une robe si plusieurs lui tapaient dans l’œil. Ce qui était évidemment hors de question. Elle n’allait certainement pas dépenser un centime ici. C’est moi qui invite, c’est moi qui paye, qu’elle en profite simplement pour une fois. Beaucoup aimeraient être à sa place, pourquoi ne peut-elle pas agir sans réfléchir pour une fois et lâcher prise ? A croire que c’était trop lui demander. En tout cas, avant qu’elle ne rejoigne les cabines, je lui avais indiqué une robe de mon choix. Rien qu’à la voir sur le mannequin, j’étais persuadé qu’elle lui irait à merveille. J’ai toujours eu du gout dans le domaine vestimentaire et d’un simple coup d’œil, je sais reconnaître une bonne tenue. Avant d’entrer dans la cabine, Olivia affirma qu’il n’y avait aucun plaisir dans le shopping si on achetait le magasin entier. Ah les femmes… Elle ajouta également qu’elle voulait que je la vois dans toutes les robes pour que je choisisse celle qui me ferait le plus d’effet… J’ai déjà ma petite idée là-dessus, sans la voir sur elle.

Je m’asseyai dans un fauteuil le temps qu’elle se change et surtout qu’elle se décide par laquelle elle allait commencer. En attendant, je croisai les jambes en posant ma cheville sur mon genou et mes bras sur ceux du fauteuil. Je visualisais mentalement toutes les robes qu’elle avait choisies en les imaginant sur elle. D’une certaine manière, elles lui iraient toutes, mais l’une d’elles avait un petit plus. Un sacré plus. Elle finit par sortir de la cabine avec la robe rouge. Elle était jolie dedans, certes. Elle avait un corps qui pouvait être mis en valeur par à peu près n’importe quoi. Mais je la trouvais trop sage, trop simple, trop longue, elle ne correspondait pas à ce genre d’occasion, pour une soirée mondaine, peut-être mais pas pour ce soir. Pas pour les plans que j’avais prévu. Je préférais qu’elle essaye la mienne. Elle retourna donc en cabine, et j’attendis une nouvelle fois plus ou moins patiemment. Elle en ressortit après quelques minutes avec une robe noire moulante avec de la dentelle sur les épaules. Mes yeux parcouraient son corps et j’estimais que cette robe était bien, mais pour le boulot. Visiblement, elle avait pensé à la même chose puisqu’elle me fit son petit numéro de secrétaire qui me fit sourire. Elle affirma alors que cette robe serait parfaite pour appâter un écrivain récalcitrant que je convoitais mais qui prenait un malin plaisir à se faire désirer. « Serais-je donc le genre d’éditeur qui utilise son assistante comme arme secrète ? » Lançais-je avec un sourire en coin. C’était tout à fait mon genre. Elle retourna en cabine, mais elle n’avait toujours pas essayé la robe que j’avais choisie. « Mais essaye la mienne au lieu de t’imaginer celle que tu porterais au boulot ! » Il fallait bien la recadrer parce qu’à ce rythme là, elle allait m’essayer tout le magasin en trouvant chaque fois la situation adéquate. Elle répondit à ma demande, me demandant de lui laisser une minute pour se changer. Ah enfin.

Posant mon coude sur le bras du fauteuil, je soutenais ma tête avec ma main en attendant qu’elle sorte avec la robe qui, j’en étais certain, lui irait parfaitement. Elle finit par sortir et là… Je ne pus que constater que j’avais fait le bon choix. Elle était tout bonnement splendide, rayonnante et tellement désirable dans cette robe… Je la détaillais de la tête aux pieds en la dévorant littéralement des yeux, je crois même que je m’en mordais la lèvre. Seigneur… Elle voulait une robe qui me ferait de l’effet, c’était gagné. Elle avait bien remarqué la manière dont je la regardais et Madame en jouait évidemment… Elle glissa sa main sur son corps, de sa cuisse à sa poitrine et mon regard suivit ce geste. Verdict ? Est-ce qu’elle a vraiment besoin que je mette des mots sur ce que je pense de cette robe ? « Tu veux mon avis ? Vraiment ? » Je me levais alors doucement en avançant très lentement vers elle tel un prédateur, posant par moment mon regard sur cette robe parfaite. « Ce dont je suis sûr, c’est que je ne me trompe jamais en matière de tenue. » Lançais-je d’un air charmeur avec un léger sourire en coin à peine perceptible. « Ce dont je ne doute pas, c’est que j’ai fait le bon choix, encore une fois. » Arrivant à quelques centimètres d’elle, je posais une main dans le bas de son dos et avançais encore pour la faire reculer et entrer dans la cabine. De mon autre main, je fermais le rideau derrière nous. J’avançais en la poussant jusqu’à ce que son dos rencontre le miroir, collant mon corps contre le sien. « Ce dont je suis certain, c’est que cette robe, aussi parfaite soit-elle… » Je me penchais dans son cou pour l’y embrasser. « … ne te couvrira pas toute la soirée. » Parce que je compte bien la lui enlever à peine de retour dans la chambre.

crackle bones

_________________
Pris à son propre jeu ▵
©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: The City of Los Angeles ... :: Suburbs :: Napa Valley
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» 19 mai 1962: Happy Birthday to you mister president...
» ♪ Happy Birthday Sir ♪
» Happy birthday my love, from mum xx
» Happy birthday Mona and Rainer ♫♥